#ObjectifBikiniFermeTaGueule : le hashtag qui fait la guerre aux diktats

Mis à jour le 15 mai 2018 par Malvine Sevrin
#ObjectifBikiniFermeTaGueule Illustration : Odile Brée @odilebree

Chaque année, c’est la même rengaine… À l’approche de l’été, la pression est à son comble pour perdre ces “cinq kilos en trop avant la plage”. Cette fois, une humoriste française se révolte contre la dictature des régimes, et elle ne rigole pas.

On connaissait déjà le principe du #ObjectifBikini, à savoir cette injonction qui circule dans les médias et sur les réseaux sociaux à se mettre illico au régime et à suer H24 à la salle de sport afin d'être “prête pour la plage”. Mais depuis quelques semaines, un hashtag d’un nouveau genre fait son apparition sur Instagram accompagné de photos qui se veulent déculpabilisantes. Son nom ? #ObjectifBikiniFermeTaGueule. On vous l'accorde, c'est un peu vulgaire mais au moins ça a le mérite d'être clair.

À l’origine de ce coup de gueule, le ras-le-bol de l’humoriste et Youtubeuse française Laura Calu. Mais à en croire les photos qui sont partagées chaque jour sur la plateforme où l'Insta-perfection règne habituellement, elle n’est pas la seule à en avoir marre. Son objectif ? Dégommer la dictature des régimes et envoyer valser ces injections à être mince qui nous sont répétées en boucle chaque été.

Faire la paix avec son corps et déclarer la guerre aux diktats

À initiative de cet hashtag, Laura Calu rappelle qu'il n'est pas une déclaration anti-régime ou anti-sport mais simplement une "bouteille à la mer" lancée dans l'espoir de voir les mentalités évoluer. Dans la lignée du mouvement body positive, la jeune femme nous appelle à aimer notre corps, sans se comparer sans cesse aux stéréotypes de perfection.

Dans un post Instagram où elle se dévoile en sous-vêtements, l’humoriste confie “Je suis le genre de nana qui n’ose pas aller à la plage, qui n’ose pas se balader en maillot. Qui souffre de son corps depuis l’enfance. J’ai trop mangé les images et stéréotypes de corps parfaits véhiculées par les médias et encore aujourd’hui, quoi que je fasse je ne me sens jamais assez parfaite.” Lassée de se sentir complexée, Laura Calu nous invite à enfiler notre maillot en assumant notre corps tel qu'il est, avec ses vergetures, sa cellulite ou ses "kilos en trop" et à profiter de l'été.

Et si pour une fois on commençait par tourner le dos à l'éternel slogan "faites la guerre aux kilos" et qu'on faisait plutôt la paix avec notre corps ?

À LIRE AUSSI :