« Gongbang » : La nouvelle méthode des étudiants pour être plus productifs

Mis à jour le 18 mai 2021 par Camille Vernin
« Gongbang » : La nouvelle méthode des étudiants pour être plus productifs© Unsplash

Dans le registre exhibitionniste, on connaissait déjà le "mukbang", ces vidéos orgies dans lesquelles des Youtubeurs sud-coréens se filmaient en train d'avaler des quantités pharaoniques de nourriture. Toujours en Corée du Sud, un étrange phénomène aussi un brin voyeuriste est en train de connaître un succès grandissant depuis le confinement : le gongbang.

Le gongbang, c'est quoi ?

Si le terme fait évidemment penser à la pratique sexuelle, il n'en est rien. Gongbang est simplement la contraction de « gongbu bangsong », qui signifie « émission d'étude » en français. Cette pratique consiste à se filmer en train d'étudier seul. Les vidéos consacrées au genre se comptent désormais par milliers sur Youtube, sous des appellations variées : "On révise une heure ensemble", "Étudie avec moi" ou encore "Étudions ensemble en temps réel". Certaines durent jusqu'à 6, 8,...10h et elles cassent les records de vues.

Dans une vidéo au près d'un million de vues, l'influenceuse Sarang Choi emmène ses followers dans une heure d'étude avec elle dans la New York Public Librairy. Au programme ? Gros plan sur ses cahiers dans lesquels elle rédige consciencieusement ses synthèses d'examen. En commentaires, les internautes sont conquis : "Tu n'as pas idée à quel point ça m'a aidé à étudier" commente l'un d'eux, "J'aime ce 'silence bruyant', le mouvement feutré des chaises, la toux étouffée, le fait de tourner les pages", écrit une autre. C'est vrai qu'on se retrouverait presque plongé.e dans une séance d'ASMR par moments.

Retrouver la motivation

Si le phénomène n'est pas neuf, il a connu un véritable essor pendant le confinement. La pandémie a imposé les cours à distance à de nombreux étudiants, mais a également rendu les bibliothèques et autres lieux d'étude difficilement accessibles. Si bien qu'aujourd'hui, un peu plus de 80% des étudiants en Belgique ressentent de la fatigue mentale et physique ainsi qu'un manque de motivation selon une vaste enquête menée par la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Dans un tel contexte, le gongbang tente de recréer une forme de présentiel fantasmé, pour se motiver ensemble et être plus productifs. "La motivation a besoin d’un élan, d’une dynamique sociale mais aussi d’une forme de contrôle social", explique Johan Tirtiaux, sociologue spécialiste de la jeunesse à l’Université de Namur. "Cette réalité est d’autant plus vraie aujourd’hui, avec l’hypersolicitation des réseaux sociaux qui détourne constamment notre attention. C’est en voyant les autres faire, que l’on est forcé de nous y mettre nous aussi".

C'est aussi pour certains un bon moyen de se créer un rituel d'étude, en suivant par exemple la méthode Pomodoro qui est une des techniques les plus mises en scène dans ce genre de vidéos. Elle consiste à rester intensément concentré pendant 25 minutes avant de s'octroyer une pause de 5 minutes et ainsi de suite. Toutes les 4 sessions, on récupère pendant 20 à 30 minutes.

Des "focus room"

Ce phénomène va encore plus loin, avec l'apparition de "focus room". Si vous vous rendez sur le site StudyStream et que vous cliquez sur l'un des liens proposés, vous vous retrouvez propulsé dans une discussion Zoom avec des inconnus du monde entier en train de réviser silencieusement derrière leur bureau. La pratique est même devenue virale sur TikTok, où certains utilisateurs et utilisatrices se retrouvent même à fantasmer sur les différents profils visibles par caméra.

L'un des grands intérêts de ces "focus rooms" et du "gongbang" en général est aussi de profiter du bruit de fond, d'un son d'ambiance qui rappellerait presque celui d'une bibliothèque. D'ailleurs, une étude publiée en 2017 dans la revue Harvard Business Review affirme que, contrairement à ce que l'on pourrait croire, le silence complet n'est pas conseillé pour rester concentré. L'environnement idéal pour un blocus serait légèrement bruyant, à la manière d'un open space ou d'un espace de coworking. Alors si vous ressentez des difficultés à vous concentrer ou que la bibliothèque vous manque, ça ne coûte rien d'essayer !

À LIRE AUSSI :

Blocus: comment améliorer sa concentration ?

Blocus : quelles musiques écouter pour rester concentré pendant l'étude ?

Blocus: 5 applis qui vous aideront vraiment à étudier