7 BD féministes à dévorer de toute urgence

Mis à jour le 3 mars 2022 par Elisabeth Debourse
7 BD féministes à dévorer de toute urgence © Éditions Glénat

À coups de crayon et de textes bien sentis, ces auteurs et actrices de BD mettent le féminisme en cases en même temps qu'ils le décloisonnent.

Liv Strömquist et « Les sentiments du prince Charles »

Au pays des féministes illustrées, Liv Strömquist est une reine. Bédéiste suédoise, forcément en avant sur son temps, elle crève la page avec ses « Sentiments du prince Charles », un recueil d’analyses ultra-progressistes qui mêle études de genre et histoires révélatrices de pop stars. Depuis lors, elle a publié une flopée d’autres critiques bien balancées, dont certaines ont été traduites en français. La dernière en date s'intitule « La rose la plus rouge s’épanouit ».

BD
« Les sentiments du prince Charles » de Liv Strömquist

Je l'achète

Pénélope Bagieu et ses « Culottées »

La Française Pénélope Bagieu est l’actrice d'un véritable best-seller du genre, baptisé « Culottées ». Dedans, on retrouve des femmes qui ont fait l’Histoire sans presque jamais y être citées. Négligées, oubliées, voire même malmenées, l’autrice braque les projecteurs de son stylo graphique sur Ninga, reine du Ndongo et du Matamba, Giorrgina Reid, gardienne de phare, ou encore l’activiste Naziq al-Abid. La BD a également été adaptée en série animée et diffusée sur France 5.

BD
« Culottées » de Pénélope Bagieu

Je l'achète

Fred Zanzim et « Peau d’homme »

En 2020, cette BD au thème improbable fait un véritable buzz avec plus de 100 000 exemplaires vendus. Même les amateurs de littérature pas très fans des images s'arrachent le livre. "Peau d'Homme"... il faut dire que le titre titille la curiosité. En réalité, cette BD tente une exploration de la condition de la femme et de la notion de genre à travers une histoire bien barrée. En effet, la famille de Bianca détient un étrange secret : les femmes se transmettent de génération en génération une peau d’homme qui leur permet de se transformer. En l'enfilant, Bianca est l’amant comblé de son époux et profite de la liberté. En enlevant sa peau, elle redevient une femme délaissée par son mari, et soumise aux conventions du genre féminin. Forcément, elle va tout mettre en œuvre pour sortir de cette impasse.

"Peau d'Homme" de Fred Zanzim et Hubert

Je l'achète

Mirion Malle et « Commando culotte »

Mais où est le féminisme dans nos séries télé et films préférés ? C’est la question que Mirion Malle — un pseudonyme —, amatrice de « Buffy contre les Vampires » et de la « Revanche d’une blonde », se pose tout au long de « Commando culotte ». D’abord publiées sur son blog, ses planches qui explorent les dessous du genre et de la pop-culture font autant de bien qu’elles secouent.

BD
« Commando culotte » de Mirion Malle

Je l'achète

Aurélie William Levau et « Menses ante rosam »

Illustratrice belge, Aurélie William Levau fait de l’intime une œuvre d’art. Dans « Menses ante rosam », son expérience de la maternité devient une tapisserie moderne, une « bande dessinée » qui illustre la solitude de la femme qui possède un être qui grandit en elle. Un sublime livre, qu’on garde précieusement dans sa bibliothèque.

bd féministes
« Menses ante rosam » de Aurélie William Levau

Je l'achète

Séverine Vidal & Kim Consigny et "George Sand : fille du siècle"

"George Sand est née en 1804, à une époque où dans le code civil, les 'débiles mentaux, les mineurs, les criminels et... les femmes' étaient privés de droits juridiques". C'est par ce pitch qui annonce la couleur que Séverine Vidal et Kim Consigny nous présentent l'autobiographie d'une des plus grandes figures du féminisme. Avant ça, elles s'étaient déjà attaquées à un autre caractère fort, Françoise Dolto, célèbre pédiatre et psychanalyste française du XIXème siècle. Une autre bad girl de son temps.

BD
"George Sand : Fille du siècle", Séverine Vidal & Kim Consigny

Je l'achète

Elizabeth Pich et "Fun Girl"

C'est irrévérencieux sans être too much, engagé sans être donneur de leçon. "Fun Girl", de l'autrice germano-américaine Elizabeth Pich - qui avait déjà co-signé l'excellent Des sorcières et des hommes - nous emmène dans les sombres et drôles pérégrinations de Fungirl. Ce "petit" être maladroit et décalé nous raconte avec un humour noir sans pareil sa relation compliquée avec son ex, qui est aussi sa coloc, ou encore avec son patron qui travaille dans les pompes funèbres. Jouissif.

"Fun Girl" d'Elizabeth Pich

Je l'achète

À LIRE AUSSI

5 docus féministes à voir absolument sur Netflix

4 magazines féministes qui font vraiment bouger les lignes

5 jeux de société féministes ultra cool à tester d'urgence