L’interview crazy festival de R.O, le superman de l’électro belge

Mis à jour le 17 août 2018 par Eloïse Pirard

Il est l’étoile montante de l’électro belge. Accompagné de Konoba, Olivier Rugi mieux connu sous le nom de (super) R.O fait cette année le tour des plaines brûlées par le soleil estival. Entre deux concerts, ça parle stress, chaise de chasse, mainstage et crème solaire avec ce superman des platines.

Retrouvez ce ket au BSF le temps d’une escale de folie au plat pays.

1/

Tu nous racontes ta première expérience en tant que festivalier ?

Ma première expérience c’était à Couleur Café il y a 6 ans. J’avoue que je ne me souviens plus trop de ce qu’il y avait comme affiche (oups), mais c’était très cool !

Et ta première expérience en tant qu’artiste ?

Houla c’est compliqué… J’ai fait beaucoup de festivals, mais disons que ma première grosse date en Belgique en tant qu’artiste c’est aux Ardentes.

Le truc le plus crazy vu/fait en backstage ?

Fait ? Je vais éviter de le dire ! (rires). Mais que j’ai vu... Je vais dire Post Malone l’année dernière aux Ardentes. C’était assez incroyable. Je l’ai capté en backstage et le mec était adorable. Il n’a pas fait de truc crazy en particulier. Le truc crazy chez lui c’est plutôt ses grillz en diamants.

Une publication partagée par R.O (@rugiolivier) le

Du coup t’as déjà été du genre groupie en backstage ?

Mouais. J’essaie de ne pas l’être. Je le suis intérieurement. En vrai je suis comme une petite fille, mais j’essaie de ne pas casser les **** aux artistes.

T’as des caprices de diva en festival ?

Naaaan, nan… J’essaie d’avoir mon quota de bières, que mes potes puissent rentrer en backstage et c’est tout.

Et sur ton rider, y a quoi ?

Il n’y a pas grand-chose en fait. Je ne demande rien, mais je pense qu’au fur et à mesure des années je vais me lancer dans les trucs farfelus et demander des choses un peu bizarres. Mais pour le moment c’est plutôt keep cool.

T’as des rituels avant de monter sur scène ?

Ouais, stresser ! (rires) Ca c’est un bon rituel ! Plus sérieusement, stresser, boire une bière, fumer un pétard…

Ta plus grosse mainstage ?

C’était le Tbilisi Open Air Festival en Georgie. On a joué juste avant Tom Odell. On était très attendus avec Konoba parce qu'on a un projet qui fonctionne super bien là-bas. On a donc fait ce live devant 20 mille personnes. Tout le monde chantait et c’était incroyable. J’ai encore du mal à l’imaginer maintenant.

Donc tu préfères les mainstages aux petites scènes intimistes ?

J’imagine que ça dépend des contextes, mais je dois avouer que j’aime beaucoup les grosses scènes parce que j’ai l’impression de moins stresser. Je vois plus la foule comme une masse invisible, ce qui est donc plus facile à appréhender pour moi plutôt que de voir le regard des gens dans un petit espace. Mais bon, j’aime bien les deux honnêtement.

Ton outfit fétiche en festival ?

Un training et quand il fait chaud juste un tee-shirt. Je prends mes claquettes Fila aussi. C’est toujours très bien avec les chaussettes. Classique quoi.

Tes indispensables en festival ?

Si moi je suis au camping, je prends d’office une chaise. Mon père était chasseur du coup il a une chaise de chasse sur laquelle il se posait quand il était dehors. Elle est très confortable et t’as trois types d’alignement. Tu peux littéralement dormir dedans donc c’est mon go to ! (rires) Sinon de la crème solaire parce que je suis quand même un bon blancos donc il faut que je me protège.

Les conseils de R.O en festival, c’est quoi ?

Ne pas se droguer ! Allez non, mais ne pas s’en mettre une trop grosse le soir parce que le lendemain tu ne fais rien du tout, tu glandes avec tes potes et t’as du mal à t’en remettre. Ça c’est vraiment le malheur du festival parce qu’en fin de compte du camping avec tes potes tu peux en faire quand tu veux. Mais par contre aller voir des bons artistes c’est un peu moins fréquent. Donc c’est toujours sympa de s’en mettre une, mais rester gentil et frais pour le lendemain. Moi je suis un festivalier qui aime bien être en festival et regarder l’artiste qui vient se produire. Ça m’empêche pas non plus de faire la fête !

Quand tu sors de scène, tu fais ? T’appelles ta mère ? Tu bois des verres ?

(Il se marre) Non, j’appelle pas ma mère, même si je suis sûr que ça lui ferait plaisir ! Mais je vois plutôt mes potes. Je me détends. Et surtout après le concert, je décompresse. Comme je suis très stressé avant de monter sur scène, après en revanche je suis euphorique comme jamais. Je fais des câlins à tout le monde. Enfin voilà, c’est le bonheur!

T’écoutes quoi dans tes loges ?

Du VALD, du Damso..

T’étais team douche ou lingette toi avant ?

Ah j’étais team lingette, clairement ! Après quand la douche est indispensable je la prends. Mais elle l'est rarement ceci dit. Il y a toujours moins d’y échapper. Et puis la file est toujours un peu déroutante. J'ai pas envie de me taper la queue sous le soleil donc ouais j’opte plutôt pour les lingettes ou tu peux même aller aux éviers te balancer de l’eau sur le visage et le corps.

On a le droit de coucher ou pas en festival ?

On a tout à fait le droit ! Faut faire attention, toujours couvert bien sûr, mais on a tout à fait le droit !

Qui tu aimerais voir en festival ?

Ce soir mon go to c’est VALD. C’est un mec que j’ai déjà envie de rencontrer de base, mais j’aimerai bien voir ce que son nouvel album donne en live. Sinon Flume, Damso…

Un dernier mot ?

Merci à tous. J’espère que vous allez me kiffer en live !

Autres articles 

L'interview crazy festival de Todiefor (vidéo)

L'interview crazy festival de Thérapie Taxi (vidéo)

GUEST WHAT : l'interview « festivals » avec Henri PFR