Mireille Roobaert x Denis Meyers, le choc des mots, le poids des photos

Mis à jour le 9 avril 2019 par Elisabeth Clauss
Mireille Roobaert x Denis Meyers, le choc des mots, le poids des photos

Vous connaissez ses graffitis devenus oeuvres d'art, et la poésie de ses mots qui ont redonné vie à des murs décrépis. Dès le 18 avril, le projet monumental "Remember/Souvenir" de Denis Meyers sera interprété en photographies éloquentes par Mireille Roobaert.

Travail de mémoire vive, l’exposition fait le lien entre les mots graffés sur la pierre comme un cri éphémère, et le don de Mireille Roobaert pour les photographies d’architecture.

Des 25.000 m² d’espoir et de spleen tagués en 18 mois par Denis Meyers sur les murs de l’ancien bâtiment Solvay, Mireille a conçu des photos panoramiques tirés en grand format, et des light box rétro-éclairées, au cadre dessiné puis graffé par Denis, chacune en exemplaire unique.

La rencontre entre les univers graphiques de Mireille et Denis s’est d’abord produite sans leurs protagonistes. Un jour, la photographe a vu passer une annonce d’Arcadia offrant une visite officielle du bâtiment recouvert de phrases courtes sorties des tripes de l’artiste. Elle s’y est rendue par curiosité, sans s’attendre à se trouver à ce point bouleversé par les mots mis en formes, et par l’ampleur du projet répandu sous ses yeux. « C’est rare et précieux, de voir grand, chez les Belges. J’ai été saisie par la puissance et l’esthétique de cette réalisation. Par la manière dont la monochromie a fait corps avec l’âme du bâtiment Solvay. »

De cette révélation, Mireille a imaginé un projet : elle a proposé de réaliser un travail de mémoire, d’autant plus important que l’immeuble était destiné à être démoli. Elle était impressionnée par l’artiste, mais plus encore par ses réalisations. Talentueuse et obstinée, elle a obtenu un accès libre à l’espace, y est revenue 25 fois peut-être, y compris avec un drone. En quelques mois, elle a effectué plus de 3000 clichés des mots (maux) de Denis, pour en retenir finalement 400. En couleur et noir et blanc.

Dès le 18 avril, Mireille Roobaert exposera à la Galerie Arielle d'Hauterives ses photographies, avec toutes leurs dimensions de restitution de l’œuvre de Denis Meyers, ponctuées de sa propre narration.

Sur deux étages dans un loft autant baigné de lumière que le bâtiment Solvay était plongé dans l’ombre, l’exposition comprendra une série de diptyques - une forme de dialogue, encore.

La destruction de ces mots était un critère intrinsèque au projet, mais cette réflexion d’une photographe d’architecture, dont le regard est formé à garder la trace de constructions pérennes, constitue le paradoxe de l’expression parallèle de ces deux artistes. Le dialogue imagé d’une photographe et d’un typographe.

A l’occasion du vernissage, Denis Meyers et mettra en vente 3 œuvres originales, morceaux du bâtiment Solvay.

 

Mireille Roobaert x Denis Meyers, le choc des mots, le poids des photos - 1

 

Exposition du 18 avril au 29 mai 2019

Arielle d'Hauterives
Tour Upsite
69 quai de Péniches akenkaai
appartement 24E
1000 Bruxelles

En pratique :

Vernissage : jeudi 18 avril de 18h à 21h
Brunch : dimanche 28 avril de 12h à 15h
After work : jeudi 9 mai de 18h à 21h
Finissage : mercredi 29 mai de 18h à 21h

Inscription obligatoire pour accéder à l'exposition : info@arielledhauterives.be ou 0477700232