Les filles du vendredi : An et Katrien, créatrices de Studio Stories

Mis à jour le 27 janvier 2021 par Juliette Maes et ELLE Belgique
Les filles du vendredi : An et Katrien, créatrices de Studio Stories ©Nathalie Samain

Décoratrices d'intérieur, directrices artistiques, ensemblières, Katrien et An, les deux soeurs aux multiples casquettes, tiennent un studio d'art à Gand. On vous emmène dans les coulisses de ce métier peu commun.

An a suivi une formation en communication. Elle a ensuite travaillé pour la télévision, où elle a eu l'opportunité de participer à un tournage en tant que décoratrice et directrice artistique. Cette expérience lui a fait découvrir les métiers de la vidéo et des shootings photo qui lui ont beaucoup plus. Après quelques années à travailler dans ce milieu, elle a décidé avec sa soeur, Katrien, formée en musique, de lancer leur propre studio.

Comment est venue l'idée de créer un studio créatif ?

Katrien : En tant que décoratrices ensemblières, on se rend dans de nombreux endroits pour tenter de créer de beaux espaces et des ambiances. Mais à chaque fois, il s'agit de transporter notre matériel, de tout monter et puis de tout démonter. C'est beaucoup de travail. Donc on s'est dit qu'il serait intéressant d'avoir un lieu où on pourrait organiser nous-mêmes quelque chose comme ça. On a eu une opportunité avec des amis que l'on connaît très bien et qui sont également créatifs. Ils cherchaient un espace de travail, donc on a trouvé ensemble un ancien bâtiment scolaire dont on est tombés amoureux. C’est là que tout a commencé.

Studio stories
©Studio Stories

L’idée était donc d’avoir un espace qui faisait tout ?

Katrien : Oui, on travaille avec des meubles, des accessoires, etc. Il est donc plus simple d'avoir un espace où tout est à disposition, et où on peut entreposer ce matériel. Mais surtout, que l’on peut décorer d’avance pour créer un environnement confortable dans lequel travailler. On a deux espaces différents. Il y a le studio dans lequel on accueille les clients. On essaye de les aider et d’inspirer l’équipe pour créer ce qu’ils sont venus créer. Et puis il y a la partie ensemblier et direction artistique qui n’est pas toujours liée. Les personnes peuvent louer le studio sans cette partie-là. Il nous arrive également de travailler sur d’autres locations, donc on ne se limite pas au studio.

Quelles sont les types de demandes que vous avez pour le studio ?

Katrien : Les principales demandes que l'on reçoit concernent des photos de mode. On travaille avec beaucoup de marques belges. Une de nos spécialités tient également dans les photos de produits à destination de l’e-commerce. On sait maximiser la quantité de photos que l'on peut prendre sur une journée. À côté de ça, il y a aussi les photos d’intérieurs pour des magazines, ou des clips musicaux, etc. C’est un peu un mix entre fashion, intérieurs et musique.

Comment se déroule une journée typique au studio ?

Katrien : Lorsqu’il y a un shooting, on commence très tôt. On arrive vers 7h pour mettre en place tout ce qu’il faut pour que la journée se déroule au mieux. On met de la musique, on prépare de la nourriture saine, etc. Quand les clients arrivent, ils peuvent ainsi travailler dans un bon environnement. Nous on reste disponibles s’il y a une question ou si on doit s’occuper de la direction artistique, mais ça se passe comme ça généralement.

S’il n’y a pas de shooting, on se réunit en équipe pour préparer les différents shootings qui sont programmés ou travailler sur nos projets. Ce type de journée sera généralement passé en face d’un écran, à faire des moodboards (tableaux d’ambiance), à s’occuper de l’administration, etc. Ce sont les deux routines types que l’on va avoir, mais aucune journée ne ressemble vraiment à l’autre.

Studio Stories
©Studio Stories

Comment définiriez-vous votre style ? Où piochez-vous votre inspiration ?  

Katrien : Il est difficile de choisir un style en particulier. C’est une combinaison assez éclectique de toutes les choses qu’on voit dans notre vie quotidienne. On aime beaucoup les détails, on observe énormément. Quand on va quelque part, au restaurant, en vacances, n’importe où, si on voit des belles choses, on essaye de s’en rappeler pour l’utiliser dans notre studio. Il n’y a pas un architecte qui nous inspire ou un photographe, ce sont tous les petites choses combinées.

An : On voyage beaucoup, et on met beaucoup d’efforts dans ces voyages. On a été dans de nombreux musées et galeries artistiques pour s'inspirer de ce que l’on voit et traduire cela dans une campagne ou un shooting. On va donc, par exemple, inclure dans un même projet quelque chose qu’on a vu au Mexique, mais dans un tissu inspiré d’un bar bruxellois, avec un fond d’un peintre classique connu.

Qu’est-ce que vous préférez dans le fait d’avoir un studio créatif ?

Katrien : Je pense qu’en tant que personnes créatives, le fait d’avoir la liberté de créer tous les jours, c'est vraiment spécial. On peut évoluer continuellement. N’importe quel indépendant dirait que ce qu’il préfère, c’est cette liberté d’être maître de son propre business. C’est une expérience libératrice et très intéressante. On essaye toujours de nouvelles choses et on tente de ne jamais faire la même chose deux fois. On aime beaucoup mettre notre énergie dans de nouveaux projets. Si on regarde nos accomplissements durant les 3 années de vie du studios, il y a des projets très variées.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by studiostories (@studio.stories)

Vous êtes en train de lancer un projet au Portugal. Comment cela se passe-t-il ? 

Katrien : Nous sommes en train d'organiser des workshops là-bas. Notre but est de combiner notre studio à l’environnement portugais. Il y a plusieurs thèmes que l'on aimerait développer, comme l'art, la cuisine, le vin, etc. et on a contacté des professionnels qui donneront des conférences sur chacun de ces thèmes. Ces workshops seront organisés dans des maisons dont on est en train de refaire complètement l’intérieur. Chaque maison aura une ambiance particulière et chaque conférence sera organisée dans le lieu qui s'y accorde le mieux.

Il s’agira donc de workshops qui dureront plusieurs jours, et les personnes qui veulent y participer pourront profiter d’une semaine au Portugal pour apprendre avec ces différentes personnes et faire l’expérience du studio à l’étranger. Pour le moment, nous avons presque terminé la rénovation de deux maisons et, si tout va bien, les premiers workshops seront organisés en Automne.

Quelle est la chose la plus folle qui s’est passée dans votre studio ?

Katrien : Probablement quand on a dû construire une piscine (rires). C’était juste une photo dans un moodboard dans laquelle une personne était couchée et il y avait des reflets noirs autour d'elle. Donc on a essayé de comprendre comment ils l’avaient fait, et puis on a réalisé que la photo avait été prise dans une piscine. On a décidé de se lancer le défi, mais c’était beaucoup d’organisation pour savoir comment on allait s’y prendre. La grosse question, c’était comment vider l’eau par la suite. C’était une chouette expérience mais assez stressante. Mais au final, la photo donne très bien et les clients étaient satisfaits.

An : Mais les choses qui sont les plus folles pour nous ne sont pas toujours celles qui en ont l'air sur les photos.

Katrien : Oui, parfois quelque chose qui semble très simple demande une très grande organisation et réflexion en amont. Une fois, on nous a demandé s’il était possible que les murs blancs de notre studio soient bleus pour un shooting. C’est tellement facile à dire, mais on a du coudre des centaines de mètres de tissu bleu pour que cela fonctionne. Ce qui n’est qu’une question ou une phrase pour les clients représente parfois un travail considérable de notre côté, et c’est toujours quelque chose de différent. Chaque question nous permet de développer une nouvelle compétence qu’on ne va souvent utiliser que cette fois-là.

À LIRE AUSSI 

Top 11 des comptes d'art percutants à suivre sur Instagram

Vans x MoMa : une seconde collab enivrante aux couleurs de l'art moderne

Le Dolce ouvre ses portes aux artistes belges en guise de soutien au secteur culturel