Les Magritte 2015 : ce qu’il fallait voir

Mis à jour le 14 février 2018 par Elisabeth Clauss
Les Magritte 2015 : ce qu’il fallait voirTania Garbarski, Charlie Dupont et Thierry Lhermitte. © Les Magritte du Cinéma / Nicolas Danhier
Tania Garbarski, Charlie Dupont et Thierry Lhermitte. © Les Magritte du Cinéma / Nicolas Danhier
Tania Garbarski, Charlie Dupont et Thierry Lhermitte. © Les Magritte du Cinéma / Nicolas Danhier

Samedi dernier au Square du Mont des Arts, les Magritte fêtaient leur 5ème édition. Quoi, qui, comment ? Pêle-mêle monté cut :

Palmarès : les Frères Dardenne ont raflé plein de prix, what a shock : Deux Jours, Une Nuit a été couronné du Magritte du meilleur film, et de la meilleure réalisation (en général, il faut d'ailleurs que l'une soit béton pour espérer l'autre). Pour le même film, Fabrizio Rongione a remporté le Magritte du meilleur acteur. Emilie Dequenne qui n'est pas venue parce qu'elle avait déjà gagné une grippe de compétition, a remporté par contumace le Magritte de la meilleure actrice dans Pas Son Genre. Pour Minuscule, un immense honneur : le Magritte du meilleur film étranger en co-prod, décerné à Entre Chien et Loup.

Et de l'autre côté du rideau ?

Charlie Dupont / Didier Vervaeren
Charlie Dupont / Didier Vervaeren

En coulisses où, c'est bien connu, on rigole au moins autant que sur scène, Charlie Dupont préparait son entrée en Mireille Darc, sous l'oeil avisé du fashion gourou Didier Vervaeren. L'un avait endossé le costume, en l'occurrence la robe, du maître de cérémonie, l'autre veillait au grain niveau stylisme. Charlie Dupont, avec un enthousiasme plein de second degré très sérieux, a notamment improvisé un karaoké dans la salle, avec le public (ce n'est pas aux César que ça arriverait, hin hin).

Marc Zinga
Marc Zinga

On a bavardé avec Marc Zinga, récompensé du Magritte du meilleur espoir masculin pour Les Rayures du Zèbre. Bien vu, ce prix, puisqu'il tourne actuellement dans le prochain James Bond. Il y incarne un des méchants, alors qu'il est vraiment gentil comme tout. Mais Hollywood est passé par là, voilà le résultat. On lui en souhaite d'autres.

 

Tania Garbarski
Tania Garbarski

Tania Garbarski, l'une des plus touchantes beautés du cinéma belge. Sur la photo elle est sexy et hiératique; en vrai, Tania est très drôle en prime. On sait qu'elle est l'épouse de Charlie Dupont, mais on ignore qui est sa grand-mère. Et on l'aime beaucoup.

Tania Garbarski et Charlie Dupont, qui ne se crêpaient pas du tout le chignon, malgré ce que la photo peut laisser penser.
Tania Garbarski et Charlie Dupont, qui ne se crêpaient pas du tout le chignon, malgré ce que la photo peut laisser penser.
Ozark Henry en "académicien" par Ann Demeulemeester
Ozark Henry en "académicien" par Ann Demeulemeester

Lui, d'abord, on a vu ses bottes. Des Ann Demeulemeester, cavalières, pantalon rentré dedans. Il est aussi grand qu'il est humble. La barbe de 3 jours aussi râpeuse qu'il est doux. La voix aussi virile qu'il s'exprime avec délicatesse. On a discuté mode, chuchotant derrière le rideau, parce que quand on a mentionné qu'on était en A.F. Vandevorst, son regard de fan des créateurs flamands s'est illuminé.

Didier Vervaeren
Didier Vervaeren

Didier Vervaeren s'occupait, avec Tony Delcampe, d'habiller les people qui montaient sur scène, pour une raison ou une autre (donner des prix, en recevoir, plaisanter, tout ça). Un ouvrage qui ne se "limitait" pas à leur trouver une tenue, des accessoires, et à juguler leurs changements d'avis au dernier moment, mais aussi à vérifier qu'à deux secondes d'entrer en scène, chacun était bien d'équerre.

Patrick Quinet
Patrick Quinet

Il ressemble à un acteur de polar français (où il jouerait un flic blasé qui en a vu de toutes les couleurs mais dont le coeur reste tendre). Presque : Patrick Quinet est producteur. Au cours de la cérémonie, il a été comparé à Claude Berri. Pour vous donner une idée. Il est président de l'Union des producteurs de films francophones, et membre de l'Académie André Delvaux qui a initié les Magritte. Quand on lui demande à dix minutes du début des festivités si, au lancement de la première édition, il était déjà sûr qu'il y en aurait une cinquième, il rit, il s'exclame : "Bien sûr ! Et ce n'est qu'un début. On a l'expérience en plus. Les Magritte sont devenus un événement majeur en Belgique, le plus glamour. Et du côté francophone, c'est la meilleure émission en direct à la télé. BeTv fait un super boulot. Les textes sont bien écrits, la production est impeccable. C'est un sentiment paradoxal : on est à la fois super excités et très sereins".

Nicolas Bedos
Nicolas Bedos

Nicolas Bedos, fidèle dans la vie à son image télé.

Julie Gayet
Julie Gayet

Julie Gayet, discrète, qui observait toute l'agitation ambiante très calmement.

Thierry Lhermitte et Philippe Geluck
Thierry Lhermitte et Philippe Geluck

Un zèbre et un chat, copains comme cochons.

François Damiens
François Damiens

François Damiens, à son arrivée à The Hôtel (derrière, Nicolas Bedos lui emboîtait le pas, si vous regardez bien).

Pierre Richard © Les Magritte du Cinéma
Pierre Richard © Les Magritte du Cinéma

Le Magritte d'Honneur, c'était Pierre Richard. Un monument du cinéma comique français, et comme tous les hommes drôles, encore meilleur dans les drames. D'ailleurs quand il est monté sur scène, tout le monde a pleuré.

Cette cinquième édition, festive et bien rodée, portait haut le décalage qu'on prête aux Belges. Avec rigueur, efficacité, et sans se prendre les pieds dans le tapis. Qu'ils avaient bleu. Comme il se doit.

 

Photos : Nicolas Danhier