Saint-Valentin : l’abécédaire de l’érotisme

Mis à jour le 31 janvier 2018 par Elisabeth Clauss
Saint-Valentin : l’abécédaire de l’érotisme

(Les cartes de l'alphabet sexy à écrire, à noircir ou à rosir tout spécialement élaborées par l'artiste Laurent Carpentier pour Lady Paname, sont disponibles à la boutique www.ladypaname.love)

On est tous d'accord que la mièvrerie des vitrines à petits coeurs est à peine supportable. De A à Z, voici comment passer la Saint-Valentin sans resucer les poncifs.

Appli : Le premier préliminaire à l'Amour, désormais, c'est l'appli. Selon de très sérieuses études, d'ici une dizaine d'années, 80 % des rencontres se feront en glissant un doigt. Sur un écran. Pour commencer. Ensuite, à vous de choisir si vous voulez vous faire choper la main dans le swipe.

Bisexualité : Le mélange des genres se décomplexe. Aux Etats-Unis, 12% des filles de 15-19 ans déclareraient avoir eu des fricotages homosexuels tout en étant hétéros. Trois fois plus qu'il y a dix ans. Pour toute une nouvelle génération qui ne se définit plus par des critères archaïques, les cadres se floutent, on ne s'encombre plus de mots, on s'aime, et on se prend homo.

Caresses : Art de déclencher de massives giclées d'ocytocine entre des gens qui avaient juste prévu de s'envoyer en l'air. Biologiquement, celui qui cajole et qui touche s'attache plus encore que celui qui reçoit. Réclamez un massage, les hormones feront tous seuls passez le message.

 

A lire aussi : 10 révélations à propos du pénis

1/

Saint-Valentin : l'abécédaire de l'érotisme - 1
Copyright : Laurent Carpentier pour Lady Paname

Désir : Comment transformer la frustration en tendre pulsion ? En posant des limites à nos passions virtuelles. Certains sites de rencontre réfléchissent actuellement à limiter le nombre d'échanges entre leurs adhérents pour les obliger à se voir en vrai : certains pétaient un câble à force de jouer au tchat et à la souris. Moins de blabla, plus de haaaaaaaa haaaaaaaa !

Epilation : On pense que c'est une question esthétique, mais c'est un enjeu féministe majeur. Veut-on une touffe baba, bobo ou porno ? Pensez à Samson et Dalila, au combat qu'on gagne à un cheveu. Puis décidez que vous n'en avez rien à cirer (au sucre oriental ou avec des bandelettes)

Fierté : quand elle est mal placée, comme un stérilet, c'est le premier obstacle à la sérénité. Jouer son coeur comme une longue bataille de stratégie, ce n'est pas très nouveau. Mais si 2018 devenait l'année de la spontanéité, là, vous auriez une belle médaille à astiquer.

Grivoiserie : Réapprenez à vous chauffer par la langue, mais en causant. Le champs lexical des sms a beau être d'une richesse insondable, quelques saillies verbales bien envoyées, ça fait circuler les idées. Et ça chatouille, de la Gorge aux ...

Harmonie : C'est la base de l'érotisme. Dès qu'on commence à se prendre la tête, on arrête de se prendre le Q (voir plus bas).

Imagination : Le point à titiller, celui qui est si difficile à trouver quand on n'en a pas l'habitude, celui qui déclenche les grandes extases, il est planqué entre nos deux oreilles. Sus à la facilité, pour correctement se culbuter, il faut d'abord se retourner le cerveau.

Jalousie : Un peu de compétition, c'est bon pour le désir. Une lichette de suspicion, et c'est déjà la débandade. Avant d'exprimer votre parano (« tu étais avec qui à 4 heures du matin sur whatsapp ? ») rationalisez : la jalousie, c'est la première cause de tromperie.

Kamasutra : Art de se compliquer la vie et de se faire des entorses.

Labiaplastie : Ou lifting des lèvres génitales. Principale cible : les très jeunes femmes, nourries au porno photoshoppé. Les interventions de ce type doublent chaque année aux Etats-Unis, et sont en passe de devenir la première opération de chirurgie esthétique féminine. Alors par snobisme, on va plutôt pincer les lèvres.

 

A lire aussi : Bien choisir ses accessoires

2/

Saint-Valentin : l'abécédaire de l'érotisme - 3
Copyright : Laurent Carpentier pour Lady Paname

Manières : Woody Allen, à qui un journaliste demandait si « le sexe, c'est sale ? » répondit un jour : « Oui, quand c'est bien fait. » Les bonnes manières, c'est très sexy. On les cultive, on les sublime, on les galvaude, on s'en lasse, on les transgresse, puis on y revient. Le lendemain matin.

Nymphomane : Se dit toujours actuellement d'une femme qui veut embrasser un homme deux fois de suite. Brandissez votre féminisme et vos jambes par-dessus votre tête, et assumez vos enthousiasmes maniaques.

Orgasme : Droit inaliénable accordé à quiconque s'est infligé épilation, maquillage, coiffure et talons hauts pour choper. Accordé également à toutes celles qui ne sont pas tombées dans le panneau, et qui ont opté pour un envoûtant jogging-chaussettes. C'est la beauté du geste. Répété. Répété. Répétéhéhéhé.

Palots : S'en rouler, s'enrouler, se dire du bout de la langue ce qu'on est infoutu de s'avouer du bout des lèvres dès qu'une distance de plus de dix centimètres séparent nos bouches. Le baiser, c'est la nouvelle partouze : cet interdit subversif qui fait rougir la bourgeoise.

Qu'en dira-t-on : Argument de castration majeur depuis deux mille ans, au bas mot. Avant de vous refréner, gardez bien à l'esprit que les premiers à juger sont toujours, TOUJOURS ceux qui ont le plus envie de ce que vous avez fait.

Râle : contrairement à sa sœur la râlerie, qui fera de vous une chieuse patentée, le râle vous propulsera au rang de jouisseuse très tentante.

Séduction : Phase souvent injustement zappée, parce que notre génération du « tout, tout de suite », habituée à obtenir satisfaction avec une phalange qui glisse, ne supporte plus l'incertitude. Or la séduction, c'est l'intangible, le doute, la patience et le fragile. Cette année, que vous soyez casée ou non, acceptez de marcher sur le fil : ça vous (ré)apprendra l'équilibre.

Turpitudes : Les doutes, les questions, les angoisses et les engueulades, ça fait partie de l'amour, et ça arrive généralement après la phase d'extase. A moins de vous délecter de coups d'un soir, apprenez à gérer l'ingérable : la rencontre de vos névroses, les discussions qui s'enflamment comme du nylon sur des braises, mais au bout du tunnel, vous gagnerez une belle histoire, et dans l'immédiat, une bonne partie de b...

Urgence : C'est quand l'envie de lui, ou d'elle, ou de n'importe quoi qu'on ne jugera pas, vous fait déraisonner. C'est le sms ambivalent à 15h, le messenger concupiscent à 19h, le mail suppliant à 3h. C'est voir en l'autre l'assouvissement de vos vices secrets, c'est le dépendant en manque prêt à tout pour être soulagé. En matière d'érotisme, un moment de gêne est vite passé. Et chaque minute que vous ne passez pas à transpirer dans un lit, c'est une minute de perdue. Que, contrairement au dossier que vous allez délibérément laisser moisir une heure ou deux, vous ne rattraperez plus.

Vingt : C'est le nombre de jours chimiquement nécessaires pour tomber amoureux. La durée de fabrication de l'ocytocine, de connexion des bons neurones, de l'attachement. En 2018, prenez le temps. Sinon, c'est le contraire qui arrivera...

Wedding (si vous trouvez un mot francophone en W évoquant l'amour et le sexe, écrivez au magazine qui transmettra). Le mariage donc, ce n'est pas forcément la cérémonie en blanc avec traîne qui éponge la boue de la ferme louée. Ca peut être un engagement au quotidien, celui de se respecter, de s'épauler, et surtout, de ne pas se castrer réciproquement, première conséquence de la vie commune depuis que le monde est monde, et que les hommes ne comprennent rien.

XoXo : C'est le « j'ai envie de toi à hurler dans le noir en me griffant la poitrine » qui ne s'assume pas, à la fin d'un message anodin. On note la répétition du « X », et le petit rond tendancieux, comme une bouche en « o », comme des yeux grands ouverts, comme ce que vous voulez. La prochaine fois qu'un contact vous écrire cette bête transposition à l'anglosaxone, envoyez directement un selfie de vous-même dans le plus simple appareil. On ne sait jamais.

A lire aussi : Ce que vous ignorez à propos de l'orgasme

3/

Saint-Valentin : l'abécédaire de l'érotisme - 5
Copyright : Laurent Carpentier pour Lady Paname

Yeux : Les principaux vecteurs de l'érotisme, en vrai. Gardez-les donc bien en face des trous.

Zizanie : C'est le désordre, la confusion, le mélange des genres, l'anarchie des émotions. Le lâcher-prise, la perte de contrôle, le zob ou la zézette. C'est le bordel, c'est le Z qui relie au A, c'est l'Amour.

 

A lire aussi : Qu'est-ce qui fait décoller les filles ?