5 conseils pour bien vivre son célibat

Mis à jour le 16 février 2018 par ELLE Belgique
5 conseils pour bien vivre son célibat

1

Toujours seule ? Des conseils de pro pour ne pas en faire un drame.

On va commencer par un gros soupir. Les hommes préfèrent généralement les femmes intelligentes, mais ils ont tendance à ne pas nouer de relations stables avec elles. C’est le résultat paradoxal d’une enquête menée conjointement par trois universités américaines en 2015. Apparemment, les femmes intelligentes sont attirantes, mais elles ébranlent l’image que l’homme a de lui-même et remettent trop en question son rôle « viril » dans une relation hétéro.

Ce qui, il faut l’avouer, nous fait une belle jambe ! Mais si vous êtes célibataire, c’est peut-être parce que que vous être surqualifiée pour l’amour ? « Pas du tout ! Il est temps de casser ce mythe... À l’époque de nos grands-mères, on disait qu’une femme devait consacrer sa vie à son époux et à sa famille. Affranchissez-vous de ces conseils démodés ! L’époque a changé, la société a évolué. »

Rassurante, Annemieke Dubois, conseillère de la prestigieuse agence de rencontres Berkeley International, nous dévoile cinq conseils imparables pour bien vivre son célibat.

1/

1

1) S’aimer soi-même 

« Trop de célibataires sont obsédées par la quête amoureuse, alors qu’il faut savoir vivre seule et sereine avant d’aller vers l’amour. »

2) Ne pas victimiser

« Se poser en victime, c’est croire que tout est fini pour soi, se comporter comme si rien n’était plus possible à l’avenir. En fait, tout est toujours possible, à tout âge, mais rien n’est jamais garanti. Une seule chose est sûre : plus on pense que quelque chose ne se produira plus, moins cela a de chances de se produire. »

3) Profiter du célibat 

« Au lieu de s’en plaindre, mieux vaut identifier les nombreux avantages du célibat et les mettre à profit. Le premier privilège est l’absence de contraintes et la liberté accrue. Plus personne à qui rendre des comptes, on mange ce qu’on veut et à l’heure qui nous convient, on s’habille comme on le souhaite, on dort comme on aime, on peut rentrer à des heures impossibles ou travailler tard sans avoir à prévenir… Une foule d’avantages, finalement ! »

4) Définir ses priorités

« Pour vivre son célibat, il faut comprendre ce qu’on veut vraiment dans la vie, se centrer sur ses priorités. Si l’on souhaite se consacrer pleinement à sa carrière, rester libre de travailler tard le soir ou durant le week-end, mettre tout en œuvre pour réussir, quelle place accordons-nous à l’amour, quel genre d’amour cherche-t-on ? Il faut prendre le temps de trouver le bon partenaire, sans se précipiter. S’engager, oui, mais pas à la légère, pas avec le premier venu ni pour des raisons instrumentalisées (mettre fin à sa solitude, se conformer aux attentes de son entourage…). »

5) Oublier les stéréotypes

« Il existe plusieurs manières de s’aimer, il faut les envisager avant de s’embarquer dans des relations qui ne nous conviennent pas du tout. Par exemple, on peut s’aimer, mais rester chacun de son côté. De plus en plus de couples choisissent de débuter ou même de poursuivre leur relation “chacun chez soi”. C’est une solution pleine d’avantages. »

  • Le lobby belge des célibataires

En Belgique, un ménage sur trois se compose d’une seule personne. Dans les grandes villes comme Bruxelles, le ratio est de un pour deux (source All1.be). Pourtant, cette situation n’a pas encore été intégrée dans notre système administratif et le célibat, même s’il est de mieux en mieux vécu psychologiquement ou socialement, est encore discriminant à maints égards. Le problème, c’est que les pouvoirs publics basent encore leurs décisions sur les seuls besoins des familles, tandis que le mode de vie en solo n’est pas pris en compte. La vie coûte plus chère pour une personne seule, elle subit encore des désavantages fiscaux, a plus difficilement accès au crédit et à la location, paie des factures d’électricité plus élevées, n’est pas encouragée à la colocation, etc.

Pour dénoncer ces inégalités, des Belges se sont réunis, en 2015, au sein la première association nationale de défense des célibataires. Présidée par une femme (Carla Dejonghe), All1 est une sorte de lobby des célibataires qui s’engage à « défendre les intérêts des personnes supportant seules toutes les charges relatives au quotidien ». Le site de All1 regorge de bons conseils à destination des personnes seules dans des domaines très pratiques comme l’habitat, la fiscalité, la succession ou les loisirs.

www.all1.be

Louise Culot