Rencontre avec Audrey Vanbrabant, une des autrices de “Lisez-vous le belge ?”

Publié le 24 novembre 2021 par Juliette Maes et ELLE Belgique
Rencontre avec Audrey Vanbrabant, une des autrices de “Lisez-vous le belge ?” © Editions Auzou

Connaissez-vous Marie Mineur, Edith Cavell, Hélène Dutrieu ou encore Amal Amjahid ? Dans l'ouvrage féministe "Les 30 femmes qui ont marqué l'histoire de la Belgique", Audrey Vanbrabant fait découvrir aux enfants (et aux plus grands) le parcours de femmes fortes, intelligentes, passionnées, engagées, que l'histoire a souvent laissé de côté.

"Lisez-vous le belge ?" est une initiative de 5 semaines pendant lesquelles tout le secteur du livre s'unit pour donner de la visibilité aux auteurs, autrices, libraires, maisons d'éditions, bibliothèques, ainsi qu'aux personnes qui travaillent dans le milieu de la médiation du livre. Lancée en 2020 dans le cadre des mesures de soutien mises en place suite à la pandémie, elle se déroule pour la deuxième année jusqu'au 6 décembre.

Journaliste indépendante et féministe, Audrey Vanbrabant y présente son premier livre intitulé "Les 30 femmes qui ont marqué l'histoire de la Belgique" qui s'ajoute à la collection 100% belge "Les 30" des Éditions Auzou. Les textes sont accompagnés de dessins ludiques créés par l'illustratrice Jialei Sun, ainsi que des photos actuelles et d'archives.

ACHETER CE LIVRE

Une démarche fondamentalement féministe

Pour la journaliste, écrire pour un public jeune représentait un challenge personnel. Elle voulait relever le défi d'adapter son écriture pour un public qui n'est pas celui auquel elle s'adresse généralement. Le réel challenge a pourtant été de ne sélectionner que 30 femmes pertinentes qui ont marqué l'histoire de la Belgique. "Ça a été un grand casse-tête," avoue Audrey, "je voulais qu'on y retrouve des profils économiques, sociaux et culturels diverses. C'était très important, mais compliqué. Le peu de femmes qui ont été retenues par l'histoire étaient blanches, bourgeoises, cisgenre et hétérosexuelles."

Trouver des femmes d'autres milieux sociaux et culturels qui ont marqué le début de l'histoire de la Belgique a donc été un parcours du combattant en raison du peu de documentation de l'époque à leur sujet et des faibles moyens alloués à la recherche dans ce domaine. "On ne les connait tout simplement pas", regrette l'autrice, "alors qu'il est évident qu'il y a des femmes racisées, LBGTQI+ et autres qui se sont battues pour le droit des femmes ou ont réalisé des choses illustres dans l'histoire de la Belgique." Pour combler ce manque, elle s'est donc concentrée sur des femmes actuelles comme l'athlète Nafissatou Thiam, la ju-jitsuka Amal Amjahid ou encore la militante décoloniale Stéphanie Ngalula.

Les femmes mentionnées dans le livre se démarquent par leur diversité, mais elles ont toutes en commun d'avoir fondamentalement façonné la société pour les femmes qui les ont suivies. "Qu'elles soient contemporaines ou décédées, je ne pourrais pas leur coller l'étiquette de féministes alors qu'elles ne l'ont pas elles-mêmes utilisée," admet Audrey, "Certaines ce sont très clairement battues pour le droits des femmes. Mais mêmes celles qui ne l'ont pas fait consciemment, par leurs exploits, par leur parcours, ont marqué l'histoire de la Belgique. Et ça pour moi, c'est féministe."

Des femmes auxquelles les jeunes peuvent s'identifier

L'espoir d'Audrey Vanbrabant est qu'à travers ce livre les enfants puissent créer de nouveaux automatismes et comprendre que, si l'histoire actuelle est présentée comme majoritairement blanche et masculine, il ne s'agit pas d'une fin en soit. "Il faut créer des automatismes, que l'on prenne l'habitude d'aller chercher d'autres informations, lire d'autres livres où les représentations sont là," presse-t-elle "ce sont des choses qu'il faut déconstruire, mais les programmes scolaires mettent beaucoup de temps à changer."

Un autre point important pour la journaliste est que les jeunes puissent également y trouver des nouveaux modèles, des personnes qui leur ressemblent. "J'espère que ce livre peut montrer à des enfants qui sont transsexuels, gays, voilés etc. qu'il y a des personnes qui leur ressemblent dans la société et qui changent le monde. Mais il faut en parler, il faut les montrer pour qu'au fur et à mesure, cela devienne un non-évènement. J'espère qu'un jour, on ne sera plus obligé de dire que c'est une femme qui devient premier ministre, présidente ou autre. Que ce soit tellement courant que ce ne soit plus important. Mais aujourd'hui, en 2021, c'est encore nécessaire de dire que l'on peut être une femme transgenre, voilée, racisée et faire de grandes choses."

À LIRE AUSSI 

4 magazines féministes qui font vraiment bouger les lignes

3 jeux de société féministes ultra cool à tester d'urgence

5 BD féministes à dévorer de toute urgence