Digital Detox: vivre sans wifi ni réseau, c’est comment?

Mis à jour le 27 mai 2019 par Laurence Donis
Digital Detox: vivre sans wifi ni réseau, c’est comment?

On a testé : 4 jours sans pouvoir recevoir un message ou un appel, sans scroller à l’infini sur les réseaux à guetter le pouce bleu et le cœur rouge. On vous raconte tout. 

C’est la veille du départ que j’apprends que je vais tester la digital detox. Un mot trendy pour dire qu’on se passe d’écran, tout simplement. Je pars en voyage de presse pendant 4 jours à Assignan, un petit village de 150 habitants où s’est établi le très cool hôtel Castigno (dont on vous reparlera bientôt). L’une des spécificités ? Il n’y a pas de wifi ni de réseau. L’occasion de « se déconnecter pour mieux se reconnecter ». Ok. Je suis loin d’être contre mais ça demande un minimum de préparation. Je préviens mes collègues et mes parents pour éviter qu’un avis de disparation circule à mon sujet, je mets en place un vrai « out of office » (déso, mais cette fois-ci c’est la vérité, impossible de répondre à ton mail Jean-Claude), je télécharge un livre pour ma liseuse, j’imprime déjà mon billet de retour… Et je réalise. En partant de la rédac’ on me dit « au pire, tu mettras la 4G ». Mais en fait non, je n’aurai pas non plus de réseau. Pas de message, pas d’appel, pas de Google et pas de réseaux sociaux. Nada. Je pense que c’est la première fois.

via GIPHY

En vrai, je ne flippe pas tant que ça. Je suis connectée mais de façon mesurée. Je suis plutôt de celles que ça ennuie de faire une story parce que ça prend du temps, et qui préfèrent profiter du moment présent. N’empêche qu’au moment où ma connexion avec le monde extérieur s’arrête brutalement (dans la navette qui m’emmène à l’hôtel depuis l’aéroport très précisément), je ressens un petit pincement. J’imagine qu’un grave accident va se produire et que personne ne pourra me prévenir. Ou que mes potes ne pourront pas survivre (spoiler alert : tout s’est très bien passé). Et puis je me dis que s’il y a une réelle urgence, on peut toujours me joindre par téléphone à la réception de l’hôtel... Old school baby. Les premiers jours, je checke par habitude mon téléphone pour voir si je n’ai pas un message ou une notification. Evidemment, non. Et je me sens con quand je me rends compte que c’est l’un de mes premiers gestes le matin.

La video ELLE du jour :
5 ASTUCES POUR RÉUSSIR SON PAIN MAISON À TOUS LES COUPS

via GIPHY

Je me surprends ensuite très vite à prendre le rythme. Ne pas pouvoir être contactée, être inaccessible, c’est forcément être libre. Ici, on lâche tout : on n’envoie pas vite fait un petit mail de boulot (et on ne stresse pas rien qu’en les lisant), on ne se sent pas obligé de répondre aux conversations de groupe, ni aux demandes extérieures. Cette soirée qu’on doit caler dans notre agenda de ministre ou ce cadeau commun qu’on doit trouver, on y réfléchira plus tard. Au final, tout peut toujours attendre. Pour une fois, on ne prend rien en charge et on se laisse totalement porter. Amen. Ça paraît ultra cliché mais c’est la vérité : on prend le temps de discuter, de profiter et, sans les notifications constantes, on est beaucoup plus focus sur ce qu’on fait. Par pur hasard, la pile de ma montre m’a d’ailleurs lâchée la veille de mon départ. Autant dire que je me suis vraiment sentie hors du temps.

via GIPHY

Mais ne pas pouvoir accéder à internet, c’est aussi se laisser surprendre et suivre le mouvement. C’est terriblement reposant. Impossible de vérifier la météo par exemple. Du coup, on ne râle pas en prévision de la pluie qui s’annonce alors qu’en fait, aucune goutte ne pointera le bout de son nez. Idem au resto. L’intitulé du plat ne vous dit rien ? On ne va pas checker sur Google à quoi ça ressemble mais on accepte de se laisser guider les yeux fermés. Et on avait bien raison. Le moment où c’est devenu un peu moins drôle, c’est lorsque j’ai fait une forte crise d’allergie soudaine. Pas moyen d’appeler ma mère médecin pour avoir son avis ni d’activer le gps pour aller à la pharmacie. Mais on se débrouille, et on se rend compte qu’il y a toujours de bonnes âmes prêtes à vous aider, aussi. La piqûre de rappel est sympa. Dans la voiture qui me ramène à l’aéroport, c’est presque fébrile que j’allume ma 4G, prête à voir les notifications exploser comme une bombe à retardement. Tout va bien, personne n’est mort en attendant une réponse de ma part, et ça remet les idées en place. Définitivement, la digital detox est une expérience à tester. Pas tout le temps, pas n’importe comment. Mais à petites doses, en vacances pour repartir vraiment reposé, c’est le pied.