On a parlé huîtres, rhubarbe et Negroni avec Balthazar

Mis à jour le 13 août 2019 par Virginie Dupont
On a parlé huîtres, rhubarbe et Negroni avec Balthazar

Le festival Musilac à Aix-les-Bains nous a donné l’occasion de parler huîtres, rhubarbe et Negroni avec le groupe belge Balthazar.

Interview food de Balthazar
Crédit : Alexander D’Hiet

Rémi Perrier, fondateur de Musilac à Aix-les-Bains en Savoie : "Nous réfléchissons au line-up de notre festival comme un chef compose le menu de son restaurant. Nous programmons des artistes classiques, mais aussi des talents contemporains pour créer un mélange de saveurs et plaire au plus grand nombre." Et en parlant de saveurs, le site n’était pas en manque : terroir (vous aviez déjà croisé un food truck de tartiflette sur un festival ?) et cuisine du monde (gros coup de coeur pour les falafels de La Petite Syrienne) rivalisaient de prouesses culinaires pour proposer aux festivaliers une expérience food du début de l’après-midi jusque tard dans la nuit. "Parce que la pause restauration fait partie du vécu lors d’un festival", ajoute Rémi Perrier.

Après avoir volé en solo sous les noms respectifs de Warhaus et J. Bernardt, Maarten Devoldere et Jinte Deprez, les têtes pensantes de Balthazar, se sont retrouvés pour créer Fever. Fin janvier sortait ce quatrième album percutant que le groupe est venu présenter en live le 14 juillet dernier à Aix-les-Bains. On y était et on en a profité pour leur demander ce qui, à part la musique, les sustentait.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

@balthazarband, votre nouveau groupe belge préféré ❤ . . 📷- @arnobrey #musilac #musilac2019 #AixRiviera #festival #Balthazar

La video elle à table du jour :
10 BOISSONS FRAÎCHES

Une publication partagée par Festival Musilac (@festival_musilac) le

ELLE : Végétarien ou dingue de viande ?

Jinte : J’étais plus ou moins devenu végétarien, mais c’était un peu compliqué, alors j’ai recommencé à manger de tout.
Maarten : Je ne peux pas m’empêcher de manger de la viande, même si je sais qu’elle engendre pas mal de souffrance animale.

Sucré ou salé ?

J et M (en chœur) : Salé !

Si vous participiez à un show culinaire, vous seriez membre du jury ou candidat ?

M : Je ne serais pas d'une grande aide en cuisine...
J : C'est vrai que nous ne sommes pas de grands cuisiniers.

Le plat que vous détestez ?

J : Sans hésiter les chicons !
M : Tu rigoles, c’est délicieux ! Moi je dirais les haricots blancs, comme ceux qu’on sert au petit-déjeuner en Angleterre.
J : Miam !

Vous n’avez de toute évidence pas les mêmes goûts sur le plan alimentaire. Et le plat que vous adorez ?

M : Je pourrais manger des huîtres tous les jours.
J : Des huîtres ? T’es sérieux ? Moi je pense que ce serait ma sauce bolognaise, c'est la meilleure.

Le plat pour séduire une femme ?

J : Un aliment aphrodisiaque. Et les huîtres le sont, non ? Mais bon ce n’est pas très appétissant.
M : Je l’emmènerais manger une pita en guise de test pour vérifier qu’elle n’est pas…
J : Pour vérifier qu’elle n’est pas uniquement intéressée par l'argent et la célébrité !

Qu’avez-vous en permanence dans votre frigo ?

J : Du lait tourné (rires). Sérieusement, on n’a pas grand-chose dans notre frigo car on est souvent en tournée. Chaque fois qu’on rentre, on doit se coltiner les courses.

La personne avec qui vous auriez envie d’aller au restaurant ?

M : Walter Grootaers, le chanteur du groupe De Kreuners. Il me donne l’impression d’être un chouette gars avec qui j’aimerais aller manger un bout et boire un verre.
J : Moi je choisirais ma petite copine. Je suis sûre qu’elle est plus marrante que Walter.

Que mangez-vous avant un concert ?

J : Pas grand-chose, sinon on se sent lourds sur scène. On n’est pas difficiles, on n’a pas de demandes spéciales.
M : Oui, on mange ce qu’il y a au catering. Cela dit, je ne peux pas monter sur scène en ayant faim, j'avale donc toujours quelque chose.

Et vous buvez sur scène ?

M : Oui, on boit beaucoup.
J : De la bière et du Gin Tonic.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Wrong Vibration, a new music video, out Tomorrow.

Une publication partagée par BALTHAZAR (@balthazarband) le

Un plaisir coupable ?

J : La tartiflette (rires).

Vous l’avez goûtée sur le site ?

J : Non, c’est un plat d’hiver. Je ne savais pas qu'ils en vendaient sur le festival, c'est incroyable.

Votre cocktail préféré ?

J : Le Negroni, à base de gin, de vermouth rouge et de Campari.
M : Le Dark 'n' Stormy, un cocktail composé de rhum ambré et de bière de gingembre, servi avec des glaçons et une rondelle de citron.

Un plat ou une odeur qui vous rappelle votre enfance ?

J : Les bâtons de rhubarbe crue que je trempais dans du sucre. Waouh, ça fait longtemps…
M : La pap, cette sorte de bouillie pleine de grumeaux que nous servait ma grand-mère. Je trouvais ça dégoûtant.

Votre restaurant préféré en Belgique ?

J : Willem Hiele à Coxyde, un restaurant qui porte le nom de son chef. Il a transformé une cabane de pêcheurs en un lieu magnifique.
J : Chambre Séparée à Gand. Ce restaurant offre une superbe expérience culinaire dans un beau cadre sur fond de musique mais je pense qu’il va bientôt fermer…

Et le concert on en parle ? Balthazar n’a rien perdu de sa superbe : rythmes hyperefficaces, chœurs entêtants et présence scénique à tomber.

festival Musilac Balthazar
Crédit : Alexander D’Hiet

Le groupe est en "Fever Tour" tout l’été en Europe. Il sera de retour en Belgique le samedi 7 septembre au festival Crammerock à Stekene. L’occasion idéale de le (re)découvrir !

A LIRE AUSSI