Peut-on porter du maquillage pour faire du sport ?

Mis à jour le 30 mars 2020 par Laure Vandendaele et ELLE Belgique
Peut-on porter du maquillage pour faire du sport ? © Mikael Schulz

Il y a encore peu de temps, pour se rendre au sport, on portait un t-shirt oversized sur un pantalon de jogging tout aussi large, le tout sans maquillage. Aujourd’hui, les choses ont changé. Les patineuses artistiques, Khloé Kardashian et les créateurs d’« athleisure beauty » sont pour le maquillage au sport. Les dermatologues, en revanche, restent prudents. Décryptage.

En tant qu’aspirantes ballerines, nous écumons les barres, kickboxons nos frustrations et pratiquons le HIIT, en respectant scrupuleusement les règles de la coach australienne Kayla Itsines. Et cet outfit qui ne ressemblait à rien ? Il a fini sur l’étagère des vêtements à donner. Trouver une tenue de sport élégante et abordable est devenu aussi facile que de fournir une excuse pour échapper à cette séance d’entraînement programmée ridiculement tôt. Grâce à cette tendance « athleisure » (contraction des mots « athlete » et « leisure »), il est tout à fait acceptable d’aller bruncher en pantalon de yoga, même si on n’a pas fait la posture du cygne ce matin-là.

Peu de temps après, le monde de la beauté s’est mis au sport. Clinique a lancé la devise « Si la vie est un marathon, pourquoi ne pas l’attaquer en beauté ? » avec Clinique Fit, une gamme de soins et maquillages inspirés de l’univers du sport et résistant à une séance d’entraînement intense. Comprendre : on n’aura pas des yeux de panda après le premier kilomètre de notre jogging et notre crème teintée ne finira pas en carte du monde tachetée. Autre exemple : la nouvelle génération de produits solaires de Shiseido est dotée de la technologie SynchroShield, dont la protection se renforce sous l’effet de la chaleur et de l’eau. Idéal pour les amatrices de sport en plein air. Terminer sa séance de gymnastique faciale avec une touche de glow en tube, c’est aussi un bel effort. La nouvelle formule tout-en-un de Sisley promet un teint naturel et lumineux, comme si on venait de suivre un cours de yoga, la posture du chien tête en bas en moins.

Gymselfie

Cet entraînement a-t-il du sens si vous ne soulevez pas de la fonte sous les yeux ébahis de vos followers ? C’est la question que se pose tout « fitfluencer ». Et puis il y a eu le #gymselfie, preuve ultime de dévouement et de discipline. La pression est jugée importante, et donc les cernes de plus en plus dissimulés sous une couche de maquillage, y compris à la salle de sport. Notre collègue Caroline ne franchit jamais la porte de ses centres de fitness préférés – au pluriel ! – sans son make-up signature. « Je porte du correcteur et du blush, et j’accentue mes sourcils. Tous les jours. Je veux être présentable, ça flirte pas mal ici. » Pour notre collègue Géraldine., interdiction formelle de mêler sport et make-up. « Maquillage et transpiration riment avec impuretés. À mes yeux, ça n’en vaut donc pas la peine. »

Un tour de passe-passe

La joueuse de football Alex Greenwood a suscité un tollé lors de la Coupe du monde féminine de football de 2019 en apparaissant sur le terrain avec une impressionnante paire de faux cils. Si foot et make-up ne vont pas de pair pour le troll lambda, c’est un must dans certaines disciplines sportives. Pour la patineuse artistique Charlotte Vandersarren (20 ans), récemment retraitée, le look faisait partie intégrante du job. « Pendant les figures libres, une patineuse artistique n’est pas seulement jugée sur sa technique, mais aussi sur sa présence, sa tenue, sa coiffure et son maquillage. En outre, un make-up appuyé est nécessaire. La glace blanche se reflète sur le visage, ce qui donne un air “malade”. »

https://instagram.com/p/BzajGclFfRF/

La video beauté du jour :
5 TRUCS POUR FAIRE POUSSER NOS CHEVEUX PLUS VITE

Sur prescription du médecin

Mais quid des conséquences pour la peau ? Le docteur Jetske Ultee répond à cette question : « On pense souvent que les fonds de teint ou les correcteurs ne laissent pas respirer ou transpirer la peau. Ce n’est pas tout à fait vrai, surtout s’il s’agit de produits légers à base d’eau. La peau respire de l’intérieur, elle est naturellement oxygénée par le système circulatoire. » Elle déconseille en revanche les produits qui contiennent beaucoup d’huile – fonds de teint couvrants, correcteurs et fards à joues en crème. « Combinés à la transpiration, ils peuvent provoquer des inflammations telles que la folliculite ou la miliaire sudorale (aussi appelée bourbouille, il s’agit d’une affection cutanée provoquée par l’impossibilité d’évacuer la sueur, NDLR). Il est recommandé de terminer une séance d’entraînement par un nettoyage profond de la peau. « Et séchez toujours le visage avec une serviette différente de celle que vous utilisez sur les appareils de la salle. »

Les personnes qui pratiquent du sport en plein air doivent appliquer un écran solaire, quelle que soit la saison. « En cas de forte transpiration, vous devez renouveler les applications pour rester protégée des rayons nocifs du soleil. Il n’existe pas de produits qui garantissent une protection toute la journée », ajoute le docteur Ultee.

Un conseil ultime pour être belle sans maquillage ni gymnastique faciale lors de notre date hebdomadaire avec le Pilates, docteur ? « Une juste dose d’exercices et de relaxation – associée à une alimentation équilibrée et de bonnes nuits de sommeil – peut contribuer à un teint éclatant. Utilisez dans votre routine des produits de qualité, mais surtout des soins tout doux. Je conseille à tout le monde d’exfolier sa peau régulièrement, surtout à partir de 30 ans. Non seulement pour éliminer les cellules mortes, mais aussi pour maintenir l’équilibre de l’hydratation. Et enfin, n’oubliez pas de protéger votre peau contre les rayons UVA et UVB. » Cinq, quatre, trois, deux, un, partez !

Notre sélection coup de coeur

À LIRE AUSSI

Sport : choisissez des baskets adaptées à votre discipline

Où trouver des vêtements de sport canons et durables?

Skincare : comment établir sa routine beauté ?