Crush: les bijoux plastrons de la marque belge Mataco

Publié le 6 août 2018 par Malvine Sevrin
Crush: les bijoux plastrons de la marque belge Mataco

Mataco, ce sont des bijoux en plastrons au caractère fort qui upgradent nos tenues en un clin d'oeil. Le (gros) plus ? Ils sont réalisés à Bruxelles dans un esprit slow fashion

Rencontre avec Marine Leclercq, créatrice des bijoux Mataco:

A l'issue de sa formation en stylisme et modélisme à Bruxelles, son travail est salué par les professionnels et elle remporte plusieurs récompenses prestigieuses (Prix du Jury, Prix du Elle Belgique et Coup de coeur du MAD Brussels) qui l'amène à présenter ses créations lors du show d'ouverture des Brussels Fashion Days en 2014. Elle y présente alors une collection aux inspirations coutures: "des amazones des temps modernes" comme elle les décrit, habillées de pièces en tulle, en cuir, en dentelle et Swarovski à travers des jeux de contrastes de matières et de transparences. L'envie lui vient alors de lancer sa propre marque d'accessoires dans le même esprit, inspirée par l'idée de créer une pièce unique que l'on chérit et associe avec différentes tenues... Et ainsi est née Mataco.

Les bijoux Mataco sont comme une sorte de bouclier stylé qui donne force et assurance.

Mataco

La video mode du jour :
COMMENT EMPÊCHER SES CUISSARDES DE GLISSER

Quel est le concept de Mataco ?

J’ai voulu créer des pièces fortes qui font la différence sur une tenue de jour ou de soirée, à travers un subtil équilibre entre des matières très différentes. Douceur, style et élégance, Mataco c’est "la pièce de caractère qui scintille dans la jungle contemporaine", créé avec cœur et passion. Les modèles sont pour femmes, hommes, unisexes, ils font scintiller ceux qui les portent, c’est comme une sorte de bouclier stylé qui donne force et assurance à ceux qui relèvent les défis de la vie et du monde.

D’où vient le nom de la marque ?

Je suis née en Argentine, j'y ai vécu et j'y ai croisé des petits tatous que les Gauchos (le peuple de gardiens de troupeaux, NDLR) nomment là-bas: Mataco. Ce nom qui évoque la nature, l’authenticité et l’Argentine pour moi, était gravé dans ma mémoire depuis toute petite. Ce petit animal a une carapace constituée de plastrons qui lui permettent de se recroqueviller en petite boule indestructible pour se protéger du danger ! J’avais créé mes premiers modèles de type plastron, je cherchais un nom qui ait du sens et j’ai craqué à la fois sur l’animal et sur le nom, ce qu’il évoque pour moi et sur son astuce de protection, c’était comme une évidence ! J’adore cette idée de plastron qui protège de manière redoutablement pacifique ! Et hop, j’ai dessiné mon petit logo !

Mataco

Je veux que chaque pièce soit un bel objet, qu’elle soit porteuse d’une âme.

Où trouves-tu l'inspiration ?

L’inspiration peut me venir de tout et de n’importe où: la musique, le dessin, une émotion, une photo de mode, une idée de modèle, une atmosphère musicale, etc. Je craque sur une dentelle et je travaille en mixant les matières en veillant à créer une pièce forte et harmonieuse toute en cohérence avec l’esthétique générale d’une collection, en suivant les tendances mais avec originalité.

Mataco

Comment sont réalisées les pièces ?

J’imagine, je dessine, je réalise, je brode les perles et je finis toutes les pièces à la main, à partir de matières de qualité: cuirs de provenance européenne, Swarovski véritables, belles dentelles, cotons et velours de qualité pour les doublures. Au niveau géographique, tout se passe pour le moment dans mon petit « bunker créatif » à Bruxelles. Je veux que chaque pièce soit un bel objet, qu’elle soit porteuse d’une âme, chargée des heures de travail et de l’attention que j’y apporte, et sublime celui ou celle qui la porte. Cela correspond à un esprit slow-fashion, une question de bon sens pour moi, primordial à l’heure actuelle.

mataco.be

D'AUTRES ARTICLES

La fille du vendredi: Camille Coppens de Dazibao

La collab' arty qui va mettre Van Gogh à nos pieds

Les buffalo vont-elles vraiment revenir à la mode ?