6 mythes balayés sur l’épilation définitive

Publié le 5 juillet 2018 par Laure Vandendaele et Virginie Dupont
6 mythes balayés sur l’épilation définitive

L'épilation au laser coûte cher, fait mal et ne convient pas aux peaux mates. Du moins, c'est ce que beaucoup pensent. « Mais ce n'est pas toujours vrai », explique le docteur Ilan Karavani de la clinique d'esthétique Carpe à Anvers. « Au bout du compte, le laser peut même s'avérer plus économique. »

Si Kim Kardashian a su venir à bout de sa pilosité embarrassante, c'est grâce à un traitement intensif au laser. La star de la téléréalité a ainsi dit adieu à Monsieur Rasoir et est, pour reprendre ses termes, « aussi lisse qu'un phoque ». Elle s'est même débarrassée du duvet sur son front. L'épilation définitive au laser a le vent en poupe, mais est encore victime de préjugés tenaces. Démêlons le vrai du faux avec le docteur Ilan Karavani de la clinique Carpe à Anvers.

L’épilation au laser coûte cher

Pour une épilation du bikini à la cire, je paie 20 euros. Au laser, je dois débourser 85 euros toutes les six semaines, voire 100 euros chez Carpe. Quand on sait qu'il faut jusqu'à huit séances pour obtenir des résultats optimaux, ça fait mal au portefeuille. Mais comme l'explique le docteur Karavani, tout dépend de la façon de voir les choses : « L'investissement de départ est élevé, certes, mais vous réalisez de belles économies par la suite. Vous payez 20 euros pour une épilation des aisselles à la cire et vous en profitez deux semaines maximum. Ajoutez à ce coût le temps perdu et la douleur endurée. Une séance au laser vous coûtera 50 euros, mais vous serez libre pendant un mois. Après une deuxième séance, vous serez quitte deux mois. Et au bout de trois rendez-vous, votre liberté peut durer jusqu'à six mois. On préconise ensuite une séance d'entretien annuelle qui revient à 50 euros. Bref, l'investissement initial vous permet de vivre une année sans poil et ça, ça n'a pas de prix. »

L’épilation au laser fait mal

Près de deux ans se sont écoulés entre ma deuxième et ma troisième séance d'épilation laser. Pourquoi ? Parce que ça fait un mal de chien. Bien que j'aie un seuil de tolérance à la douleur élevé, la sensation de brûlure provoquée par le passage du laser m’était insupportable par moments. Une raison suffisante pour suspendre les séances pendant une durée indéterminée. Et pourtant un seul mot d'ordre : la persévérance. La diminution des poils va de pair avec la diminution de la douleur. Par ailleurs, le degré de souffrance dépend aussi du type de laser utilisé. « Lorsque le laser chauffe le follicule pileux, ça peut être douloureux. Pour neutraliser cette douleur, il faut refroidir la peau. Cela peut se faire par un refroidissement intégré dans la tête du laser ou un refroidissement externe. Un laser doté d'un système de refroidissement externe, tel que le Fotona, peut refroidir la peau plus rapidement, ce qui rend la séance moins douloureuse. »

L’épilation au laser est définitive

Avant toute chose, il y a définitif et définitif. Il est important que les clients soient bien informés et que les résultats correspondent à leurs attentes. « Lorsque le laser parvient à atteindre le poil en phase anagène (phase de croissance du poil attaché au bulbe) et détruit les bonnes cellules, le poil est définitivement supprimé. Le cas échéant, la phase de croissance, le pigment du poil, la durée de la pulsation et l'énergie du laser forment un tout et participent à la réussite de l'épilation. Or, on traite 10.000 poils par zone. Il n'est donc pas surprenant que ces conditions parfaites ne soient pas réunies à tous les coups. Il arrive alors que certains poils reviennent, mais cela ne signifie pas que l'épilation est un échec. Les follicules pileux qui ont été traités dans de bonnes conditions sont détruits définitivement. Si 80 % des poils sont éliminés au bout de quatre séances, on peut parler d'un succès. »

Plus jeune vous commencez l'épilation au laser, plus vite vous vous débarrasserez de vos poils disgracieux

On dit que commencer tôt, c'est la moitié de la victoire, mais cet adage ne s'applique pas au traitement au laser. « Les adolescentes, les vingtenaires et même les trentenaires sont encore soumises aux hormones de croissance, ce qui signifie qu'il faudra plusieurs séances pour obtenir un résultat satisfaisant. »

L’épilation au laser ne convient pas aux peaux mates

Vous avez la peau pâle et des poils foncés ? Alors vous êtes la candidate idéale pour l'épilation laser. Mais bonne nouvelle : les résultats obtenus sur les peaux mates s'améliorent de jour en jour. « Les appareils sont de plus en plus performants, et nous sommes mieux à même de jouer avec la longueur d'onde émise, la durée de l'impulsion, l'énergie et les lentilles. Cela nous permet d'épiler au laser les peaux les plus pigmentées sans qu'elles absorbent trop d'énergie et que des brûlures apparaissent. »

Les duvets ne peuvent pas être éliminés

« L'un des plus grands défis du laser est d'éliminer les duvets sur le visage des jeunes filles. Pour les favoris et les poils superflus au-dessus de la lèvre supérieure, le rasage au laser peut être une possibilité. Après un traitement, le choc électrique fait tomber tous les poils, mais les effets ne sont pas définitifs. Néanmoins, le rasage au laser peut fournir de beaux résultats temporaires, et est moins fastidieux que le rasoir classique ou l'épilation à la cire. Si un certain nombre de follicules pileux sont détruits pendant la séance, c'est toujours ça de pris. »

Plus d'infos sur carpe.be

D'AUTRES ARTICLES :

On a testé : retrouver un teint éclatant grâce à un soin à -110°

Soldes beauté : les meilleures affaires repérées sur le web

30 tatouages pour les fans d'animaux