La fille du vendredi : Lies Mertens, créatrice du label de sacs éponyme

Mis à jour le 9 avril 2020 par Malvine Sevrin
La fille du vendredi : Lies Mertens, créatrice du label de sacs éponyme Presse

À seulement 30 ans, Lies Mertens est à la tête de son propre label de sacs à main. Rencontre avec un talent made in Belgium.

Sous sa griffe éponyme, l’anversoise Lies Mertens crée de très beaux sacs de qualité au caractère intemporel et au design fonctionnel. Des créations conçues pour accompagner les femmes dans leur quotidien et répondre à leur besoin de praticité sans lésiner sur l’esthétique. Intelligent et élégant à la fois.

Qui es-tu ? Quel est ton parcours ?

Je me suis toujours intéressé à l’architecture, au design et à la randonnée dans la nature. J’ai une formation en conception graphique et une autre en gestion, ce qui me donne la combinaison intéressante d’être à la fois créative et axée sur les affaires. Au cours de ces dernières études, j'ai suivi des cours du soir en artisanat du cuir comme un passe-temps et cela a ensuite abouti au label qu'il est aujourd'hui.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par LIES MERTENS (@liesmertens.be) le

La video mode du jour :
TOP 5 DES APPLICATIONS POUR REVENDRE SES VÊTEMENTS


D’où vient ton amour pour la maroquinerie ?

J'avais l’habitude d’emporter toutes mes affaires dans un cabas fourre-tout en lin jusqu'à ce que je réalise que ce n'était pas très safe de transporter mon ordinateur et mon appareil photo dans un sac aussi fragile. Quand j’ai eu l'idée de créer mon propre sac, je me suis tout de suite dirigée vers le cuir parce que cette matière a une bonne “vibe” et esthétique, elle est très solide et c'est un produit naturel qui devient plus beau au fil des années. Le cuir est un matériau enrichissant à travailler, car il a l'air de haute qualité et chic, et est durable dans le sens où il peut prendre un coup et durer longtemps. Il a un look intemporel, donc en travaillant avec ce matériau, je ne me sens pas coincée par les tendances et je n'ai pas à suivre les saisons, ce qui me laisse plus de temps pour faire ce que j’ai envie de faire.

La philosophie de la marque ? Fonctionnalité et simplicité.

Qu'est-ce qui t'a donné envie de lancer ta propre marque ?

À la base, je n'avais pas l'intention de créer ma propre marque, mais petit à petit j'ai remarqué que les produits que j'avais conçus pour moi étaient appréciés par mon entourage et c'est de là qu'est née l'idée de lancer mon label. Je n'aurais jamais pu imaginer que 2 ans plus tard, nous serions une entreprise avec une équipe de 4 personnes. Ça va vite, mais j'aime beaucoup ce que je fais et je ne m'ennuie jamais !

Si tu devais résumer la philosophie de ta marque en une phrase ? 

Nous sommes un label terre-à-terre pour lequel la fonctionnalité et la simplicité sont essentielles. Nous ne voulons pas nous présenter comme une marque à la mode, mais plutôt comme un label intemporel avec des produits qui se prêtent à presque toutes les saisons.

Quel a été le plus gros challenge pour toi ?

Le plus grand défi est de concevoir un produit de la plus haute qualité possible de la manière la plus durable possible. Vous devez toujours évaluer si la durabilité de l’utilisation est en équilibre avec le processus de fabrication d'un sac. Par exemple : un sac en cuir végétalien ne durera jamais aussi longtemps qu'un sac en cuir véritable.

Où trouves-tu l'inspiration ?

Toutes mes créations sont nommées d’après les gens qui sont proches de moi ou qui m’inspirent, la plupart du temps ce sont mes amis proches. Par exemple, le nouveau sac Lien porte le nom d’une bonne amie à moi qui est conservatrice d'art pour la galerie Geukens & De Vil à Anvers. J’envisage cela comme un défi de concevoir un produit esthétique qui tient compte de tous les aspects pratiques et des besoins de cette personne. 

sac lies mertens
LIEN, l'un des deux nouveaux modèles du printemps-été 2020.

Une idée me vient surtout à l'esprit, lorsque je parle aux gens de ce qu'ils font ou transportent avec eux toute la journée, puis je commence à réfléchir à comment je peux traduire ces aspects pratiques dans mon esthétique. J'ai un goût très pur dans les choses. Dans mon temps libre, je visite beaucoup de musées et d'architecture, le brutalisme en particulier. Je suis fascinée de voir à quel point ces constructions rugueuses sont si cohérentes et structurées.

Comment se déroule l’élaboration d’un sac ?

Je dessine et réalise moi-même les premiers échantillons de papier dans notre atelier à Anvers. Je me rends ensuite avec tous les motifs et dessins dans notre atelier au Portugal. C'est un petit atelier de production où je connais tout le monde par son nom, ce qui en fait un environnement très familier. J'aime travailler avec des gens que je connais et avec qui je peux construire une relation. J'y reste quelques jours et je travaille avec eux sur les prototypes. Par la suite, j'utilise moi-même les premiers échantillons pendant un certain temps pour tester les produits et transmettre les ajustements pour l'échantillon final. Ce n'est qu'après approbation d'un échantillon final qu'un dessin imprimé entre en production puis, 3 mois plus tard, il est en magasin ! C’est important pour nous d’avoir un magasin parce que cela rend l’expérience plus réelle. Je suis souvent moi-même dans notre boutique à Anvers pour savoir qui sont nos clients et ce qu'ils attendent d'un produit. Je reçois de l'énergie et de l'inspiration grâce à ce contact personnel, ce feed-back. 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par LIES MERTENS (@liesmertens.be) le


Quelles sont les matières avec lesquelles tu travailles ? Comment sont-elles choisies et sourcées ? 

Je travaille exclusivement avec du cuir, à la fois pour l'extérieur et pour la doublure à l'intérieur des sacs, ce qui se fait ailleurs de moins en moins souvent. Nous travaillons avec deux types de cuir qui ont chacun leurs propres caractéristiques. Tout est européen et nous gardons toujours à l'esprit la durabilité lors du choix de nos cuirs. 

C'est important pour toi de travailler avec des partenaires européens ?

Tout vient d'Europe et de préférence le plus près possible. La tannerie au Portugal est proche de notre producteur. L'autre tannerie d'Italie est située au nord et est facile à combiner avec la foire Lineapelle (NDLR le salon international du cuir à Milan).

Comment décrirais-tu tes créations en 3 mots?

Sereines, épurées, terre-à-terre.

sac lies mertens
Pensé pour les working ladies, le sac AXELLE - en référence à une ancienne stagiaire devenue directrice marketing - permet de transporter son ordinateur portable avec classe.

Que peut-on trouver dans ton sac ?

J'ai toujours un carnet et un stylo avec moi, mon portefeuille, mon téléphone, beaucoup de clés, une brosse à cheveux, une gourde et quelque chose à manger. Régulièrement, j’emporte aussi mon ordinateur portable, même si j'essaie de le laisser à la maison plus souvent. 

Tu es plutôt tendance mini sac ou maxi sac ? 

En fait les deux. J'ai mon sac CMMC MINI que j'utilise beaucoup, il ne tient que mes clés, mon petit carnet, mon portefeuille et mon téléphone, mais ça me suffit souvent. Quand je prends un sac plus grand, j'emporte immédiatement beaucoup plus avec moi. J'ai l'habitude de bourrer mes sacs jusqu'à ce qu'ils soient complètement remplis.

Sortir de chez toi sans sac : impensable ou réalisable ?

Réalisable, je sors avec juste des clés, un téléphone portable et une carte bancaire dans la poche de ma veste.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par LIES MERTENS (@liesmertens.be) le


Le modèle dont tu es la plus fière ? Pourquoi ?

Le sac CMMC en taille normale. Il est très épuré, très reconnaissable malgré l'absence d'éléments saisissants. Je m'efforce de concevoir un produit aussi pratique et simple que possible avec le moins d'éléments possible, et la conception du sac CMMC y est certainement parvenue. Je peux voir que les gens de notre magasin phare le remarquent.

Les créations de Lies Mertens sont disponibles chez différents détaillants et au flagship store d’Anvers : 6 Steenhouwersvest, 2000 Antwerpen. Plus d’infos sur liesmertens.be

À LIRE AUSSI

La fille du vendredi : Camille Coppens de Dazibao

La fille du vendredi: Cyrielle Christaens de Kure

La fille du vendredi: Sophie Johnen de Mya Bay