Contraception masculine : quoi de neuf ?

Publié le 13 novembre 2019 par Juliette Debruxelles
Contraception masculine : quoi de neuf ?Photo de Anastasia Dulgier sur Unsplash

Depuis la nuit des temps, les femmes se débrouillent au mieux pour contrôler leur fertilité. 50 ans de pilule plus tard, le moment est venu de partager les responsabilités. State of play des solutions.

Oui, des moyens existent et oui, il suffit d’un peu de motivation et de curiosité pour renforcer l’égalité hommes-femmes dans ce domaine aussi. Si le préservatif reste le moyen le plus sûr de se protéger des maladies sexuellement transmissibles, certains couples font le choix de n’éviter que des grossesses non désirées et d’abandonner la capote.

Objectif de la contraception masculine : réduire le nombre de spermatozoïdes à moins d’un million par millilitre d’éjaculat (20 à 200 fois moins que dans un sperme ordinaire). C’est suffisant pour obtenir un risque de grossesse proche de zéro. Pas de panique : la réduction de spermatozoïdes n’a aucun effet sur la qualité des rapports sexuels. Aucun. Reste à choisir sa méthode.

1. La plus prometteuse: le Risug (Reversible Inhibition of Sperme Under Guidance)

Le principe

Des injections d’un gel dans les deux canaux reliant les testicules à la prostate.

Les effets

Les spermatozoïdes, trop gros pour passer à travers le gel, sont filtrés lors de l’éjaculation et évacués par l’organisme. Une solution non définitive puisqu’en cas de demande du patient, le gel peut être dissous à l’aide d’un autre produit.

La disponibilité

Prochaine. Des essais cliniques sont en cours.

2. La plus fashion: le slip chauffant

Le principe

Porter un slip « gainant » jusqu’à 15 heures par jour (pas plus).

Les effets

En remontant les testicules au plus près du corps, on en fait passer la température de 34 à 37° C pour ainsi bloquer la production de spermatozoïdes (impossible au-delà de 35° C). La méthode serait réversible et sans risque à long terme.

La disponibilité

Faible, puisque seulement expérimenté au CHU de Toulouse, en France, par le Dr Mieusset.

slip-chauffant.fr

3. La plus efficace: la vasectomie

Le principe

Une intervention toute simple et rapide (une dizaine de minutes) consistant à couper et bloquer les canaux chargés de transporter les spermatozoïdes à partir des testicules.

Les effets

No panic, ce n’est pas parce qu’on coupe que tout va dérailler ! Aucune incidence sur l’érection, la libido, la mécanique. Fiable à 99,80 %, elle explose les autres méthodes (la pilule n’est fiable qu’à 91 %, le préservatif à 85 %). Et elle est moins risquée et moins chère que la ligature tubulaire chez les femmes. Elle est en plus réversible dans 80 % des cas, grâce à une opération de reconstruction des canaux : 
la vasovasostomie.

La disponibilité

Totale en consultant tout simplement un urologue. Plus de 50 millions d’hommes y ont eu recours à travers le monde et il ne s’est pas arrêté de tourner.

4. La plus cheloue: la contraception hormonale

Le principe

Augmenter le taux de testostérone de manière permanente pour ralentir la production de spermatozoïdes par les testicules.

Les effets

Satisfaisants, mais avec des effets secondaires possibles à long terme sur la prostate, le foie, une baisse des protections contre les maladies cardio-vasculaires, mais aussi une prise de poids et des troubles de l’humeur… ben voyons.

La disponibilité

Hyper rare. Très peu de médecins la prescrivent, malgré un protocole validé par l’OMS, car les effets secondaires sont considérés comme trop importants pour les hommes (ben voyons, bis). Mais de nouvelles études sont en cours...

A LIRE AUSSI 

La good news du jour: la contraception sera gratuite jusqu'à 25 ans

Nouvelles masculinités : c'est quoi « être un homme » aujourd'hui ?

Où toucher un homme pour le rendre fou de désir ?