La performance haute voltige du make-up Dior pour l’été prochain

Publié le 20 mars 2019 par Elisabeth Clauss
La performance haute voltige du make-up Dior pour l’été prochain

Comme le cirque, la mode est un métier d'acrobates, de contorsionnistes, de cascadeurs, de dresseurs de fauves et de conteurs. Pour la collection Haute Couture printemps/été de la Maison, Peter Philips, directeur de la création du maquillage Dior, a conjugué l'intensité des regards avec savoir-faire et poésie.

Sous le grand chapiteau monté dans les jardins du Musée Rodin lors des dernières présentations de Haute Couture, des acrobates ont composé une arche humaine, sous laquelle défilaient les mannequins, coiffées de bonnets de paillettes, pour refléter la lumière et réfléchir la philosophie spectaculaire de la collection. Tulles froncés, fourreaux-corolles et transparences aériennes, la danse et une touche de second degré, avec des maquillages de pierrots mélancoliques aux paupières barrées d'une ligne verticale noire, soulignaient la souplesse acrobatique que nécessite l'époque.

Dans les backstages quelques heures auparavant,

L’ambiance était remarquablement concentrée, en regard du spectacle vivant qui attendait les invités. Peter Philips coordonnait la mise en beauté des modèles, vérifiant le maquillage de chaque jeune fille, dans un exercice fluide de rapidité et de précision.

Le défilé était prévu en début d’après-midi, et déjà prêtes au moment du déjeuner, elles se relaxaient sous les rares rayons de soleil d’hiver, un filet sur les cheveux pour préserver leur coiffure, grignotant des mini sandwiches et des fondants au chocolat attrapés au buffet mis à leur disposition à l’entrée des coulisses.

La video beauté du jour :
QUELS SONT LES CRITÈRES PHYSIQUES POUR DEVENIR MANNEQUIN

Pour réaliser ces maquillages cohérents à l’esprit de cirque victorien

qui racontaient l’intimité sous l'exposition du corps, Peter Philips a imaginé un look sombre et graphique, qui jouait sur les imperfections dont le motif mêlait une esthétique punk à celle de pierrots lunaires. Tout l’accent du maquillage était mis sur les yeux, interpellants et intrigants : « pour obtenir ce regard, j’ai courbé les cils et souligné les yeux avec un linier noir. J’ai cerné entièrement l’œil d’un trait noir, épais et dense, avec le stylo Diorshow On Stage Liner Matte Black. J’ai ensuite dessiné un trait droit, aligné à la pupille. Dans un deuxième temps, j’ai flouté tous les contours trop nets, et estompés les bordures avec le crayon Eyeliner Waterproof Noir Trinidad, pour obtenir un effet plus « punk ». Enfin, j’ai posé un trait de Diorshow Khôl Black à l’intérieur des paupières inférieures et supérieures ».
Pour souligner encore la densité du regard et son intention « jolie punk dispersée », Peter Philips a conçu un teint hyper naturel grâce au fond de teint Dior Backstage Face & Body. Une bouche rosée après un léger scrub des lèvres, puis une touche de Maximiser, des lèvres très hydratées pour un effet « mordant bonne santé », et des ongles couleur vernis Muguet.

Sous l’attention bienveillante des statues de Rodin, l’art ancien du cirque faisait le lien avec la modernité, l'audace et la transversalité, avec la grâce d'un savoir-faire admirable, et réalisé sans filet.

 

Photos Haute-Couture Printemps-Été 2019, Dior Show Backstage. Maquillage Dior créé et réalisé par Peter Philips. Photographe : Vincent Lappartient pour Christian Dior Parfums.