“J’peux pas, j’ai Mammo” : la campagne Think Pink qui rappelle l’importance du dépistage

Mis à jour le 21 mai 2021 par Thibaut Simon et ELLE Belgique
“J’peux pas, j’ai Mammo” : la campagne Think Pink qui rappelle l’importance du dépistage ©Shutterstock

L'ASBL Think Pink entame sa campagne "J'peux pas, j'ai Mammo" en Belgique afin de sensibiliser et informer la société sur la maladie du cancer du sein. Une action nécessaire pour prendre conscience de l'importance du dépistage.

Chaque année, 11 000 personnes sont touchées par la maladie du cancer du sein. Mais le dépistage proposé aux femmes âgées entre 50 et 69 ans ne rencontre pas le succès escompté. En Wallonie et en région bruxelloise, elles sont moins de 10% à accepter l'invitation du gouvernement pour bénéficier d'un dépistage gratuit. Les chiffres confirment malheureusement cette tendance.

En 2019, la participation à Bruxelles était de 9,6% et seulement de 5,4% en Wallonie. Si la période du Covid-19 a freiné quelque peu la motivation pour effectuer ce dépistage, Think Pink a compris l'urgence de sensibiliser la société. Comme l'a soulignée la présidente de l'association, Heidi Vansevenant : "il est grand temps que nous fassions quelque chose à ce sujet".

Sensibiliser et informer

Think Pink travaille essentiellement sur 2 axes : sensibiliser d'une part les femmes de 50 à 69 ans et d'autre part la société de manière générale. L'objectif est de convaincre pour augmenter la participation au dépistage. Mais en quoi consiste-t-il ?

Effectuer un Mammotest, c'est avant tout prendre de l'avance sur la maladie. Il permet un dépistage précoce avant l'arrivée des symptômes et donc un allégement des traitements par la suite. Tiffany Bulteau, porte-parole de l'association, nous explique comment participer à cette opération : "Lorsque vous habitez en Flandre, vous recevez une invitation avec un rendez-vous déjà fixé dans un centre précis. En Wallonie et à Bruxelles, l'invitation est envoyée mais le rendez-vous n'est pas pris. C'est une étape supplémentaire que vous devez effectuer. C'est sûrement ce qui explique la différence de participation entre nos régions".

Les recommandations européennes, qui suggèrent un taux de participation de 75%, sont loin d'être atteintes. Si en Flandre le taux était de 54,1% en 2019, le reste de la Belgique doit encourager davantage au dépistage.

Il est important d'être à l'écoute de son corps et ne pas se dire que cette maladie ne touche que les autres.

Avec un slogan porteur, l'association veut inciter les femmes au dépistage. Plus qu'un message, "J'peux pas, j'ai Mammo" doit devenir une excuse pour prendre le temps de s'intéresser à cette maladie. "Ce qui explique le faible taux de participation, c'est tout d'abord le manque de temps. Les femmes en ont très peu et quand elles prennent un rendez-vous, elles oublient, laissent de côté et finalement, elles ne se font pas dépister." explique Tiffany Bulteau. L'idée de la campagne, c'est que ce dépistage devienne systématique.

Écouter son corps

En coordination avec les centres de dépistage et les professionnels de la santé, les examens de 15min proposés offrent la qualité requise. Les résultats subissent une double lecture indépendante de 2 radiologues. En cas de doute, un 3ème intervenant est appelé pour assurer une réponse précise.

La campagne, saluée par le secteur médical, apporte un message positif en ces temps de crise sanitaire. L'objectif est de partager l'information car en parler, c'est aussi gagner le combat contre la maladie. "Il ne faut pas oublier que 9 femmes sur 10 guérissent", explique Tiffany Bulteau.

Membres de l'ASBL Think Pink
Think Pink

Des fonds pour soutenir la recherche

Pour mettre en oeuvre toutes ces actions, Think Pink bénéficie de la participation de 3 fonds de solidarité. Le Fond SMART participe à la recherche scientifique. Il soutient les innovations sur le territoire national, ce qui permet à l'association belge de donner une chance à des projets prometteurs. Share your Care accompagne les victorieuses touchées par la maladie du cancer du sein. Grâce à des petites attentions tout au long de leur combat, vous montrez à ces femmes qu'elles ne sont pas seules. C'est également la mission du Fond Coupe d'Éclat. Les personnes touchées par cette maladie perdent leurs cheveux lors du traitement. C'est pourquoi l'ASBL aide financièrement les victorieuses à s'acheter une perruque ou un bonnet. Vous aussi, vous pouvez effectuer un don capillaire (30cm minimum de longueur de cheveux) pour fabriquer des perruques et ainsi aider ces femmes.

Toute l'année, Think Pink s'engage pour défendre les droits des patientes, financièrement mais aussi moralement. Elle organise des tables rondes en collaboration avec des hôpitaux, des spécialistes, des mutualités pour fixer des pistes d'amélioration. Malgré des disparités régionales au niveau gouvernemental pour aider au dépistage, l'ASBL bénéficie du soutien des communes et d'une multitudes d'acteurs. Être informé sur le dépistage et la maladie du cancer du sein, c'est aider les victorieuses et la société.

Retrouvez des informations complémentaires sur les sites dédiés, concernant le dépistage et le Mammotest en Flandre, Wallonie et à Bruxelles.

À LIRE AUSSI 

Octobre rose : 5 objets à s'offrir pour soutenir la lutte contre le cancer du sein

Race for the Cure 2020 : une course digitale contre le cancer du sein en Belgique

Cancer du sein : les résultats bluffants du tatouage du mamelon