8 mars: 8 bonnes nouvelles pour les droits des femmes

Mis à jour le 22 janvier 2018 par Laurence Donis
8 mars: 8 bonnes nouvelles pour les droits des femmes

La Journée internationale des droits des femmes, c'est aujourd'hui ! En un an, quelles ont été les initiatives canon qui ont fait avancer le mouvement? Petit récap (non exhaustif) qui donne le smile. 

Pas question ici de minimiser les inégalités de genre auxquelles les femmes font face. On le sait, elles doivent se battre quotidiennement contre l'écart salarial (en Belgique, on parle de 22%), la misogynie au travail, les violences physiques et psychologiques, le harcèlement de rue, les préjugés sexistes, les activistes pro-life, et on en passe, la liste est encore longue. Une nouvelle vidéo de #DataGueule résume d'ailleurs assez bien la situation et nous prouve que, même chez nous, la 40ème édition de la Journée internationale des droits des femmes a toute sa raison d'être.

Et s'il fallait encore un exemple supplémentaire, on file sur HerStreetView, la nouvelle plateforme de Touche pas à ma pote. Parrainée par Google, l'association qui lutte contre le harcèlement de rue nous plonge dans la peau d'une femme qui se balade à Bruxelles. Il suffit de «marcher» virtuellement deux minutes pour comprendre que les insultes et remarques sexistes pleuvent. D'après un sondage réalisé par JUMP auprès de 3000 personnes, 98% des femmes belges ont déjà vécu au moins une fois cette situation. L'ASBL a recueilli les témoignages de 40 filles et rappelle qu'une loi condamnant pénalement le sexisme existe depuis 2014. On n'hésite pas à porter plainte !

Alors oui, le 8 mars est une journée de luttes, une opportunité de faire entendre nos revendications et on ne va pas se priver d'aller manifester (la Belgique suit l'appel mondial à la grève des femmes). Mais le 8 mars, c'est aussi l'occasion de célébrer les petites ou grandes victoires, les femmes (et les hommes aussi heureusement) qui se bougent pour faire avancer le mouvement. L'année qui s'est écoulée depuis le 8 mars dernier a été riche en bonnes nouvelles, découvrez les 8 news qui nous donnent le sourire! >>>

1/

all-women-project-1-970x508

1. Le mouvement body positive explose

Cela fait déjà un moment que les femmes sont encouragées à aimer leur corps mais les initiatives allant dans ce sens se multiplient. Et on s'en réjouit! La mode devient lentement mais sûrement plus inclusive et les projets de type #AllWomen ou #Mermaidthighs ne sont plus si rares. Les marques, comme Nike par exemple, sont de plus en plus nombreuses à choisir des tops curvy pour leurs campagnes et à développer des lignes plus size. Autres bonnes nouvelles: le maire de Londres a décidé de bannir les pubs présentant des corps de femmes irréalistes et une Barbie à l'effigie d'Ashley Graham a vu le jour! A placer entre les mains de toutes les petites filles...  

2/

avortement-970x508

2. L'avortement sort de son silence

Si l'IVG est encore parfois perçu comme un sujet tabou, les filles osent petit à petit prendre la parole, raconter librement leur avortement, que ce soit en BD ou sur Instagram. Une information nécessaire pour contrer les discours culpabilisants anti-IVG (sur lesquels on tombe rapidement en faisant une petite recherche Google) et faire avancer la dépénalisation totale de l'avortement. Vous pouvez d'ailleurs signer ici un manifeste pour sortir l'IVG du Code pénal. On aime: la Youtubeuse La Castor et la campagne choc «Ceci n'est pas un cintre». Elle rappelle que l'interdiction de l'IVG n'en diminue pas le nombre mais augmente les interruptions de grossesses illégales, et met par conséquent en danger la vie des femmes.

3/
rues2-970x508

3. La Belgique s'engage

Notre petit pays a de grands projets et les initiatives pour les droits des femmes fleurissent un peu partout. Des exemples? La Belgique a promis de donner 10 millions d'euros pour soutenir les ONG internationales qui défendent l'accès à l'avortement, un master en études de genre verra le jour à Bruxelles, les nouvelles rues de la capitale porteront le nom de femmes inspirantes, un annuaire de femmes expertes a été créé et les budgets de la Région bruxelloise seront établis en fonction de leur impact sur l'égalité hommes-femmes...

4/

paye_ton_journal-970x508

4. Les femmes osent dénoncer le sexisme ambiant

Les Tumblr et pages Facebook basés sur le principe de «Paye ta shnek» (qui rassemble des témoignages de femmes sur le harcèlement de rue) ont explosé cette année. Aujourd'hui, on retrouve aussi Chair Collaboratrice (pour dénoncer le machisme en politique, on vous en parlait ici), Paye ton journal (pour les journalistes), Paye ta robe (pour les avocats), Paye ta fac (pour le milieu universitaire), Paye ton sport (pour les sportifs), Paye ta blouse (pour le milieu de la santé), T'as pas d'humour (pour le milieu de l'animation), ou encore Paye ton taf (pour tous les milieux professionnels confondus). La preuve que de plus en plus de femmes, et d'hommes, ne trouvent pas ces remarques sexistes banales ou normales et comptent bien les dénoncer. Un premier pas vers une prise de conscience collective ! 

5/

sextoy-970x508

5. Le «pleasure gap» de plus en plus décrié

«La recherche a montré que les femmes sont quatre fois plus susceptibles que les hommes d'affirmer que leur dernière relation sexuelle ne leur a pas procuré de plaisir. C'est ce que nous appelons le 'pleasure gap' et notre mission est d'y mettre un terme», expliquent Alexandra Fine et Janet Lieberman. Convaincues qu'il n'y a aucune raison que les filles jouissent moins souvent (ou moins intensément) que leur partenaire, elles ont créé un nouveau sextoy, baptisé Fin. Le premier vendu sur Kickstarter! Dans le même genre d'idée, le site OMGYes et ses «vidéos tactiles» sont entièrement consacrés au plaisir féminin. D'autres bonnes initiatives en matière de sexe? Une campagne visant à casser les préjugés sur le sujet, le développement du porno féministe et F*ck Yes, une web-série qui fait rimer éducation sexuelle et érotisme. 

6/

moji2-970x508

6. La mobilisation sur les réseaux sociaux s'amplifie

Armée de ses «She-Moji», la nouvelle génération de féministes utilise Facebook, Instagram et Twitter (entre autres) pour se faire entendre et c'est tout bon ! Grâce à elles, des hashtags comme #ShePersisted ou #SiLesFemmesParlaientCommeLesHommes font le buzz et des campagnes inspirantes deviennent virales. Vous vous souvenez de la version canon de «Wannabe» des Spice Girls pour l'égalité des sexes? A partager sans tarder.

7/

women-march-970x508

7. Les events «in real life» se poursuivent aussi

Oui, c'est sympa de multiplier les hashtags #empowerment et #equalrights sur Twitter mais ça ne remplace pas les manifs, les débats, les colloques, etc organisés par des femmes, et des hommes, qui ont envie de faire avancer la cause. Et l'année a été riche en événements! On pense évidemment immédiatement à la Women's March qui a rassemblé un max de monde, mais on soutient aussi le festival Elles tournent et l'HeForShe Arts Week (pour ne citer qu'eux).

8/

VanessaHudgens-970x508

8. Les people au rendez-vous

S'il y a quelques années, certains hésitaient à se qualifier ouvertement de «féministes», il semblerait que le vent ait tourné. On ne compte plus le nombre de stars présentes à la Women's March, on approuve le coup de gueule de Serena Williams, la chasse au trésor engagée d'Emma Watson, la fausse pub de Kristen Bell... Initiative sincère ou coup de pub, les people touchent des millions de personnes et suscitent parfois (on l'espère) l'envie de s'engager dans le mouvement.