5 raisons de faire de Phoebe Waller-Bridge notre nouveau « role model »

Mis à jour le 25 septembre 2019 par Elisabeth Debourse
5 raisons de faire de Phoebe Waller-Bridge notre nouveau « role model » Phoebe Waller-Bridge est repartie des Emmy Awards avec quatre trophées, asseyant son statut de nouvelle "queen" du petit et grand écran.

C’est officiel : la comédienne et scénariste Phoebe Waller-Bridge est la nouvelle idole d’une génération de femmes culottées.

Retenez bien ce nom : Phoebe Waller-Bridge. Bon, d’accord, c’est long, mais bientôt il jaillira de toutes vos conversations avec fluidité, admiration et empouvoirement. C’est désormais un secret de polichinelles : cette actrice, réalisatrice et scénariste anglaise est l’un des grands talents de sa génération, une femme drôle, indépendante, créative et forte à prendre en exemple. Qu’il s’agisse de sa série « Fleabag », de sa collaboration avec Sandra Oh (mais si, Cristina dans « Grey’s Anatomy ») ou de sa dernière sortie badass aux Emmy Awards, la comédienne en impose et nous inspire. Allez, encore une fois : Phoebe Waller-Bridge.

Parce que sa série « Fleabag » est un bijou

Pleurer, rire, souffrir, réfléchir, compatir : en 2x6 épisodes, « Fleabag » vous fera ressentir tout cela. Le projet a d’abord été écrit et porté par Phoebe Waller-Bridge sur scène en 2013 avant d’être adapté par la BBC, en co-production avec Amazon. La série télévisée raconte l’histoire banale et fascinante à la fois de « Fleabag » (« Sac à puces »), une jeune femme paumée et en colère, mais aussi totalement barrée et attachante. Sur base d’un scénario somme toute plutôt classique, Phoebe Waller-Bridge est parvenue à écrire et jouer un personnage fascinant de réalisme, et qui nous parle — dans tous les sens du terme. La seconde saison de « Fleabag » a été diffusée cette année et signe la fin de la série, au grand regret de ses fans et de la critique qui ont savouré ce récit londonien. "J'ai le fantasme de ressusciter ‘Fleabag' quand j'aurai 50 ans", a toutefois confié sa créatrice.

Parce que c’est une battante (et une gagnante)

Phoebe Waller-Bridge s’est faite toute seule. Pas de parents dans l’industrie de l’entertainment, quelques castings ratés et pas mal de figuration pour commencer. C’est probablement pour cela qu’elle a lancé en 2007 sa propre compagnie de théâtre « DryWhite » avec Vicky Jones, sa meilleure amie. Le succès est venu progressivement, d’un rôle dans « Broadchurch » à un premier succès confidentiel pour « Crashing », sa première série — hilarante et touchante. Mais c’est « Fleabag qui semble vraiment la révéler, lui ouvrant la voie à de nouvelles opportunités : la scénarisation et production de « Killing Eve », une adaptation d’un thriller littéraire, qui compte au casting une Sandra Oh franchement épatante, ou encore le dernier « James Bond », auquel elle a prêté main forte en revoyant le scénario afin qu’il soit plus drôle et féministe.

La video lifestyle du jour :
10 SPORTS QUI FONT DES FESSES CANONS

Parce qu’elle a l’attitude

Puis les prix sont tombés, et pas à moitié s’il vous plait : aux derniers Emmy Awards, elle a ramené six statuettes pour « Fleabag ». Et où a-t-on retrouvé Phoebe Waller-Bridge après la cérémonie ? Au bord d’une piscine, dans sa robe de gala, une margarita à la main et entourée de ses trophées. Une image qu’on a envie d’imprimer et de punaiser au mur de son bureau, hashtag #lifegoals.

Parce qu’elle a fait de l’humour une arme

Phoebe Waller-Bridge aurait aimé faire partie du casting de « Downton Abbey ». Sauf que durant les auditions pour la série, la comédienne a fait éclater de rire le réalisateur… au beau milieu d’une scène dramatique. Pas de quoi se démonter pour autant, l’humour, même noir, c’est l’arme secrète de Phoebe Waller-Bridge. Un outil pour faire passer les sujets les plus déprimants en récits constructifs, mais aussi pour démonter la misogynie ambiante, qu’elle tacle allègrement dans ses créations télévisées.

Parce qu’elle porte d’autres femmes

Parmi les dernières prouesses de Phoebe Waller-Bridge, la signature d’un contrat à 20 millions de dollars par an avec Amazon. Si pour l’instant, on n’en sait pas plus sur le contenu de cette collaboration, une chose est certaine : la comédienne reviendra d’ici peu à l’écran avec une nouvelle série, « Run », co-écrite avec sa complice de toujours, Vicky Jones. Parce que Phoebe Waller-Bridge ne laisse jamais les autres femmes en plan, comme le prouvent tous ses projets : c’est également elle qui a redonné un rôle à sa hauteur à Sandra Oh, révélé sa partenaire à l’écran Jodie Comer, et nul doute qu’elle se cache également derrière le dernier petit tour joué aux fans de 007.

À LIRE AUSSI

Story Party : Une soirée pour rire de ses dates foireux