La nouvelle génération de designers qui a défilé à La Haye

Publié le 21 juin 2018 par Elisabeth Clauss
La nouvelle génération de designers qui a défilé à La Haye

Dans la foulée de La Cambre de Bruxelles et de l'Académie d'Anvers, le Textile and Fashion department of the Royal Academy of Art (KABK) de La Haye a installé dans le décor industriel exceptionnel de l'Elektriciteitsfabriek ses jeunes talents à suivre.

Les élèves encadrés par l'équipe pédagogique de Jurgi Persoons ont développé leur vision contemporaine et radicale des questions de genre, leur réflexion sur les volumes et la construction, et exprimé leurs préoccupations écologiques.

Timothy Scholte, 26 ans, a présenté une collection interrogeant les codes de la virilité, avec des bombers transformés en crinolines :

 


1/

Yuki Ito, 27 ans, a lui aussi déconstruit les stéréotypes, en offrant une vision christique et exacerbée des vêtements de travail :

 

 

2/
Yasmin Boomsma, 24 ans, s'est inspirée du Sacre du Printemps, ses dissonances sociales de l'époque, et en a tiré une interprétation personnelle de la nudité contemporaine et de sa supposée fragilité :

 

 

 

3/

Laura Snijders, 24 ans, s'est intéressée à la notion de temps et d'espace, pour exprimer son regard porté sur la sociologie mouvante de notre époque en vêtements déconstruits pensés pour libérer :

 

 

 

 

4/

La nouvelle génération de designers qui a défilé à La Haye - 16
Photo : Marysia Swielicka

 

Le show de la Royal Academy of Art The Hague est créativement soutenu par Keep an Eye Foundation qui a décerné un prix de 10.000€ à Joana Schneider, pour son installation monumentale conçue à partir de fils de pêche. A 27 ans, la jeune femme originaire de Munich n'a pas été habituée à fréquenter les côtes, et a donc été tout spécialement touchée, en se promenant sur le port, de La Haye ou d'ailleurs, par les cordages enroulés au sol :

"Enfant, dès que je pouvais me balader en bord de mer, je savourais déjà l'expérience. Pour mon installation, j'ai utilisé une technique d'enroulage propre aux pêcheurs, pour créer de nouvelles matières et mettre cet univers professionnel en valeur. J'en ai tiré une théâtralité liée à l'état des océans. Je suis fascinée par les couleurs de ces fils qui servent à protéger les filets de pêche sur la surface de l'eau, et qu'il faut changer tous les quinze jours, parce qu'ils se délitent dans les vagues. Ecologiquement, c'est préoccupant, mais sous forme d'installation sur terre ferme, c'est une alerte inoffensive et poétique lancée pour sensibiliser le public à l'usage du polyéthylène." Pour Joana, les cordages enroulés dégagent une puissance liée à la virilité, alors elle en a fabriqué des masques géants, "pour que ces fils, sensibles et fragiles, deviennent des cuirasses au tissage de dentelle indestructible".

Joana développe son art appliqué, et le destine aux décors de théâtre, tout en réfléchissant à une ligne de bijoux fondée sur les matériaux durables et recyclés, à base de filets de pêche toujours, et de bouteilles en plastique.

 

La nouvelle génération de designers qui a défilé à La Haye - 18
Photo : Marysia Swielicka

 

Cette nouvelle édition du show et des expositions textiles de la KABK a ainsi ramené beaucoup d'espoirs dans ses filets.

 

La nouvelle génération de designers qui a défilé à La Haye - 20
Photo : Marysia Swielicka