L’exposition « Audrey Hepburn : Portraits d’une icône »

Mis à jour le 10 janvier 2018 par ELLE Belgique
L’exposition « Audrey Hepburn : Portraits d’une icône »

354e36c79f0fc4109afa57d703dbf8ab_large

Jusqu’au 18 octobre, la National Portrait Gallery de Londres consacre une exposition photo à Audrey Hepburn. Vous pourrez découvrir plus de 70 clichés, dont certains inédits ! On vous dit pour quoi il faut y aller.

Le musée a choisi de retracer la vie de cette icône, des ses débuts à Londres dans les comédies musicales à son engagement humanitaire, en passant par sa grande carrière hollywoodienne. Vous pourrez ainsi admirer des œuvres de grands photographes tels que Richard Avedon, Cecil Beaton, Terry O’Neill, Norman Parkinson ou Irving Penn, mais aussi des couvertures vintage de magazines, des documents d’archives et des clichés personnels partagés par son fils. Car bien qu'elle soit une icône internationale, Audrey Hepburn est avant tout une femme.

L’histoire d’une femme

Née à Bruxelles en 1929, Audrey Hepburn quitte les Pays-Bas où elle vivait en 1948 pour étudier la danse classique à Londres. Elle devient ensuite choriste dans des comédies musicales telles que High Button Shoes, Sauce Tartare ou encore Petite Sauce Tartare. Audrey Hepburn commence à apparaitre sur les écrans dans des films britanniques mais c’est Gigi qui la fera connaître aux Etats Unis, en 1951.

La video ELLE du jour :
VOICI COMMENT RÉAGIT VOTRE CORPS QUAND VOUS STOPPEZ L’ALCOOL

Dans les années 50 et 60, Audrey Hepburn confirme sa position de nouvelle célébrité. Elle enchaine les rôles à succès et devient la première actrice à décrocher un Academy Award, un Golden Globe et un BAFTA Award pour son rôle principal dans Roman Holiday en 1953.

Impossible de parler de la vie d’Audrey Hepburn sans évoquer son engagement pour aider les plus démunis. Ambassadrice de l’UNICEF de 1988 jusqu’à sa mort en 1993, elle aura passé quelques années à faire de l’humanitaire en Ethiopie, au Soudan, au Bangladesh, en Somalie… En résumé, tout pousse à dire que cette femme, en plus d’être talentueuse, était une belle personne.

Pourquoi on y va ?

Justement car on admire Audrey Hepburn et sa personnalité incroyable. Une femme tout à fait normale qui aurait gardé cette normalité tout au long de sa vie. C’était une mère très présente, « elle venait me chercher à l’école tous les jours », raconte son fils, Luca Dotti. « Elle serait très surprise de voir cette exposition car elle n’a jamais compris cet engouement autour d’elle. Elle aurait d’ailleurs détesté le terme icône, ce n’est pas du tout ce à quoi elle aspirait », ajoute-t-il.

Curieuse, généreuse, spontanée, respectueuse, gentille… Les mots employés pour caractériser Audrey Hepburn sont nombreux, mais c’est le mot « simple » qui revient à chaque fois. Une simplicité qui fait qu’elle est restée elle-même tout au long de sa vie.

Petite déception tout de même, on s’attendait sûrement à quelque chose de plus vivant. On aurait aimé par exemple plus d’extraits de film, quelques éléments personnels, ou encore certaines de ses tenues. Mais pas de panique, nul doute que vous apprécierez tout de même l’exposition autant que nous.

Infos pratiques : « Audrey Hepburn : Portraits of an Icon », National Portrait Gallery. Billet plein tarif à partir de 9£. Du 2 juillet au 18 octobre.

Comment s’ y rendre ?

On ne peut que vous conseiller l’Eurostar, qui relie Bruxelles à Londres en moins de 2 heures, à partir de 86 euros l’aller-retour. Profitez également du programme culturel 2 FOR 1 lancé en septembre 2010 par la compagnie. Vous obtiendrez 2 entrées pour le prix d’une, sur simple présentation de votre billet Eurostar. 9 musées sont partenaires à Londres, de quoi réaliser quelques économies.

Marine Sanclemente