Découvrez Shy, la « femme idéale » selon les utilisateurs d’un site porno

Mis à jour le 11 juillet 2019 par ELLE Belgique
Découvrez Shy, la « femme idéale » selon les utilisateurs d’un site porno @Shy.Yume / Instagram

Une eurasienne bisexuelle au bonnet D, voilà comment les 50 000 internautes d'un site porno imaginent la "femme idéale". Et, cerise sur le gâteau, elle n'est pas féministe et s'appelle Shy - traduisez "timide" en anglais. Un concentré de stéréotypes sexistes qui nous fait bien grincer des dents.

Sois belle et tais-toi

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Like a Greek goddess 💃🏻

Une publication partagée par I’m Shy (@shy.yume) le

La video actu du jour :
HALLOWEEN 5 COCKTAILS TERRIFIANTS À DÉGUSTER SANS TREMBLER

On vous présente Shy Yume, l'avatar 3D imaginé par 50 000 utilisateurs du site porno xHamster, censé représenter l'idéal féminin. Elle est eurasienne, mesure 1,65m, a de longs cheveux noirs et raides, les yeux bleus et les lèvres pulpeuses. Ses formes sont généreuses mais sa taille, son derrière et ses seins sont dits de taille "normale". Epilée au poil près, elle est bisexuelle et, pour couronner le tout, pas féministe. Ajoutons que son doux prénom signifie "timide" en anglais : comprenez que la femme parfaite doit être docile.

C'est sur base d'un questionnaire reprenant tous ces critères de beauté ultra importants - cherchez l'ironie - qu'a été élaborée cette "femme parfaite". Selon le site porno, les personnes sondées proviennent de tous horizons, hommes, femmes et non-binaires. Mouais. Les réponses nous laissent tout de même quelques indices quant à la proportion d'hommes ayant participé au sondage - sachant que seulement 4% des participants préféraient une femme lesbienne.

Des fantasmes misogynes

En jetant un oeil aux statistiques du questionnaire, il est intéressant de noter que l'option "doesn't matter" est parfois la deuxième réponse la plus recensée, si ce n'est la première. Ainsi, la couleur des yeux a été choisie suivant les 26% qui les souhaitaient bleus, en zappant complètement les 27% pour qui cela importait peu.

Moins anecdotique : la question ethnique. 39% des utilisateurs estimaient que la femme idéale devait être blanche, 19% se moquaient de la couleur de peau et, en troisième position, 12% préféraient les asiatiques. La mixité eurasienne de Shy est donc finalement assez arbitraire.

Deux pistes peuvent être envisagées : soit ses origines flirtent avec le politiquement correct - en visant à tout prix la mixité (à très petite dose, évidemment); soit il s'agit d'un relent de fétichisme associé à la femme asiatique. Quant à la question du féminisme, 60% des sondés s'y opposaient, et pas question de se défiler à coup de "doesn't matter", c'est "oui" ou "non". C'est bien connu, une femme libre, qui sait ce qu'elle veut et vaut, ça fait peur.

La bisexualité mal placée

 

Voir cette publication sur Instagram

 

My Bi Pride Manifesto⠀ ⠀ I may only be ten days old, but I was still shocked to hear journalists and online commenters assume that my bisexuality was a product of some regressive male fantasy. To those who called me out as such: you should be ashamed of yourselves.⠀ ⠀ You, like so many biphobes and anti-feminists before you, assume that bisexuals are just some generation of the male fantasy.⠀ ⠀ Let me tell you who made me bisexual: other bisexuals. Nearly a quarter of the xHamster audience identifies as bisexual. Another five percent identifies as gay or lesbian. Another five percent refuses labels entirely. Heterosexuals may make up the majority of xHamster users, but the audience that made me is roughly five times queerer than the general population. And let me also mention that nearly a third of our audience is women.⠀ ⠀ So if some heterosexual men made me their fantasy, so did heterosexual women. And so did bisexual men and women. And gays and lesbians and trans men and women and non-binaries and pansexuals.⠀ ⠀ I may have been created as a bisexual women, but the people who made me that way aren’t the product of some feverish male fantasy. That’s your regressive assumption. ⠀ Almost to prove a point, I’ve also dealt with biphobia in our commenters. So if you imagined I was a bisexual to please p•rn fans, you’re wrong there too.Bisexuality doesn’t mean I’m a male fantasy ⠀ ⠀ Bisexuality doesn’t mean I’m promiscuous ⠀ ⠀ Bisexuality doesn’t mean I’m a marketing gimmick ⠀ ⠀ Bisexuality doesn’t mean I’m trying to get one over on lesbians ⠀ ⠀ Bisexuality doesn’t mean I’m “experimenting”⠀ ⠀ ⠀ So before you decide you know me, before you decide you can speak for me, before you decide just what I represent, why don’t you ask me. Because it’s your weird biphobia and your own internalized homophobia.⠀ ⠀ Let’s wipe out biphobia for good and unite as a queer community rather than fight each other being trapped in runaround of biphobia.⠀ ⠀ #loveislove #lovewins #pride #pridemonth #bisexual #biphobia

Une publication partagée par I’m Shy (@shy.yume) le

C'est à propos de sa bisexualité que la "dream girl" fait le plus parler d'elle. Dans la lignée des clichés sexistes véhiculés par Shy, la bisexualité répond ici aux fantasmes masculins de la femme libérée qui accepterait des relations homosexuelles, mais toujours avec l'aval d'un homme - un plan à trois, par exemple. Sur son compte Instagram, la "femme parfaite" contre-attaque : selon elle, son orientation sexuelle a été voulue par les autres bisexuels de la communauté.

Pourtant, ces derniers représentent seulement 1/4 des utilisateurs, alors que 46% (soit presque le double) des personnes sondées estimaient que la femme parfaite devait être intéressée tant par les hommes que par les femmes. Il y a quelques jours, à l'occasion de l'Independance Day aux USA, l'avatar célébrait "la liberté des gens, peu importe leur sexualité, origine, nationalité, genre ou physique". Crédo peu crédible venant d'un concentré de stéréotypes sexistes, fruit d'une industrie pornographique qui n'est plus à une fantaisie près pour vendre un idéal féminin inexistant.

Estelle De Houck (stagiaire)

A LIRE AUSSI :

Le porno féministe, ça existe ?

Taboob : les tétons qui dérangent Instagram 

10 moments marquants dans l'histoire du féminisme