8 bonnes nouvelles qui ont marqué le féminisme ces derniers mois

Mis à jour le 25 février 2022 par Alexandra Teklak et ELLE Belgique
8 bonnes nouvelles qui ont marqué le féminisme ces derniers mois © Shutterstock

L'année 2021 nous laisse un goût amer en ce qui concerne la santé. Pourtant, du côté du droit des femmes, ces derniers mois ont été riches en avancées. Voici les 8 dernières bonnes nouvelles qui ont marqué l'histoire du féminisme.

1. Kamala Harris, première femme vice-présidente des Etats-Unis

C'est sans doute LA nouvelle qui a marqué le début d'année 2021 : pour la première fois de l'histoire des Etats-Unis, une femme, Kamala Harris, est devenue vice-présidente. C'est également la première personne noire à occuper cette fonction. "Peut-être que je suis la première femme dans ce bureau, mais je ne serai pas la dernière" avait-elle alors assuré. Et alors que Joe Biden aura 81 ans lors des prochaines élections présidentielles en 2024, beaucoup de médias américains la présentent déjà comme son successeur naturel.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Kamala Harris (@kamalaharris)

2. Légalisation de l’avortement dans plusieurs pays

En matière de droit à l'avortement, l'année 2021 a été synonyme de belles avancées. Un peu partout dans le monde, des pays ont légalisé l'interruption volontaire de grossesse (IVG). En avril et en juin derniers, l'Equateur et Gibraltar ont décidé de dépénaliser l'avortement en cas de viol. Après un vote historique en septembre 2021, le Mexique, pays conservateur et catholique, a pris la décision d'autoriser l'avortement, quelles qu'en soient les raisons. Un mois plus tard, le Bénin est devenu l'une des rares nations d'Afrique à autoriser l'IVG jusqu'à 12 semaines de grossesse. Ce 23 février 2022, la Colombie a également décidé de rejoindre la liste des pays autorisant l'avortement, et ce jusqu'à 24 semaines de grossesse. Un grand pas dans l'histoire du féminisme.

Ces bonnes nouvelles sont évidemment à nuancer avec d'autres Etats qui ont serré la vis, tels que la Pologne ou encore les Etats américains du Texas et de l'Arkansas, qui interdisent l'avortement même en cas de viol. Le combat des femmes n'est pas encore terminé.

3. La loi bio-éthique en France

L'histoire du féminisme en France a fait un grand bon en 2021. L'instauration de la loi bio-éthique en juin dernier a amené son lot de changements positifs. Désormais, toutes les françaises ont droit à la procréation médicalement assistée, qu'elles soient en couple ou célibataire. L'adoption de cette loi est très importante puisqu'elle permet de créer une égalité dans l'accès à la parentalité.

Autre changement qu'induit la nouvelle loi : n'importe quelle femme peut congeler ses ovocytes. Jusqu'ici, les femmes désirant le faire avaient besoin d'une prescription ou d'une raison médicale. Cette nouvelle permet aux femmes de plus de 30 ans qui n'ont pas comme projet immédiat d'avoir des enfants de pouvoir repousser cette décision à plus tard sans craindre d'être trop âgée pour procréer.

4. L’Argentine reconnait la maternité dans le calcul des retraites

Depuis le mercredi 4 août 2021, l'Argentine prend en compte la maternité dans le calcul des droits à la retraite. Une nouvelle inédite qui fait de l'Argentine le seul pays en Amérique latine à reconnaitre les tâches liées à la maternité comme un travail à part entière. Les femmes de plus de 60 ans ayant eu des enfants et à qui il manque des annuités - équivalent d'une année de service dans le décompte des pensions - pourront en gagner. L'Argentine est un véritable pionnier dans l'avancée des droits sociaux sur le continent. Plus tôt, en décembre 2020, le pays légalisait le droit à l'avortement jusqu'à 14 semaines de grossesses.

5. Lancement d’un essai de vaccin contre le cancer du sein

C'est une nouvelle pleine d'espoir qui a été annoncée en octobre 2021 dans une clinique des Etats-Unis. Un vaccin contre le cancer du sein triple négatif - soit la forme la plus mortelle et la plus agressive du cancer du sein - a été lancé en essais cliniques. Jusqu'ici, aucun traitement hormonal ou médicamenteux ciblé n’a encore marché sur ce type de cancer. Seule la mastectomie permet de l’éviter. Les essais ne porteront que sur des survivantes du cancer qui présentent un risque élevé de récidive. Espérons que cet essai soit concluant…

6. Une femme au pouvoir du gouvernement tunisien

Le 11 octobre 2021, Najla Bouden est devenue Première ministre de Tunisie. Une première historique dans le monde arabe puisqu'elle devient la première femme nommée à la tête d'un Etat. Même si ses prérogatives sont très limitées, son élection amène un bel espoir au vu des évènements qui se passent actuellement.

7. Les femmes transgenres peuvent participer à Miss France

La présidente de la Société Miss France, Alexia Laroche-Joubert, a annoncé en décembre dernier que, dès l'année prochaine, les candidates transgenres seraient désormais les bienvenues au concours de la plus belle femme de France. La seule condition, c'est que cette candidate dispose de l'identité civile féminine sur sa carte d'identité. Cette décision est également valable pour les concours régionaux. Dans d'autres pays, la présence de femmes transgenres est déjà d'actualité. C'est notamment le cas des Etats-Unis et de l'Espagne. Le concours de Miss se veut de plus en plus inclusif.

8. Aux Etats-Unis, les joueuses de l’équipe de football payées autant que les hommes

La nouvelle a été annoncée il y a peu : l'équipe féminine américaine de football touchera désormais autant d'argent que ses homologues masculins. La capitaine Megan Rapinoe a très vite réagi sur les réseaux sociaux en postant une publication "When we win, everyone wins!" ("Quand on gagne, tout le monde gagne!"). Cette décision fait suite à un recours collectif déposé contre la politique discriminatoire de la Fédération américaine de football. Un grand jour pour le féminisme dans la lutte pour l'égalité salariale.

À LIRE AUSSI 

10 moments marquants dans l'histoire du féminisme

4 magazines féministes qui font vraiment bouger les lignes

Quelles mesures contre les féminicides en Belgique ?