L’interview crazy festival de Thérapie Taxi (vidéo)

Mis à jour le 9 août 2018 par Eloïse Pirard

Ils sont aussi débridés que les paroles de leurs chansons. Aux Ardentes, les membres de Therapie Taxi nous ont confié leur expérience en festival. Entre questions indiscrètes et aveux de canailles, ça balance sale.

Un peu provoc mais toujours bon enfant, retrouvez l'interview du malicieux trio parisien de Thérapie Taxi !

Therapie Taxi interview

C’était comment votre première expérience en tant que festivaliers ?

Adé: moi la première c’était à Rock en Seine je crois, mais je ne me rappelle plus trop… J’ai raté tous les concerts bien ! J’ai vu que des merdes et deux ans après j’ai revu l’affiche et il y avait tous mes groupes préférés, mais j’étais pas du tout allée les voir. Un vrai succès !

La video ELLE du jour :
5 ASTUCES POUR RÉUSSIR SON PAIN MAISON À TOUS LES COUPS

Raph : moi ma première expérience était nulle donc je ne la raconte pas ! Je me suis pris un râteau…

Renaud: moi c’était au Solidays, mais il y a très très longtemps. J’en garde un bon souvenir, c’était très sympa !

Votre premier festival en tant qu’artistes ?

Raph:le Garorock Fetsival, je pense. C’était l’année dernière. On est arrivés sur scène et il pleuvait des cordes. C’était notre première grosse expérience marquante en festival.

Adé: ça faisait peur !

Le truc le plus crazy que vous ayez vu en backstage ?

Raph: Crazyyy ? À part toi tu veux dire ? Parce que toi t’es crazy en backstage !

Merci… Mais à part moi, c’était quoi ?

Raph : c’était au Printemps de Bourges l’année dernière. On était, enfin surtout moi, éclatés. C’était l’un des premiers gros festivals qu’on faisait et je suis allé taper dans les bouteilles de champagne de Jacques… C’était pas ouf, mais on était tout bourrés dans les loges à l’arrière.

Adé: je m’en souviens à peine…

Vous êtes du genre groupie en backstage ?

Adé: non, non, non… Non, mais en fait on ne le montre pas. On est en mode “y a machin derrière, ne te retourne pas !”

Raph: moi je me suis fait un dej en tête-à-tête avec Orelsan et le mec est tellement sympa ! Il faut savoir qu’il est super naturel. Tu le rencontres et c’est ton pote direct, c’est trop mignon. J’étais un peu en mode groupie, mais à l’intérieur de moi du coup on a pu parler de tout et de rien. En fait il faut le sentir. Si le feeling passe, fonce !

Adé: le problème quand t’es trop en mode groupie c’est que ça met un peu une barrière parce que le mec ne saura pas trop quoi te dire si t’es tout excité. Il faut faire genre que tu t’en bats les couilles je pense. Après tu peux dire au mec que t’adores sa musique et que ça te fait plaisir de le rencontrer.

Des artistes que vous aimeriez voir en festival ?

Adé:On va déjà en voir un bon paquet cet été. Enfin en voir… on en rate plein au final. Il y a des gens qu’on adore et qui jouent aux mêmes festivals que nous, mais toujours la veille!

Raph : Moi j’aimerais bien voir Juliette Armanet, Angèle et revoir Lomepal. Après, il y a de gros noms de scènes qui me font pas forcément kiffer, mais qui sont un peu incontournables comme Queen of the Stone Age, ou un Liam Gallagher.

Vous avez des caprices de star en festival ?

Adé: euh… tout à l’heure j’ai eu l’audace d’aller demander un miroir ! Et en plus je m’en voulais. Je me sentais trop en mode vieille star alors que je devais juste me maquiller et que je n’en avais pas sur moi. Donc non, je ne crois pas qu’on est très capricieux.

Raph: bof… moi je crois que je suis le plus capricieux des trois. Parfois je suis juste en mode “ça me saoul” du coup c’est pas que j’agis comme un mec qui n’en a rien à foutre. Mais bon, parfois on arrive dans des loges bien nulles et là on râle un peu. Un fois on nous a fait venir en avion pour un concert de même pas une heure et on devait patienter dans une loge qui ressemblait à une cabine de douche pendant 7h ! Et là tu te dis “Ok c’est ça le bail ? Rester une journée enfermé dans une pièce minuscule avec 4 chaises et une table ?” Alors là ouais on fait des caprices pour au moins avoir un lit où se pieuter.

Therapie Taxi interview

Y a quoi sur votre rider ?

Raph: Du ruhm !

Renaud: Du houmous

Adé:Du tzatziki

Raph:de la beuh pour les garçons !

Adé:Bah pas encore. Ah si, on a mis des sandwichs konbini !

Renaud: Mais on n’a rien de farfelu.

Un truc de dingue que vous rajouterez quand vous serez aussi connus que Madonna ?

Raph: une fois Renaud a demandé des chips Tyrrells, mais on lui a dit de rajouter que c’était un fils de p… à côté pour oser demander ça !

Vous avez des rituels avant de monter sur scène ?

Raph:On en avait, mais ça se perd….

Renaud : Si, on se fait un câlin. On se tient tous et hop on y va.

Et vous faites quoi en descendant de scène ?

Adé: on fume une grosse clope !

Renaud: on s’autocritique t’sais.

Raph: moi je fais toujours la même chose, je cherche mon tee-shirt que j’ai enlevé.

Vous êtes plutôt du genre grosse mainstage ou petite scène intimiste ?

Renaud:les grosses, c’est sympa quand même.

Adé: moi j’aime de plus en plus jouer sur les grosses scènes. Enfin j’aime bien l’espace que tu y as. Être tout serré ça ne m’amuse plus trop. Quand tu découvres que tu peux faire 3 tours de scène, tu te rends compte que c’est vachement plus marrant.

Raph: pour notre set et pour la musique, je pense que c’estplus adapté aux mainstages. Tant que t’as la place pour bouger et au moins deux ou trois mille personnes devant toi ça le fait.

Vous pensez un peu à votre outfit avant un concert ?

Adé: oui, mais on fait un peu moins gaffe. Au début c’était important et on faisait tout le temps du shopping. Mais maintenant tout le monde est un peu plus autonome sauf quand on a une grosse date. Là on essaie de pas tous se retrouver en rouge comme des ploucs. On essaie de faire en sorte d’avoir un beau tableau visuel.

C’était quoi vos indispensables en tant que festivaliers ?

Adé: moi un brumisateur, un éventail, de la crème solaire, une grosse gourdasse et beaucoup de cigarettes.

Raph: moi de la MD !

Renaud : sinon les pom’potes avec de l’alcool dedans.

Vos conseils pour un festival réussi ?

Adé: il faut manger avant de boire et il faut boire de l’eau. C’est quand même dur physiquement et même psychologiquement. Il y a un moment où t’en peux plus surtout dans les campings. Et c’est aussi bien de se laver les dents.

Raph: il faut prendre du temps pour se chiller.

Renaud: faut pas faire trop de concerts sinon t’es vite gavé je pense.

Adé: ouais ce qui est bien c’est de rien faire. T’sais quoi, reste chez toi et lave-toi les dents !

Raph: moi mon conseil c’est “va dans les petits festoch” où tu sais que tu ne vas pas passer ton temps à chercher tes potes. Où quand tu vas à un concert, tu vois vraiment les artistes et non pas un écran géant.

Team douche ou lingette ?

Adé:moi, la vraie douche j’y suis jamais allée, mais parce qu’il y a beaucoup trop de queues. Mais les lingettes c’est poisseux donc en gros je fais : lingette et après je rince avec de l’eau. Mais Renaud il s’en bat les couilles.

Renaud:moi je ne me lave pas. Je suis comme pumba !

On baise ou pas en festival ?

Adé: moi je n’ai jamais fait ça…

Raph: menteuse !!!

Adé: ah si merde ! Ah, mais si, mais attends j’avais complètement effacé ce souvenir de ma mémoire. Oui, mais pas avec celui auquel tu penses… Ah si… mais chuuuut. C’était horrible. C’est un cauchemar, ne faites pas ça.

Renaud: moi j’ai jamais eu l’occasion, appelez-moi !

Adé: non tu fais des bisous et puis tu dis on verra une fois que tu t’es lavé, que t’as un vrai lit…

Raph: comme ça tu prends le temps d’apprendre à connaître la personne avant de pénétrer son intimité.

Adé: ouais exactement comme ça tu vois si ça vaut le coup ou pas, ou si c’était juste dans un microcosme de festival où tu te dis “Waouw c’est trop le keum que j’aime !”

Raph: à la limite tu mets deux-trois doigts…

Adé: bah et puis tu t’laves pas les mains !

Un dernier mot pour le public ?

Adé: doigts qui puent

Raph: public, n’oublie pas de jouir un maximum dans tous les sens du terme

Renaud: en te protégeant bien sûr.

Adé: ah bah oui, et de sentir tes doigts !

 

Retrouvez-les le 14 août au Brussels Summer Festival ! 

 

Autres articles

GUEST WHAT : L'interview « Festivals » avec Angèle

ELLE Fest #2 : l'interview « festivals » avec Sonnfjord

ELLE Fest #1 : l'interview « festivals » avec Ulysse