De jolis seins: les astuces qui marchent

Mis à jour le 22 février 2018 par ELLE Belgique
De jolis seins: les astuces qui marchent

1

Je cours, je nage, je bouge, mais, là, tout de suite, dans la salle de bains, à l’institut, chez le médecin, je fais quoi en plus, pour me sentir bien dans ma peau… dans mon maillot ?

Dossier réalisé par Belen Ucros avec Elisabeth Clauss, Juliette Debruxelles et Laurence Descamps. Photos David Burton. Mannequin JULIJA STEP @IMG

  • Le problème

Des seins trop petits ou dont la peau est moins ferme, et l’impression qu’on a perdu un sérieux atout pour séduire.

  • Les solutions 

- À la maison

Possible, à condition de s’y mettre matin et soir.

Un soin tenseur + des exercices ciblés

C’est quoi ? Un soin, généralement un sérum, plus concentré, qui contient des actifs liftants pour retendre la peau des seins et du décolleté.

Comment ? Pour être certaine d’une efficacité rapide, on combine l’application du soin galbant avec des exercices qui remusclent. Les coudes levés à hauteur de la poitrine, pressez fortement vos paumes l’une contre l’autre pendant 30 secondes. À répéter 10 fois. Puis, les jambes légèrement écartées, les fesses rentrées et le ventre serré, inspirez en soulevant un haltère (ou une bouteille d’1,5 litre d’eau) bras tendus au-dessus de la tête. Ramenez le bras derrrière le dos, au niveau de l’épaule opposée en expirant. Recommencez 20 fois puis changez de côté.

Les résultats ? Si on applique scrupuleusement le soin matin et soir, si on complète par quelques gestes tonifiants, on ne gagnera certainement pas une taille de bonnet, mais on aura en tout cas une peau bien plus belle et un décolleté bien lisse.

1/

1

Chez l’esthéticienne

Possible et efficace, mais en cure.

1. Un protocole raffermissant 

C’est quoi ? Un soin qui renforce la fermeté et la tonicité des tissus de soutien de la poitrine.

Comment ? Des huiles essentielles et des extraits d’hormones végétales sont appliqués sur la zone du buste avec un massage manuel et de l’électrostimulation, indolore mais très efficace, avant l’application d’un masque tenseur.

Les résultats ? Plus de galbe et une peau lisse. Pour un véritable effet push-up, répéter de manière régulière.

Combien ? 75 €.

Où ? Dans les instituts Beauté & Vie de Nadine Salembier, à Bruxelles et à Comines, www.nadine-salembier.com

2. Un soin lissant

C’est quoi ? Un soin qui défroisse le décolleté.

Comment ? De la radiofréquence, du courant galvanique et des ondes électromagnétiques qui font pénétrer en profondeur plus de 20 actifs de plantes. Le soin se termine par un massage très agréable.

Les résultats ? Immédiats, bluffants et durent plusieurs mois.

Combien ? 120 € la séance de Dermifréquence+.

Où ? Au 7 Place Brugmann, 1050 Bruxelles www.7placebrugmann.be

2/

1

Au cabinet esthétique

Possible, sans restriction.

Des fils résorbables à effet lift

C’est quoi ? Des fils tenseurs, résorbables, en acide polylactique, qui liftent les seins en agissant de deux manières. D’abord, par l’action mécanique de la légère traction que le médecin provoque en tendant les fils juste après les avoir placés sous la peau. Ensuite, par la réaction inflammatoire provoquée par leur présence, qui stimule la production naturelle de collagène. Pour envisager cette technique, la peau doit être encore relativement tonique.

Comment ? Le médecin anesthésie la zone de la poitrine puis insère les fils un par un, en commencant au niveau des seins et en remontant le long d’un marquage préalablement défini. Il ressort les fils du côté opposé et tire dessus pour créer la tension souhaitée. Il coupe ensuite les extrémités qui dépassent. L’intervention se pratique sous anesthésie locale et n’est pas douloureuse.

Les résultats ? Ils sont immédiats, grâce à l’action mécanique de la tension des fils, et vont encore s’accroître au fil du temps. Quelques hématomes sont possibles juste après la pose des fils et disparaissent au bout de deux à trois jours. Le résultat obtenu tient pendant deux ans environ.

Combien ? À partir de 3 000 €.

Où ? À la Iuventu Clinic, rue du Grand Cerf 16, 1000 Bruxelles, 92 502 07 60, www. iuventu.com

3/

1

Chez le chirurgien esthétique

Possible, si on ne part pas avant quatre semaines minimum.

1. Les implants pour augmenter le volume

C’est quoi ? C’est l’intervention de chirurgie esthétique la plus pratiquée dans le monde, après la liposuccion et, ces dernières années, elle a fait l’objet d’améliorations techniques importantes, surtout après les différents scandales qui ont mis à mal sa réputation. Les implants sont aujourd’hui hautement fiables (gel de silicone purifié et cohésif pour une meilleure tolérance, parois multilamellaires pour éviter les fuites) et existent dans un large éventail de formes qui permettent des interventions sur mesure.

Comment ? En théorie, deux choix sont possibles : soit les implants sont placés en arrière du muscle pectoral, soit ils sont placés devant ce muscle. Devant, les suites opératoires sont moins douloureuses et la forme des seins reste plus naturelle. De plus en plus souvent, les cicatrices sont placées dans le creux des aisselles : elles sont courtes et disparaissent avec le temps. Le choix de la forme et du volume des implants se fait avec le médecin. Veillez à opter pour des dimensions qui restent en harmonie avec la morphologie générale. L’intervention se fait sous anesthésie générale (et sous « déconnection » dans certains hôpitaux) et il faut souvent prévoir une hospitalisation de vingt-quatre heures.

Les résultats ? Ils sont visibles immédiatement et définitifs après trois mois, quand les rougeurs, l’œdème et les ecchymoses ont disparu. Les seins redeviennent alors souples. Les cicatrices disparaissent au bout d’un an. Le port d’un soutien-gorge médical est indispensable pendant trois semaines, pour éviter que les implants se déplacent. Notez qu’il est indispensable d’observer un suivi médical sérieux des implants : consultation de contrôle annuelle et échographie à la moindre suspicion d’usure. Aujourd’hui, la traçabilité des implants est assurée par une carte d’identité que le chirurgien donne à la patiente et dont il conserve un exemplaire dans le dossier médical.

Combien ? À partir de 4 000 €.

Où ? Voir la liste des chirurgiens agréés sur www.rbsps.org

2. Un « lifting » pour remonter la poitrine

Possible, à condition de ne pas prévoir de vacances sportives.

C’est quoi ? Une intervention qui se fait sous anesthésie générale et vise à remonter les seins quand ils tombent, après un amaigrissement rapide ou plusieurs grossesses.

Comment se passe l’opération ? Elle consiste à « tirer » les seins pour les regalber et les remonter en les repositionnant sur le thorax. Les cicatrices forment un T, partant de l’aréole jusqu’au sillon mammaire et courant sous les seins, caché dans le sillon.

Les résultats ? Il est immédiat. Des bandelettes adhésives sont appliquées pour protéger les cicatrices. Pas de bains pendant trois semaines, donc encore moins de baignade en mer ou en piscine ! Pas de sport pendant six semaines et, ensuite, il est recommandé de porter un soutien-gorge sans armature pendant deux mois.

Combien ? À partir de 5 000 €.

Où ? Voir la liste des chirurgiens agréés sur www.rbsps.org 

4/

1

 

  • Quatre astuces pour un effet lift immédiat

- Toutes les deux semaines, faites un gommage visage, plus doux que le gommage corps, en incluant le cou, le décolleté et les seins, avec des mouvements en huit horizontal et en évitant les mamelons. La peau absorbe alors mieux les actifs des produits buste.

- Terminez chaque douche par un jet d’eau froide sur le décolleté et les seins ou, mieux encore, trempez une petite serviette en coton dans une bassine remplie d’eau et de glaçons, essorez-la et appliquez-la sur la poitrine pendant une minute.

- Tenez-vous le plus droite possible, épaules légèrement en arrière. ça projette les seins en avant.

- Conservez vos produits pour le buste au réfrigérateur : l’effet stretch du froid donnera immédiatement un aspect plus tonique à la peau.

5/

1

  • Témoignage

Des implants mammaires, et… « Ça m’a décomplexée »

Joanna, 31 ans

”J’ai toujours été très fine. À 22 ans, j’étais hyper mince, je portais du 34, un petit 80 A. Mais je voulais être plus “sexy”. Je suis tombée folle amoureuse de Gaëtan, qui aimait les gros seins. Il me touchait à peine la poitrine, se retournait sur les décolletés plantureux dans la rue. Je me suis fait poser un bonnet C. Gaëtan a apprécié. Mais ce n’était pas assez opulent à mon goût à moi. J’étais devenue accro. Un an plus tard, je suis passée au D. Le lendemain de l’intervention, je partais en vacances sur la Côte d’Azur, comme si de rien n’était. Sous antidouleurs forts et avec une brassière, mais décomplexée. Les années passant, j’ai pris un peu de poids, et je taille aujourd’hui du 36, avec un tour de poitrine de 85 D. J’ai quitté Gaëtan depuis longtemps, et ce que je garde de cette relation, c’est qu’elle m’a libérée moralement : j’aime avoir des seins imposants. Ils me protègent. Le seul souci : j’ai toujours froid à la poitrine. J’ai la peau fine, et je n’arrive pas à réchauffer mes implants. Même en été, je sens une légère gêne, une fraîcheur au niveau du thorax. »