Le créateur de MOM I’M FINE gagne son combat contre un géant de l’habillement canadien

Publié le 12 juillet 2019 par ELLE Belgique
Le créateur de MOM I’M FINE gagne son combat contre un géant de l’habillement canadien

Jonathan Kubben est le créateur du compte Instagram MOM I'M FINE et de la marque de vêtement éponyme. Durant des semaines, il a mené une véritable bataille face à la firme canadienne Reitmans. La raison : la société de textile utilisait son célèbre slogan sans son autorisation. Profondément déterminé, le jeune homme vient juste d'obtenir un accord avec la firme canadienne. 

David contre Goliath

Jonathan Kubben est célèbre pour ses photos où il pose avec une pancarte "Mom I'm fine" (Maman je vais bien) aux quatre coins de la planète. Des clichés drôles et touchants admirés par plus 360 000 abonnés. Fort de ce succès, l'influenceur belge décide de lancer son propre label de vêtements biologiques et issus du commerce équitable. Bref, une marque respectueuse de ses valeurs puisque qu'à travers son compte Instagram Jonathan veut rendre le monde meilleur, défendre la planète et oeuvrer pour des associations humanitaires. Son business lui permet de financer un projet de construction d’école à partir de plastique recyclé au Mexique.

Mais il y a quelques mois, c'est la douche froide. Ses abonnés lui signalent que Reitmans, une immense enseigne de prêt-à-porter canadienne, usurpe son célèbre slogan. Jonathan les contacte et finit par apprendre que la firme a déposé la marque "Mom I'm fine"au Canada.

Loin de se laisser décourager, il décide de partir à Montréal et s'installe dans une tente juste devant le siège social de Reitmans, afin de demander réparation. Sur ses réseaux, il affirme qu'il se bat aussi pour tous les autres petits créateurs. Plusieurs médias s’intéressent à son histoire mais c'est grâce à l'aide de ses abonnés que son mouvement et son combat prennent de l'ampleur. Il active son réseau et lance le hashtag #fixthisreitmans (Réparez-ça Reitmans). Au bout de plusieurs semaines de "sitting", les efforts de Jonathan sont récompensés.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

ENGLISH - ESPAÑOL ⠀ It’s been one week since I travelled 5532 km to get Mom I’m fine back. ⠀ Despite national and international coverage and the growing movement of content creators, djs, artists etc., NOTHING has changed. ⠀ I promised I would do everything I could, so I decided to camp in front of @reitmans office. By doing this, I want people working at @reitmans to see that I am not only a slogan but a real human being, suffering from their behavior. I won’t leave till I get a reparation and my brand back. ⠀ I am not only doing this for me; I am doing this for all the young creators that suffered what I am going through. I want this story to represent a reason why companies stop taking our ideas without permission. ⠀ I hope I'll continue to have your support. Thank you for everything! ⠀ #RespectYoungCreators #FixThisReitmans #MomImNotFine ⠀ ————————— ⠀ ESPAÑOL ⠀ Hoy se cumple una semana desde que viajé 5.532 km para recuperar a Mom I’m fine. ⠀ A pesar de las notas de prensa nacional e internacional y el movimiento de apoyo que tengo por parte de creadores de contenido, djs, artistas, entre otros, NADA ha cambiado. ⠀ Prometí hacer todo lo que esté a mi alcance y por ello decidí acampar frente a @reitmans. Quiero que las personas que trabajen en @reitmans se den cuenta de que no soy un slogan, soy una persona que sufre por lo que hacen. No me iré de aquí hasta recibir una compensación y recuperar mi marca. ⠀ No hago esto solo por mí, lo hago por todos aquellos jóvenes creadores dr contenido que han pasado por lo mismo que estoy sufriendo yo. Quiero que esta historia sea una razón por la que las empresas dejen de robar nuestras ideas sin permiso. ⠀ Espero seguir contando con tu apoyo. ¡Gracias por todo! ⠀ #RespectYoungCreators #FixThisReitmans #MomImNotFine

Une publication partagée par Jonathan Kubben Quiñonez (@momimfine) le

Une victoire importante

C'est sur Instagram que le jeune homme a annoncé la bonne nouvelle : "Ils ont décidé de me transférer le dépôt de la marque MOM I'M FINE au Canada, mais ils ont aussi accepté de payer une compensation ET ils vont contribuer à notre effort humanitaire pour nous aider à construire l'école en plastique au Mexique."

Jonathan Kubben nous explique que "c’est un accord équitable qui a été obtenu de manière pacifique. Je suis extrêmement heureux de cet arrangement commun, j’espère que ça sera un tournant positif pour les relations entre les influenceurs/créateurs et les sociétés." En effet, l'histoire de Jonathan et de l'entreprise canadienne est porteuse d'espoir pour de nombreux jeunes talents qui ont vu leurs idées plagiées par des immenses firmes de prêt-à-porter. Mais surtout, cet accord va permettre à l'influenceur de continuer de développer sa propre marque et ses projets.

"Pour l’instant l’ASBL MOM I’M FINE PROJECT est en train d’être fondée en Belgique. Nous avons déjà réussi à avoir le terrain à Tulum et à créer un partenariat avec une association locale, Ladle, qui s’occupe d’enfants défavorisés. 200 équipes d’architectes nous ont fait des propositions car nous avons été choisis par le concours Archstorming et cette semaine commence Barcelona Express, une compétition dont les bénéfices seront reversés à notre association. Nous sommes proches du but mais nous devrons probablement lancer un crowdfunding pour recueillir l’argent restant et cela malgré la vente des vêtements de la marque Mom I’m fine et la participation de Reitmans", explique le jeune homme. Le centre communautaire sera entièrement construit à base de plastique recyclé. Le lieu accueillera les enfants dans le besoin et ils pourront profiter d'activités gratuites autour de la culture, l’éducation et l'art. Un beau projet qui montre que tous les influenceurs ne sont pas juste animés par les likes et la célébrité et que les réseaux sociaux peuvent contribuer à de nobles causes.

Suivez le projet de Jonathan Kubben sur son Instagram et sur Facebook

Retrouvez sa marque de vêtement sur : momimfine.com

A LIRE AUSSI 

MOM I'M FINE : le compte le plus inspirant de l'année

Charlotte Médot (stagiaire)