5 polars tirés d’histoires vraies à dévorer cet été

Mis à jour le 7 juin 2021 par Camille Vernin
5 polars tirés d’histoires vraies à dévorer cet été ©Unsplash

En vacances, il y a ceux qui ne jurent que par les romans feel good, et ceux qui aspirent au grand frisson. Exit les séries true crime sur Netflix, on se plonge dans ces 5 polars tirés d'histoires vraies pour un été frémissant !

1. Laëtitia d'Ivan Jablonska

polars tirés d'histoires vraies

« Laëtitia » d’Ivan Jablonka, Éditions Points

Laëtitia Perrais avait 18 ans et la vie devant elle. Dans la nuit du 18 au 19 janvier 2011, elle a été enlevée. Puis tuée. Par la vague d'émotion sans précédent qu'il a soulevée, le fait divers est devenu une affaire d'État. À travers cette enquête de vie, Ivan Jablonka rend Laetitia à elle-même. À sa liberté et à sa dignité.

L'auteur a rencontré les proches de la jeune fille et les acteurs de l’enquête, avant d’assister au procès du meurtrier en 2015. Il a étudié le fait divers comme un objet d’histoire, et la vie de Laëtitia comme un fait social. Car, dès sa plus jeune enfance, Laëtitia a été maltraitée, accoutumée à vivre dans la peur, et ce parcours de violences éclaire à la fois sa fin tragique et notre société tout entière : un monde où les femmes se font harceler, frapper, violer, tuer. Un des plus fascinants polars tirés d'histoires vraies.

J'achète

2. Dévorer les ténèbres – la disparue de Tokyo de Richard Lloyd Parry

polars tirés d'histoires vraies

« Dévorer les ténèbres – la disparue de Tokyo » de Richard Lloyd Parry, Éditions 10/18

L'histoire vraie de Lucie Blackman, une Anglaise travaillant dans un bar à hôtesses de Roppongi, disparue en 2000, l'été de ses 21 ans. L'enquête des autorités japonaises étant sujette à caution, le journaliste s'immerge dans le Tokyo interlope pour découvrir ce qui lui est arrivé. Depuis l'industrie du sexe jusqu'au fonctionnement de la justice, il lève le voile sur une ville hantée par le mal.

J'achète

3. Les enfants perdus de St. Margaret d’Emily Gunnis

polars tirés d'histoires vraies

« Les enfants perdus de St. Margaret » d’Emily Gunnis, Éditions Préludes

Royaume-Uni, 1956. Ivy Jenkins est séparée de son premier enfant après avoir été internée de force au couvent de St. Margaret pour les mères célibataires. Des années plus tard, Samantha Harper, jeune journaliste, découvre les terribles conditions de vie dans ce lieu. Elle doit faire émerger la vérité avant que l'édifice ne soit démoli. Premier roman.

J'achète

4. Négo de Laurent Combalbert

polars tirés d'histoires vraies

« Négo » de Laurent Combalbert, Édition Calmann Levy Noir

Stanislas de Monville est négociateur, à la tête de sa propre société. Il est contacté par Joshua qui lui propose une mission dans un projet ultra-secret de conservatoire de la biodiversité. D'abord méfiant, Stanislas se laisse emporter par la curiosité et découvre rapidement que ses employeurs sont prêts à tout pour arriver à leurs fins.

J'achète

5. Tokyo Vice de Jake Adelstein

« Tokyo Vice » de Jake Adelstein, Éditions Points

« Vous supprimez cet article, ou c'est vous qu'on supprime. » Derrière la fumée de sa cigarette, Jake n'est pas vraiment en position de négocier. Premier journaliste occidental à travailler pour le quotidien japonais Yomiuri Shinbun, il court après les bons sujets. Et là, il en tient un. Un sérieux, un fumeux, un dangereux : le yakusa le plus célèbre du Japon s'est fait opérer secrètement aux États-Unis. L'article vaut son pesant d'or. La mafia japonaise le sait. Et elle ne fera pas de cadeau à Jake.

J'achète

À LIRE AUSSI

5 livres ultra hot à feuilleter pour le plaisir des yeux

Névrosée : une maison d'édition qui met les auteures belges à l'honneur

Quels sont les romans à emporter dans sa valise cet été ?