Fêtes confinées : 3 conseils psy pour gérer !

Mis à jour le 15 décembre 2020 par Elisabeth Clauss
Fêtes confinées : 3 conseils psy pour gérer ! © Amy Shamblen - Unsplash

Il sera compliqué de se projeter dans les fêtes de fin d’année, sans doute jusqu’aux carillons du réveillon. Mais on peut s’offrir quelques pistes de sérénité, au milieu des autres cadeaux devant la cheminée.

1. Les fêtes confinées en solo, comment garder le moral ?

Perrine Deprez, psychanalyste : « Il est important de se préparer psychologiquement, d’avoir envisagé cette possibilité parmi les autres. Nous vivons une période d’incertitude, et le déni n’aidera pas. Il est toujours plus facile de s’adapter quand on a anticipé la soirée… et la journée du lendemain. On peut choisir son film à l’avance, s’en réjouir, se concocter un menu détente, se faire des masques (de beauté, pour changer). La clé : ne pas subir la solitude, mais en faire du temps pour soi. Voir ce moment comme un cadeau de recentrage qu’on s’offre pour bien terminer l’année ».

2. Les fêtes confinées mais/et en famille, comment garder son calme ?

« Il faut commencer par réfléchir à la façon dont se passent habituellement les retrouvailles, et se mettre dans la bonne disposition d’esprit pour qu’elles se passent bien. On peut s’offrir quelques excès de diplomatie : on connaît déjà les sujets à éviter, et pour une fois, on peut mettre de côté les attentes qui ne seront de toute façon pas satisfaites. On met ce contexte particulier à profit pour accepter sa famille comme elle est, et pas comme voudrait qu’elle soit. Et si on ne trouve rien de positif, c’est peut-être l’opportunité d’envisager de passer les fêtes différemment ».

3. Les fêtes sans étreintes et avec seulement une poignée d’amis, comment marquer le coup des réveillons ?

« Le port du masque, l’absence de contacts, nous ont fait prendre conscience de l’importance du toucher mais aussi du regard et des mots. Les soirs de réveillon, essayons de nous concentrer sur les sensations, la musique, les conversations, le partage de la présence. Faire l’effort de mettre de côté ce qu’on n’a pas pu faire, de ne pas trop se focaliser sur les manques, mais célébrer ce qu’on a quand même pu organiser. Danser masqué, c’est quand même danser ! »

À LIRE AUSSI

La video ELLE du jour :
QUELS SONT LES CRITÈRES PHYSIQUES POUR DEVENIR MANNEQUIN

8 champagnes pour accompagner un menu de fêtes

30 idées de déco canon pour se mettre dans l'ambiance de Noël

Les plus belles bougies à faire brûler le soir de Noël