Green Machine : la solution ultime pour recycler les vêtements ?

Mis à jour le 16 novembre 2020 par Marie Guérin
Green Machine : la solution ultime pour recycler les vêtements ? La première collection Monki issue de la Green Machine

La plupart des vêtements que nous portons sont fabriqués avec un mélange de coton et de polyester difficile à recycler. Pour la première fois, la marque Monki présente une machine capable de séparer ces deux matières. À grande échelle. Son nom ? La Green Machine.

La marque suédoise lance sa toute première collection réalisée avec les matières issues recyclées avec cette innovation. Nous avons rencontré Jenny Fagerlyn, responsable du développement durable mondial de Monki et Erik Bang de la Fondation H&M pour en apprendre un peu plus sur cette machine.

Erik Bang de la Fondation H&M - Green Machine
Erik Bang de la Fondation H&M

La green machine, c'est quoi ?

Erik Bang: Il s'agit d'un système de recyclage des textiles mélangés, c'est-à-dire des textiles fabriqués non seulement à partir d'un seul matériau mais de plusieurs. C'est le type de textile le plus répandu dans la mode et dans le monde. Regardez l'étiquette d'entretien de vos propres vêtements et vous vous rendrez compte que beaucoup de vêtements sont des mélanges. Ceux-ci sont beaucoup plus difficiles à recycler car vous devez séparer les différents matériaux les uns des autres. C'est exactement ce que fait la Green Machine, elle est spécialement conçue pour séparer et récupérer le polyester des mélanges, car il s'agit de la fibre textile commerciale la plus répandue au monde.

À quoi cela ressemble-t-elle ?

EB: Elle ressemble à un système industriel très complexe avec beaucoup de tuyaux, de vannes et quatre grands réservoirs. Construite en acier inoxydable, elle est assez haute et tout est fixé à un cadre en acier rectangulaire pour rester en place.

Green Machine Monki
La Green Machine Monki

Comment ça marche ?

EB: Si cela semble complexe, le principe de son fonctionnement est en fait assez simple. C’est comme une chaudière à pression que vous pourriez avoir dans votre cuisine. La chaleur, l'eau, la pression et un produit chimique vert séparent les fibres afin qu'elles puissent être récupérées. Il supprime également la couleur du tissu, ce qui signifie que vous pouvez recycler tous les styles.

La video mode du jour :
COMMENT EMPÊCHER SES CUISSARDES DE GLISSER

Cerise sur le gâteau: le système est en boucle fermée, ce qui signifie que nous récupérons toujours l'eau, la chaleur et le produit chimique vert. Nous l'avons développé avec l'intention de ne pas créer un autre problème mais de fournir une vraie solution.

Quel est le cycle complet d'un vêtement ?

EB: Tout d'abord, le vêtement est désinfecté pour garantir que nous manipulions un matériau sûr. Ensuite, les boutons, fermetures à glissière, etc. sont retirés et le vêtement est ouvert.

Ensuite, il est mis dans le système pour qu'il opère sa magie: en sort le polyester sous forme de fibre qui est ensuite filé. Le coton se présente sous forme de poudre que nous réutilisons également.

En quoi est-ce une révolution ? Pourquoi est-ce différent des technologies qui existent déjà ?

EB: La révolution réside dans le fait que nous sommes capables de recycler les textiles mélangés. C’est la première fois que c’est fait, et ce sont les tout premiers vêtements jamais fabriqués de cette façon. Nous le faisons d'une manière sûre, économe en ressources et rentable. C'est un véritable jalon pour la transformation de cette industrie! La technologie est développée par HKRITA (The Hong Kong Research Institute of Textiles and Apparel Limited) en partenariat avec une équipe d'ingénieurs très expérimentés dirigée par le professeur Kanji Kajiwara. Ensemble, l’équipe japonaise possède plus de 500 ans d’expérience, c’est assez extraordinaire et nous rappelle que nous avons déjà une grande partie des connaissances nécessaires pour atteindre l’objectif de 1,5 degré pour 2030 (selon le rapport du GIEC publié en octobre 2018 - ndlr).

& Other Stories et H&M sont déjà très engagés dans les questions écologiques, était-ce le moment pour Monki de s'engager davantage?

Jenny Fagerlin: Monki travaille avec cela depuis longtemps, mais maintenant, il est temps de montrer des résultats concrets. Nous nous engageons à faire partie du changement, à bouleverser la façon dont la mode est produite et achetée aujourd'hui. Nous souhaitons accompagner un changement permanent vers un modèle de production circulaire où les ressources sont maintenues en service le plus longtemps possible, avant d'être recyclées encore et encore en de nouveaux produits.

Jenny Fagerlyn, Monki
Jenny Fagerlyn, responsable du développement durable mondial de Monki

Hormis la Green Machine, quels sont les autres engagements durables de Monki ?

Nous nous engageons à utiliser de meilleurs matériaux dans tous les produits, ce qui fait partie de notre objectif plus large, de n'utiliser que des matériaux recyclés ou issus de sources durables. Cela comprend notre large gamme de denim fabriqués à partir de coton 100% biologique certifié, des maillots de bain très appréciés en polyester et polyamide recyclés, et depuis 2018, tout le coton Monki est issu à 100% de sources durables.

C’est aussi la raison pour laquelle nos magasins proposent du recyclage de vêtements et de textiles, tous les magasins et bureaux sont alimentés par des énergies renouvelables et notre objectif est de devenir durable tout au long de la chaîne de valeur.

À LIRE AUSSI

Anine Bing x Helena Christensen : la collab’ pour se la jouer « supermodel »

5 labels de mode qui donnent une seconde vie aux « dead stocks »

Wasted Atelier: comment développer une marque de slow fashion ?