GUEST WHAT : L’interview « Festivals » avec Angèle

Publié le 30 juillet 2018 par Grégory Escouflaire

On ne vous présente déjà plus Angèle, qui en à peine six mois est devenue la nouvelle étoile montante de notre pop à nous, espiègle et pétillante. Dix millions de vues pour son premier single "La Loi de Murphy", cinq pour les deux autres ("Je Veux Tes Yeux", "La Thune") : c'est le carton plein pour mademoiselle, et ce n'est que le début. On l'a rencontrée à Dour pour discuter festivals. Normal : elle est de toutes les plaines cet été.

Angèle en festival -1
Crédit : Miléna Delorme

Ton premier souvenir de festival ?

Probablement les Francos de Spa. Je me souviens que mes parents devaient jouer à deux (pour rappel son papa, le musicien Marka, a composé l'hymne officiel du festival, ndlr)... On était tout petits mon frère et moi et du coup ils avaient engagé une babysitter et j’étais impressionnée parce qu'il y avait du son partout ! J'avais l’impression d’être dans un autre monde.

Ton meilleur souvenir ? 

C’était le Pukkelpop en 2012. J’étais avec ma meilleure copine et on avait mis en place plein de stratégies pour entrer avec de l’alcool : elle avait mis un pantalon patte d’eph' et elle avait scotché à ses jambes des bouteilles d’eau qu'on avait remplies de vodka ! C'était mes premières cuites, premier festival de folie ! On était un peu à deux contre le reste du monde parce qu'on sortait toutes les deux d’une première rupture... J’ai vraiment des souvenirs de folie.

Ton meilleur concert (en tant que spectatrice) ? 

C’était Stromae aux Ardentes en 2014. Je venais de finir ma rhéto, les Diables Rouges étaient en quart de finale et Stromae était en pleine puissance et nous donnait la fierté d’être Belges... Du coup j’ai un souvenir d’euphorie totale... Son show était incroyable.

En tant qu’artiste tu carbures en tout cas. Tu les enchaînes les festivals. 

Ouais c’est les tout premiers… Après j’ai eu l’occasion d’accompagner Roméo mon grand frère chéri aux Ardentes, à Rock en Seine, à Couleur Café et aux Solidarités l'année dernière – mais c’était pas du tout pour moi donc c’est différent.

Ta plus belle expérience jusqu'ici ? 

C’était à Couleur Café. Déjà c’était à Bruxelles je me sentais à domicile... Tu te retrouves devant tes amis et c'est rare parce que ça te ramène à la réalité. Au fait qu’il y a encore pas très longtemps j’étais là en tant que festivalière, et là j’y étais en tant qu’artiste... J’étais hyper émue.

Du jour au lendemain tu te retrouves devant des milliers de personnes... Ça va ? 

Ça se passe bien c’est relativement la meilleure vie de la Terre, mais c’est très fatigant et très stressant - bref ça a des bons et des mauvais côtés ! Moi ce qui me réjouit et ce qui me fait peur en même temps c’est ce côté très rapide et un peu démesuré : il s'est à peine passé quelques mois depuis la sortie du premier titre et du premier clip et aujourd’hui je me retrouve à faire des main stage dans des festivals de fou... C’est très impressionnant.

Comment on se prépare à ça ?

C'est beaucoup de travail en fait. C’est surtout ça. D’être sur scène, d’être au point - musicalement et scéniquement parlant... Mais je pense que psychologiquement y a rien à faire : moi je bois pas et je prends pas de drogue !

Angèle en festival -2
Au Trianon à Paris en mai dernier, rejointe sur scène par son bro Roméo

Des rituels ? Des doudous ? 

Je suis un peu superstitieuse, du coup j'évite de rentrer là-dedans sinon le jour où j’aurais pas l’occasion de le faire, je serai trop inquiète ! On a juste une petite chanson entre musiciens qu’on se chante avant les concerts, et puis on se checke tous ensemble avant de monter sur scène : c’est ça notre petit rituel.

Et quand tu croises backstage un(e) artiste dont t'es fan, tu fais quoi ? 

Moi j’ai jamais été fan - mis à part de Hélène Ségara quand j’étais enfant ! Je parlerais plus d’admiration : y a ce côté un peu malsain quand on est fan, je trouve... On peut être fan de musique mais pas de quelqu'un, puisqu'on le connaît pas... Et donc quand je croise un artiste dont j’aime la musique, je le lui dis... Enfin si j'en ai envie !

Sinon t'as des exigences particulières en tant qu'artiste ? T'inscris quoi sur ton "rider" ? (la fiche sur laquelle l'artiste consigne ses "envies", ndlr)

Oh pas de chichis, moi. Du gingembre et du miel : la base. Pour la gorge.

Charlotte Abramow
Crédit : Charlotte Abramow

Des conseils pour tous nos apprentis festivaliers ? 

Prendre des lingettes (je suis quelqu'un de très hygiénique, c’est presque un toc). Une casquette. De la crème solaire. Une paire de lunettes. Boire beaucoup d'eau. Ne pas se droguer (ok je suis pas très funky)... S'amuser ! Se dire qu’un festival c’est un endroit dans les champs au milieu de nulle part, bref tu peux faire ce que tu veux, personne va te juger !

Et question outfit ? 

Faut que les gens fassent comme ils veulent. C’est vrai que c’est cool de voir des gens habillés de façon très... inhabituelle. L’autre jour je voyais des gens danser ils avaient tous l'air bourrés mais tellement heureux... Et je voyais tous ces types de corps : des hommes qui avaient des gros bides, des femmes qui avaient des bourrelets... Et y avait un côté tellement assumé là-dedans, hyper décomplexé ! En festival y en a toujours pour tous les goûts !

Un artiste que tu aimerais voir cet été ?

J'ai eu la chance de voir une partie du concert de The Internet aux Ardentes... Et comme je suis assez fan, c’était un peu une consécration de jouer dans le même festival qu’eux !

En concert le vendredi 3 août au Dranouter et le 15 août au Pukkelpop. Et puis cet automne en tournée en Belgique et en France.

Le premier album solo d'Angèle sort le 5 octobre

À LIRE AUSSI :

ELLE Fest #1 : l’interview « festivals » avec Ulysse

ELLE Fest #2 : l’interview « festivals » avec Sonnfjord