Épilation : comment éviter les poils incarnés et inflammations ?

Publié le 15 juin 2022 par Marie-Noëlle Vekemans
Épilation : comment éviter les poils incarnés et inflammations ?

Présents sur la quasi-totalité du corps, les poils ont plusieurs utilités, dont celle de protéger la peau des rayons UV ou encore d’aider à maintenir la température corporelle. Jugés inesthétiques sur certaines zones par une frange importante de la population, les poils sont régulièrement, voire quotidiennement, épilés. En résulte parfois l’apparition d’irritations, d’imperfections et même d’inflammations plus ou moins récurrentes. Comment limiter les dégâts de l'épilation17 ? Les conseils du docteur Claire Debusscher, dermatologue au Brussels Skin Center.

L'épilation peut provoquer des effets secondaires, mais bonne nouvelle, rien de bien grave, ni d’irréversible. « On parle de problèmes esthétiques avant tout ; de rougeurs à l’endroit de l’extraction, d’irritations de la peau, de petites inflammations du follicule pileux – appelées folliculites – ou encore de poils incarnés qui sont des poils qui poussent de façon sous-cutanée et qui risquent d’entraîner une inflammation. » Selon la dermatologue, certaines précautions sont à prendre avant de s’épiler, mais il n’existe pas de technique d’épilation idéale. « Que le poil soit coupé à l’aide d’un rasoir, dissous avec une crème dépilatoire, arraché avec de la cire, un épilateur, une pince à épiler ou encore détruit au moyen d’un laser, chaque technique possède des avantages et des inconvénients. Il n’y a pas de généralités à faire. Il faut aussi savoir que certaines zones du corps ainsi que certains types de peaux sont plus sujets à présenter des complications. »

On ne naît donc pas tous et toutes égaux/égales en matière de pilosité. Les épaisseurs de peaux et de poils varient. Certaines personnes ne présenteront aucune réaction sans prendre la moindre précaution alors que d’autres cumuleront les inconvénients. Bonne nouvelle tout de même, en vieillissant, la peau s’affine et les poils se font eux aussi plus fins, moins nombreux et moins rapides à croître, ce qui réduit naturellement les problèmes de poils incarnés. 

La règle d’or

Limiter la transmission et la prolifération des germes. « Peu importe la technique d’épilation utilisée, l’hygiène est primordiale. Les rasoirs, pinces à épiler et épilateurs manuels et électriques sont des outils qui doivent être désinfectés après chaque utilisation. »

En effet, si des bactéries sont présentes sur l’épiderme, elles se déposeront sur l’ustensile d’épilation et seront déplacées d’une zone spécifique du corps à d’autres. En cas de maladie de peau avérée, il est souvent recommandé par les médecins – même si ce n’est pas écologique – d’utiliser des rasoirs à lames jetables, de terminer le rasage par la zone contaminée, et d’en changer à chaque utilisation. « Dans la même idée, il ne faut jamais partager son rasoir avec une autre personne, et ce, même si la lame a été désinfectée. Le microbiote cutané (ensemble des micro-organismes vivant à la surface de la peau) est propre a chaque individu, il faut éviter au maximum de s’échanger des germes. » Sans parler des maladies sexuellement transmissibles en cas d’utilisation sur les zones intimes.

Les bons gestes à adopter

L’idéal est de préparer la peau. « Pour éviter les poils incarnés chez les personnes qui y sont sujettes, on recommande de procéder à un gommage qui va éliminer en partie les peaux mortes et libérer l’accès au poil. » L’idée est de décoller un maximum le poil de la peau et d’orienter son angle de pousse à la perpendiculaire. En cas d’utilisation d’une pince à épiler, on n’hésite pas à relever le poil avant de l’arracher.

Pour le rasage, l’épilation à la cire ou à l’épilateur, le mouvement de coupe ou d’extraction se fait dans le sens opposé à la pousse, souvent du bas vers le haut. « Dans certains cas spécifiques, un·e dermatologue peut aussi recommander l’usage de crèmes aux acides de fruits qui auront pour effet d’affiner la peau grâce à une légère action peeling et de faciliter la repousse également. » Prévenir les poils incarnés est important, car le risque est un développement du problème sur toute la zone.

Mais à nouveau, pas de place à la panique ou au désespoir, des solutions existent et des traitements sont possibles. Prudence également avec la température de la cire lors de l’application sur la peau. Une fois la peau épilée, propre et sèche, on n’oublie pas de l’hydrater pour la rendre souple et confortable.

Le laser : l’option longue durée

Cette technique permet de détruire la structure qui donne naissance au poil et d’empêcher la repousse sur plusieurs années (les résultats varient selon les individus). « L’épilation au laser peut se réaliser sur tous les types de peau, du phototype 1 jusqu’au 5, des peaux claires aux foncées, des solutions adaptées existent. »

Par précaution, le laser ne sera pas recommandé pour éliminer les poils situés dans les orifices ou sur les zones trop proches des yeux. La technique n’est pas non plus efficace sur les poils fins ou le duvet. Efficace et intéressante sur le long terme, elle est aussi la plus chère ; comptez 500 € pour un traitement des jambes complet. Le nombre (de 4 à 12) et la fréquence des séances varient selon la localisation et les individus. 

Bon à savoir : le risque de repousse paradoxale 

De quoi s’agit-il ? « C’est l’effet inverse souhaité qui se produit. Après le traitement laser, au lieu d’avoir moins de poils sur la zone, on en a plus. Certains types de peau et certaines zones sont plus sujets au phénomène. Face à certains indices, un·e professionnel·le saura qu’il vaut mieux s’abstenir » La cause ? Probablement une intensité du laser pas assez élevée qui viendrait alors stimuler le poil au lieu de le détruire. D’où l’intérêt de se rendre chez un·e médecin spécialiste pour réaliser ce type de traitement et éviter les mauvaises surprises. 

On le répète, s’épiler n’est en rien une obligation. Votre corps, vos choix, mais si vous décidez de vous lancer, faites-le avec les bonnes infos recueillies auprès de personnes qualifiées, les bons gestes et une hygiène irréprochable. C’est votre peau qui vous dit merci ! 

www.brussels-skin-center.be, avenue Winston Churchill 165E à Bruxelles, 02 375 03 70.

À LIRE AUSSI 

Les bons gestes en cas de coup de soleil

5 astuces pour appliquer son autobronzant sans problème

Quelle est la routine beauté minimale pour avoir une belle peau ?