Mes 3 jours de juicy détox

Mis à jour le 14 février 2018 par Elsa Fralon
jusjusbe

jusjusbe

Le défi? 6 jus de fruits et légumes bio de 500 ml pressés à froid. Pendant trois jours. Pas de nourriture.

Ça s'est passé comme ça :

Dimanche soir

Didi, la fondatrice de Jus Jus, me livre mes 18 jus à la maison dans un sac isotherme. Je suis à table, mon dernier repas avant la diète. Didi me demande si j’ai bien diminué le caféine, l’alcool et la cigarette quelques jours avant de commencer. Bien sûûûûûûr.

Premier problème : caser 18 bouteilles de 500 ml dans mon frigo. Réglé en virant les petits jus de mon fils.

Je vais me coucher et me relève trois fois pour avaler un dernier (non mais celui là c’est vraiment le dernier) bonbon.

Lundi

8h: Le matin c’est facile. Un super bon jus au petit dèj, c’est totalement gérable.

10h: J'en bois un deuxième (il est conseillé d'en boire un toutes les deux heures approximativement). Je tiens le coup.

10h30: Le webmaster fête son annif et pour l’occasion il nous a préparé un "brookies". J’ai envie de m’assommer avec mes bouteilles de jus.

Midi: mes collègues vont préparer leur lunch, ça sent bon, j’ai envie de mâcher, mais genre violemment. Je vais chercher un jus. Il s’appelle « The Hulk » (épinard, laitue, concombre, céleri, poire, citron, brocoli – je vous JURE que c’est bon), ça me remotive.

14h: physiquement ça commence à être un peu dur, je suis crevée et j'ai mal au dos.

16h: La réceptionniste pense que je suis enceinte…mon royaume pour une barre de chocolat. Je vois trouble. J'ai soif tout le temps, donc je bois tout le temps (il faut s'hydrater un max pendant la cure), donc je fais des allers-retours aux toilettes incessants. La réceptionniste pense que je suis enceinte...

18h: j'ai du mal à prononcer mon nom et je dois faire à manger (sans manger) à deux petits garçons de 2 et 3 ans et demi. J'ai juste envie d'aller me coucher et/ou d'un gros Big Mac.

Pendant le repas, je me surprends à piquer dans l’assiette des gosses et porter la fourchette à ma bouche. Stop, je me suis promis que pour une fois j’irai jusqu’au bout d’un truc.

20h: Les enfants sont endormis, mais pas ma faim. Je sors donc la fiche « à n’utiliser qu’en cas d’urgence » fournie par Jus Jus qui dresse la liste de ce qu’on peut manger si on craque. Parce que là je craque. C’est pas super excitant je vous préviens (logique vu le but du bazar): des bâtons de céleri, quelques tranches de concombre, un quart d’avocat… Je mange les 3. Et je bois la dernière bouteille de la journée: un lait d’amande chocolaté et sucré au sirop d’érable bio. C’est trop bon, mais je ne sais plus comment je m’appelle, je caille, j’ai mal partout, un peu la nausée et une méga migraine. Dodo.

Mardi

8h: C’est quasi imperceptible, mais je suis plus en forme. Pas en mode boule d’énergie, mais bien, concentrée, l’esprit clair.

10h: J'ai faim. En fait non, j'ai envie de manger.

12h: Je continue à bosser, l'odeur des déjeuners des autres est un peu plus supportable qu'hier.

14h: La Community Manager va chercher des bonbons, elle me propose de venir avec, je l'étrangle virtuellement.

16h: Toute la rédac me regarde avec pitié, "mais donnez-lui à bouffer à cette pauvre fille".

18h: J’explique à une dixième personne que je ne fais pas ça pour maigrir, mais pour me purifier (faire le plein de fibres, vitamines et minéraux sous forme liquide permet à l’estomac de digérer plus rapidement et donc de pomper moins d’énergie à l’organisme pour combattre les toxines). Je nourris les enfants sans baver.

20h: C'était moins dur, mais je vais me coucher, suis naze.

Mercredi

C’est le dernier jour et je me dis qu’en fait je serais cap de continuer plus longtemps. Didi me propose de le faire deux jours de plus. Ah ah ah…NON. C’est cool, ça fait du bien, mais psychologiquement je me suis conditionnée, c’est le dernier jour.

Franchement, ce jour-là a été le plus facile et celui ou j’ai le moins pensé à manger.
Je me suis couchée sereine en rêvant au petit dèj de ouf que j’allais m’enfiler le lendemain matin, sauf que le lendemain je n’avais même pas faim.

Il faut réintroduire la nourriture tout doucement et surtout ne pas aller se goinfrer de junk food direct.

Les effets: énergie, belle peau etc. Se font parfois ressentir après quelques jours, mais depuis ce matin tout le monde dit que j'ai bonne mine 🙂

Concrètement:

- on va sur www.jusjus.be (ils sont basés à Anvers et ce sont les premiers à lancer le concept en Belgique).

- on choisit le type de cure que l'on veut faire et le nombre de jours (1, 3 ou 5 jours).

- ça coûte 54, 95 € par jour.

Good luck!

test2