La fille du vendredi : Marie Smits, créatrice du label de mode belge et durable Mardi

Mis à jour le 23 octobre 2019 par Malvine Sevrin
La fille du vendredi : Marie Smits, créatrice du label de mode belge et durable Mardi Presse

Marie Smits, créatrice de la marque de prêt-à-porter féminin “Mardi", propose une mode plus responsable et éthique sans aucun compromis sur le style. Focus sur une jeune marque belge pleine d'avenir.

La démarche de Marie est simple : sélectionner avec soin les ateliers avec lesquels elle collabore et ne travailler qu'avec des matières premières naturelles ou à faible impact sur l’environnement. Ainsi, matières de qualité et coupes intemporelles rythment les collections de son label durable qui, pour aller plus loin, oublie le concept de saisonnalité au profit d’éditions mensuelles, développées en petites quantités. Résultat ? De belles pièces féminines, à la fois sobres, éthiques et modernes, que l’on a envie de porter longtemps, très longtemps.

  • Qui es-tu ? Quel est ton parcours ?

Je suis née à Bruxelles il y’a 27 ans et j’y vis encore aujourd’hui. J’ai un parcours assez classique, cinq années en école de commerce lors desquelles j’ai eu l’occasion, à deux reprises, d’étudier à l’étranger, aux États-Unis et au Chili.

Une fois diplômée, j’ai fait un bref passage dans le département marketing d’un grand groupe de beauté avant d’intégrer l’équipe de Clio Goldbrenner. J’ai démarré en tant que responsable commerciale et participé pendant trois ans au développement de la marque. Nous étions une petite équipe et chacune de nous faisait un peu de tout, mon poste a très vite évolué.

En mars 2018, de retour d’un voyage en Australie, j’ai fait le bilan sur les trois dernières années et j’ai décidé de donner un nouveau tournant à ma vie.

La video mode du jour :
TOP 5 DES APPLICATIONS POUR REVENDRE SES VÊTEMENTS
marie smits créatrice mode
Marie Smits, créatrice du label Mardi.
  • Qu'est-ce qui t'a poussée à lancer ta marque ?

Pendant trois ans, j’ai participé au développement de Clio Goldbrenner. En travaillant avec Clio j’ai appris à oser et, au fil du temps, mon envie de développer mon propre projet a grandi.

C’est en changeant petit à petit mes habitudes de consommation et en recherchant des alternatives plus responsables pour mon propre dressing que j’ai constaté qu’il était difficile de trouver une marque de mode qui propose à la fois des pièces fabriquées près de chez nous, à partir de matières naturelles, à un prix correct et surtout sans mettre de côté la féminité, le style ou le confort.

Quand mon idée est devenue plus claire, j’ai abordé le sujet avec mes proches. Ils ont tous été à fond derrière moi. Il suffit parfois de pas grand-chose pour franchir le cap, de quelqu’un qui croit en vous et vous pousse à vous lancer.

  • Quelle est la philosophie de Mardi ?

Nous n’avons pas la prétention d’être parfaits, mais ce que nous pouvons faire aujourd’hui pour minimiser notre impact sur l’environnement, nous le faisons.

Nous souhaitons offrir aux femmes l’accès à un vestiaire de pièces féminines, intemporelles et confortables coupées dans de belles matières naturelles et proposées à un prix raisonnable.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Mardi, eco-fashion brand (@mardi_editions) le

  • Et d'où vient le nom ?

Je cherchais un nom qui puisse évoquer le côté intemporel de la marque et fasse référence, d’une manière ou d’une autre, à mon prénom, mon identité. Je m’appelle Marie, Mardi m’est donc apparu comme une évidence.

  • Où trouves-tu l'inspiration ?

Partout ! Lors de voyages très loin ou très près d’ici. En observant mes copines, les femmes que je croise dans la rue. Dans les magazines, sur les sites de vintage, sur Instagram…

mardi robe rouge
La robe Amélie est confectionnée dans un crêpe de soie léger et fluide provenant d’Italie.
  • Quelles sont les matières avec lesquelles tu travailles ? Comment sont-elles choisies et sourcées ?

Je ne travaille qu’avec des matières naturelles. Principalement avec de la laine, de la soie ou du lin. Lorsque j’ai démarré, je suis partie à la recherche de fabricants engagés. Tous mes fournisseurs sont européens (Italiens, Anglais ou Portugais). Certains utilisent des fibres recyclées, d’autres des teintures 100% naturelles, d’autres encore travaillent uniquement des fibres organiques. Tous recyclent leur eau, privilégient l’énergie solaire et offrent des conditions de travail de qualité à leurs employés.

Dès que c’est possible, je sélectionne mes tissus dans le stock disponible chez ces fournisseurs. Il s’agit généralement de mètres de tissus produits en excès pour d’autres clients et non utilisés. C’est un stock « dormant » auquel je donne une nouvelle vie d’une certaine manière.

  • Où sont fabriquées tes créations ?

Je travaille avec un petit atelier familial dans la région de Porto. L’atelier a été récemment repris par le fils des propriétaires et ce dernier multiplie les initiatives pour rendre son atelier plus engagé sur le plan environnemental et social.

  • Quelle est l'it-pièce de Mardi ?

C’est le modèle Philippine, une combinaison oversized super féminine et pratique. Son petit plus, c’est la laine dans laquelle elle est confectionnée, une laine organique, produite en Italie et teinte avec 100% de colorants naturels.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Mardi, eco-fashion brand (@mardi_editions) le

  • La pièce que tu ne vas pas quitter cet hiver ?

La pièce que je ne quitte déjà plus c’est notre surchemise en laine. Super oversized, super chaude, super cool ! On la porte du matin au soir et du soir au matin. J’adore la porter au-dessus de notre jupe en soie pour casser le look plus habillé.

  • L'avenir de la mode sera éthique selon toi ?

C’est certain ! Un bel exemple pour illustrer ceci c’est de jeter un coup d’œil aux salons de mode ou de textile. Il y’a quelques années, lorsque je m’y rendais pour Clio Goldbrenner, l’approche éthique ou écoresponsable était un sujet abordé très discrètement par certains avant-gardistes, mais à peine visible sur place.

Aujourd’hui, c’est un argument indispensable. Sur le salon Première Vision, les fabricants sont classés selon leur impact environnemental. Lors de la dernière édition du salon Who’s Next, un espace entier était dédié à la mode écoresponsable et mettait à l’honneur des marques engagées.

Aujourd’hui, se lancer dans la mode sans prendre en compte l’approche éthique ou environnementale n’aurait aucun sens.

mardi chemise blanche
La blouse Pauline a été confectionnée dans un atelier familial au Portugal sélectionné par la marque pour son savoir-faire et son engagement envers ses artisans.
  • Quelles sont tes marques éthiques préférées ?

Reformation, Veja ou Stella Mc Cartney pour leur engagement et leur impact sur la mode éthique et écoresponsable. J’aime également beaucoup les collections, le style ou l’engagement de marques telles que Ninety Percent, Riley Studio, Baserange, Nudie Jeans ou Talia Colins.

  • Tes conseils pour consommer la mode autrement ?

Privilégiez les pièces de qualité et les coupes intemporelles.

Portez vos vêtements pendant des années et réinventez-les continuellement en les associant avec d’autres couleurs, d’autres accessoires.

Prenez soin de vos vêtements, ils vous le rendront !

Retrouvez les collections de Mardi sur l'e-shop mardi-editions.com ou au showroom bruxellois chez Georges, 199, rue Berkendael à Ixelles.
Ouvert du lundi au dimanche sur rendez-vous via l'adresse mail hello@mardi-editions.com

D'AUTRES ARTICLES:

N-UE : des bijoux belges et écologiques

5 habitudes à adopter pour prendre soin de ses vêtements

Good on You : l'appli qui évalue l'éthique des marques de mode