Comment devenir créateur de contenu sur les réseaux sociaux et en vivre ?

Publié le 4 novembre 2021 par Marie-Noëlle Vekemans
Comment devenir créateur de contenu sur les réseaux sociaux et en vivre ?

Devenir créateur de contenu, c'est en résumé la promesse de la formation digitale lancée par Jonathan Kubben, créateur belgo-mexicain du compte Instagram MOM I'M FINE. Parti de rien, l'entrepreneur a développé sa marque et réussi à en vivre en quelques mois seulement. Quelles sont les clés de son succès ?

Il fait partie de nos créateurs de contenus préférés sur les réseaux. Jonathan c'est un mec brillant, généreux, intègre et extrêmement sympathique. Il a fait de son idée sympa et rigolote au départ - à savoir ouvrir un compte Instagram et y poster des photos fun pour rassurer sa maman lors de ses nombreux voyages à travers le monde - un véritable business dont l'unique but n'est pas le profit personnel. Et dans l'univers des réseaux sociaux, c'est assez rare que pour être souligné. Investi dans plusieurs causes humanitaires, Jonathan se sert de son succès pour transmettre son savoir, diversifier ses activités et mener a bien des projets qui rendent le monde un peu meilleur. Interview

Quel est le concept derrière MOM I'M FINE ?

Le concept est né sur les réseaux sociaux. Sur ce compte Instagram créé en 2015, je rassure ma mère lors de mes voyages à travers des photos vraiment particulières à savoir ; en sautant d’un avion, en nageant parmi les crocodiles, etc. Mes publications ont rapidement généré beaucoup d’attention. Et ensuite, à partir de là, MOM I’M FINE s’est développé, a évolué pour devenir beaucoup de projets à la fois : une marque de vêtements, une association qui construit des écoles à partir de plastique recyclé pour les enfants défavorisés, de la publicité, une série à la télévision diffusée en octobre sur Plug RTL et RTL-TVI et probablement, bientôt, un film.

Quel est plus précisément le contenu de ta formation pour devenir créateur de contenu ?

Le but de cette formation est de partager mon expérience et d’apprendre aux personnes intéressées à créer du contenu original, du contenu qui va attirer l’attention. Pour être précis, je ne prétend pas apprendre comment créer du contenu. Il existe déjà beaucoup de formations qui le font. Moi ce que je propose c’est d’apprendre à se différencier parce que sur les réseaux sociaux, il existe beaucoup de contenu qui se ressemble. Que vous aimiez le marketing, que vous soyez intéressé par la communication, par le community management, que vous vouliez devenir un créateur de contenu de manière générale ou que vous souhaitiez développer votre business en lui donnant plus de visibilité, cette formation vous est destinée. J’y apprends, depuis le tout début et façon extrêmement pratique, à créer du contenu différent, de comment trouver une idée originale, à comment l’exploiter, comment la transformer, jusqu’à la phase finale à savoir transformer cette idée en entreprise. C’est un complément aux études traditionnelles, que je ne dénigre pas du tout puisque je les ai faites, mais je dirais que la formation aide à comprendre comment ça se passe dans la vie réelle.

ACHETER LA FORMATION

Quel est le prix de cette formation ? 

197 euros actuellement. Ce prix vous donne accès à 10 modules d’environ 15 à 20 minutes à chaque fois. Chaque module est consacré à un sujet spécifique. Dans chaque vidéo, je parle de mon expérience, je donne des cas concrets, j’explique comment moi j’ai fait.

Comment se déroule la formation une fois achetée ?

Globalement, ça se passe de la même manière que lors des masterclass que je donne à travers le monde. Il n’y a pas de remise d’un diplôme ou d’un certificat à la fin. Avec la formation, vous avez accès aux vidéos et donc à des supports écrits, des exemples de photos, des animations, etc. mais il n’y a pas de support traditionnel comme dans un cours classique.

Les conseils que tu donnes à travers ta formation sont uniquement basés sur ton expérience personnelle avec la création de MOM I’M FINE ? 

Ce que l’on retrouve dans la formation c’est un condensé de plein de choses, d’infos et de conseils que j’ai appris dans ma carrière professionnelle, en créant MOM I’M FINE mais aussi pendant mes études puisque j’ai étudié les sciences de la communication et la gestion d’entreprise à l’université. J’ai transmets aussi ce que j’ai appris d’autres personnes. Certaines méthodologies que je n’ai pas personnellement mises sur pied mais qui sont faites pour être partagées.

Quels résultats peuvent espérer obtenir les personnes ayant acheté ta formation pour devenir créateur de contenu ? 

Si ces personnes appliquent de manière concrète mes conseils à leur propre vie et à leur concept, leur objectif, elles deviendront de meilleures communicants sur les réseaux sociaux qui sont devenus une véritable carte de visite aujourd’hui.

Dirais-tu que ta formation aide à devenir influenceur ?

Pas du tout. Je ne prétend pas aider à devenir influenceur. D’ailleurs j’ai un problème avec les personnes qui véhiculent des messages du type : suis cette formation et tu deviendras influenceur. Il faut être conscient qu’il existe aussi des facteurs extérieurs qui participent à la concrétisation d’un projet. Ces facteurs n’ont rien à voir avec la qualité de ce qui est posté, ni avec la fréquence de publication. Il faut aussi de la chance pour qu’un concept fonctionne donc ça serait mentir que de prétendre le contraire. 

Les réseaux sociaux ne sont pas que des lieux bienveillants pour les jeunes. Toi qui est connu sur ces plateformes. Quels sont tes souhaits pour l’avenir ? 

Ouh, j’en ai beaucoup. Je voudrais tout d’abord que les réseaux sociaux soient plus humains. Ensuite, j’aimerais qu’ils soient plus contrôlés. Pas dans la censure mais quand on sait que certaines personnes ont la capacité d’atteindre par leurs posts des centaines de milliers de gens, je trouve qu’il faudrait une régulation beaucoup plus importante sur les messages qu’ils passent. Certains médias traditionnels, qui touchent moins de monde, sont beaucoup plus contrôlés sur les informations qu’ils véhiculent. Ce non-contrôle sur les réseaux amène à des dérives vraiment catastrophiques avec des personnes qui font la promotion de la vente de cigarette, de jeux d’argent en ligne et en plus, elles parlent de sujets dont elles ne sont pas expertes et contribuent à véhiculer des fake news et à propager des informations fausses et dangereuses. Ce genre de contenu est vraiment néfaste pour les jeunes. Avant les réseaux sociaux c’était déjà tellement difficile d’être jeune et adolescent mais j’aimerais encore moins l’être aujourd’hui. Il devrait exister un système de contrôle indépendant. Il existe déjà beaucoup de problèmes dans le monde, alors si on se focalise sur des choses qui n’existent pas ou qui n’ont pas grande importance, ça ne va pas du tout. En dehors de ça, les réseaux sociaux sont un outil incroyable qui permet de partager énormément d’informations et de connecter les gens entre eux. Il faut suivre les bons comptes. Sans les réseaux, le MOM I’M FINE projet n’aurait pas été possible. On a tout de même réussi à construire une école sans l’aide de sponsors, sans l’aide du gouvernement. C’est incroyable. Les réseaux sociaux sont vraiment une arme à double tranchant. 

Jonathan Kubben, créateur de contenu, lors d'une mission humanitaire.
Jonathan Kubben lors d'une mission humanitaire. ©Presse

Quel est la clé de ton succès et de ta longévité sur les réseaux sociaux ? 

Il y a 2 facteurs selon moi. Le premier est l’une des 5 valeurs que l’on promeut via MOM I’M FINE et c’est l’authenticité. On sent vite si l’intérêt derrière un compte est purement mercantile. Il m’arrive de ne pas poster pendant 1 ou 2 mois, je poste quand ça me plait, quand j’ai quelque chose d’intéressant à partager et il y a finalement peu de publicité sur le compte car je refuse beaucoup de collaborations. Le second facteur est ma capacité à me réinventé. Si j’étais resté sur le buzz du départ, si je n’avais pas transformé cette expérience et cette communauté, on aurait pas créer tout ce qui a été fait. MOM I’M FINE a évolué et s’est diversifié dans ses activités.

Quels sont tes futurs projets à venir ? 

Il y en a pas mal (rires), alors dans le désordre : j’ai participé à plusieurs campagnes incroyables, dont une en lien avec un produit cosmétique et j’ai tourné avec un acteur de Games of Thrones en Slovénie, on a terminé la première école et les enfants sont dedans, je suis extrêmement fier de ce projet et on bosse déjà sur l’ouverture d’une seconde école dans une autre ville toujours au Mexique, la sortie de la série, je travaille sur un film, je pars au Chili pour travailler sur ce projet et un second film suivra très probablement et aussi, on va relancer la marque de vêtements. Je suis super heureux des projets en cours et à venir et très impatient de partager tout ça avec tout le monde.

À LIRE AUSSI 

Le mec du vendredi : Jonathan Kubben et le projet fou Mom I'm Fine

Comment lancer son business quand on a moins de 30 ans ?

Business : 5 conseils pour convaincre les investisseurs