“Phoenix” : Le podcast ultime pour se remettre d’une rupture

Mis à jour le 1 juillet 2021 par Camille Vernin
“Phoenix” : Le podcast ultime pour se remettre d’une rupture ©Phoenix

Un coeur façon tattoo kitsch transpercé de flèches sur lequel est gravé en lettres grasses "Phoenix". Phoenix, c'est l'oiseau légendaire qui renaît éternellement de ses cendres. Comme nous après une rupture, on croit mourir à chaque fois, et à chaque fois on survit. Phoenix, c'est le petit nom choisi par Bérengère Krief et Marine Baousson pour surnommer leur podcast. Une pépite qu'on a presque dévorée en une journée.

Le kit de survie des coeurs brisés

Présenté comme "la boîte à outils de la rupture amoureuse" ou encore "le kit de survie des coeurs brisés", Phoenix est en fait beaucoup plus que ça. C'est deux meilleures copines humoristes que vous connaissez peut-être : Bérengère Krief s'est faite connaître dans la série Bref et Marine Baousson fait des one-woman-shows très drôles à côté de podcasts qui cartonnent (big up à Vulgaire). À deux, elles nous entraînent dans des dialogues au coin du feu absolument délirants dans lesquels elles parlent d'amour, de rupture, d'abandon, de quête de soi.

Évidemment, on s'identifie tout de suite. Quand l'une nous raconte qu'elle vient de vivre sa huitième rupture et l'autre qu'elle a passé sa vie à rompre avec des gens qui n'étaient pas vraiment avec elle, on sent forcément une petite impression de déjà-vu. Les épisodes se déclinent sous la forme de micro capsules de 2-3 minutes sur un thème en particulier. On nous explique comment rompre clairement, à la Lara Fabian : "Tout est fini entre nous". On y aborde aussi les 5 grandes étapes du deuil amoureux : le choc - le déni - la colère - la tristesse - la résignation. Tout cela au travers de réflexions aigre-douces à la fois naïves et perspicaces, des conseils tirés de leurs histoires personnelles, des scénarios vécus et donc forcément drôles et touchants.

Des discussions complices au coin du feu

Puis il y a les épisodes plus longs, les #CoinDuf pour "coin du feu", dans lesquels les deux femmes se dévoilent. Chacune à leur tour, elles racontent les péripéties amoureuses qui ont ponctué leur vie. C'est spontané, c'est drôle et c'est surtout criant de sincérité. Bérengère nous raconte comment enchaîner les relations lui permettait d'éviter de se retrouver seule avec elle-même. Au point qu'elle ose déclarer aujourd'hui haut et fort "j’adore les ruptures" car "le couple m'éloigne de moi".

Dans l'épisode 13 intitulé "L'espoir c'est comme l'ail", c'est au tour de Marine de faire son introspection amoureuse. L'humoriste raconte comment elle a réalisé que son "excès d'amour", notamment au travers de mille petites attentions quotidiennes et de cadeaux personnalisés, étouffait sans le savoir les personnes avec lesquelles elle était.

"Être sa propre lumière"

Leur complicité est telle que leurs discussions s'enchaînent comme un plan-séquence. On se demanderait presque s'il y a un scénario écrit derrière ou si tout est improvisé. Leur façon de dédramatiser, souvent volontairement bancale façon "clown triste", fait qu'on a envie de rire de A à Z malgré le sujet un peu déprimant. On retiendra par exemple le conseil pragmatique de la mère de Bérengère : "Plutôt crever que d’appeler". À noter et renoter précieusement. Mais aussi toutes les façons de gérer la première et la plus douloureuse étape de la rupture - j'ai nommé "la chialance" - qui consiste grosso modo en un gros laisser-aller, une phase de purge en profondeur pour tout évacuer (à découvrir dans l'épisode 16 : "à écouter si t'es vénère).

On comprend surtout que, finalement, dans une rupture, on est tous un peu pareils. Et c'est à la fois une évidence et une révélation : ces ruptures que nous surmontons avec tellement d'intensité sont finalement extrêmement banales puisque nous les vivons tous. Phoenix, ça aide à savoir qu'il y a d'autres gens comme nous, avec les mêmes angoisses, les mêmes chagrins et les mêmes moments de solitude que nous. Mais le seul conseil à retenir finalement, est celui de Marine : apprendre à se connaître, sans être trop exigeant vis-à-vis de soi-même, "être sa propre lumière" en somme.

Phoenix est dispo sur Acast, sur Spotify et toutes tes applis de podcast préférées.

À LIRE AUSSI :

« Bisexualités », le podcast belge qui interroge le genre de l'amour

6 podcasts hot à écouter au lit

« Save Your Love Date »: le guide ultime pour savoir si votre couple est prêt à s'engager