Le Movement Festival à Turin : le rendez-vous des DJettes belges

Publié le 24 octobre 2018 par Virginie Dupont Photos: Simone Arena
Le Movement Festival à Turin : le rendez-vous des DJettes belgesCharlotte de Witte

Fort d'un line-up qui a fait la part belle aux femmes, le Movement Festival est revenu ces 12 et 13 octobre pour une treizième édition dans un lieu démesuré à Turin. Parmi les reines des platines, on a retrouvé nos compatriotes Amelie Lens et Charlotte de Witte avec les sons purs et durs qui les définissent.

Si vous pensiez que l'été avait le monopole des festivals, il est temps de revoir votre copie. En automne, le festival à ne pas manquer en Europe est sans conteste le Movement Festival à Turin. En plus d'accueillir les meilleurs artistes de la scène électro et techno internationale, le "Movement" pour les intimes recourt à un système de paiement numérique inédit à coups de cartes à recharger. Et bien sûr on y était… en bonne compagnie !

Le Movement Festival à Turin : le rendez-vous des DJettes belges - 1
Rico Passies, Tech it Deep

À l'heure du marketing d'influence, nous avons eu la chance de rencontrer Rico Passies dont le compte Tech it Deep est suivi par 149.000 abonnés sur Instagram, 40.000 sur Facebook et 18.000 sur Spotify. Originaire d'Amsterdam, cet influenceur d'un nouveau genre est invité chaque week-end à un festival en Europe où il tourne – depuis la scène et non dans la foule – des vidéos qu'il partage avec ses followers pour leur permettre de (re)vivre les meilleurs sets. "Le Movement est mon premier festival en Italie. Je remarque que le public italien est plus expressif que le public néerlandais, ce qui contribue énormément à l'ambiance bien entendu. Cet événement se distingue en outre des autres festivals par un line-up incroyable et des lightshows sensationnels à découvrir également sur mes vidéos. Sans parler de l'organisation qui est top jusque dans les moindres détails", confie Rico.

À Turin, nous avons retrouvé avec grand plaisir un son et une silhouette canon qui répond au nom d'Amelie Lens, mannequin et DJette anversoise. "Les sets d'Amelie sont, à son image, débordants d'énergie", nous glisse à l'oreille un Rico visiblement sous le charme. La techno made in Belgium était également incarnée par Charlotte de Witte qui a envoûté les festivaliers avec sa techno dark signature. "C'est la première fois que j'entends Charlotte jouer et elle est surprenante. Sans doute l'une des meilleures prestations du vendredi soir", analyse Rico.

Nos compatriotes n’étaient pas les seules femmes à bord. La belle Nina Kraviz a posé un set furieux et glacial tout droit venu de Sibérie, tandis que la Berlinoise Ellen Allien n’a pas failli à sa réputation d'artiste électronique parmi les plus influentes.

En festival, le spectacle est à la fois sur scène et dans le public. À Turin, pas de dress code. Les silhouettes sportswear cohabitaient avec le long et le court, avec ou sans strass. La preuve en images avec une sélection de photos shootées dans l'ambiance feutrée du Movement Festival.

D'AUTRES ARTICLES

Week-end à Turin : nos bons plans pour en profiter à fond

Bon plan : Ryanair casse les prix de ses vols