Les fils du vendredi : John et Ludovic de Moussaillon

Publié le 6 juillet 2018 par Eloïse Pirard
Les fils du vendredi : John et Ludovic de Moussaillon

Partez à l’abordage de mobilier responsable, customisable, de qualité et 100% belge grâce à Moussaillon, le projet design de deux amis, John Helson, ébéniste, et Ludovic Branders, spécialiste de l’acier. Leur credo : des pièces en bois et en acier adaptables, nobles, légères tout en étant robustes et produites artisanalement en circuit court.

Tables en bois massif, étagères aériennes, balançoires minimalistes… Avec le duo de matelots Moussaillon, on vogue entre raffinement, sobriété et adaptabilité.

À la barre, John et Ludovic, deux associés, deux amis et presque deux frères qui, ensemble, confectionnent des meubles en bois et en acier haut de gamme et sur-mesure en fonction des envies et des besoins de leurs clients. Au-delà de l’aspect custome, cet équipage adopte également une démarche transparente, écologique et locale. Rencontre avec ces jeunes loups de mer.

 

Les fils du vendredi : John et Ludovic de Moussaillon - Salon

 Un duo, mais deux personnalités, quels sont vos parcours ?

Ludo: j’ai un parcours tentaculaire. J’ai été manager pour une boîte de nuit et même barman. À cette époque, je me suis rendu compte du manque de réflexion autour des mobiliers d’événementiel. Il faut que ce soit pliable, que ça prenne le minimum de place, que ça soit un minimum résistant… Et c’est à ce moment-là que j’ai rencontré l’acier. Ce que j’aime dans ce matériau, c’est qu’il apporte une certaine légèreté, une résistance et cela nous permet d’avoir une allure plus minimaliste. Mais le problème, c’est que les meubles d’événementiel sont toujours jetés. J’ai donc décidé de développer le côté artisanal de l’acier et de travailler avec John, mon beau-frère depuis 15 ans. C’est lui qui m’a appris l’amour des belles choses, des matières et du design. Quand John s’est lui-même tourné vers l’ébénisterie, on a commencé à s’associer.

John: moi j’ai d’abord suivi une formation dans la photo, mais je me suis vite rendu compte que je voulais faire quelque chose de mes mains, créer et produire quelque chose de concret. C’est pourquoi j’ai suivi deux formations en ébénisterie en 2012. Je voulais apprendre les aspects structurels du bois, le travail et je me suis donc formé pendant trois ans en plus d’aller à la rencontre de nombreux artisans. Après, on a commencé à me commander des meubles, mais pas seulement en bois et je me suis donc tourné vers Ludovic pour qu’on crée notre marque.

Pourquoi Moussaillon ?

John: parce que c’est cool, non ? On ne voulait pas de jeux de mots bidon et moussaillon c’est assez groovy. Notre logo est également en lien avec notre duo, car on s’est tous les deux fait tatouer une encre sur le bras il y a une dizaine d’années en vacances.

Ludo: depuis on a rajouté une barre pour être vraiment corporate. Moussaillon, c’est nous. On retrouve aussi quelques clins d’oeil dans nos meubles comme les cordes de bateaux qu’on utilise pour créer nos balançoires.

Comment décrire votre marque ?

Ludo: on fait du mobilier adaptable, mais il n’y a pas de concession sur le design pour autant. Même si la taille varie on garde le look et la réflexion. Il n’y a pas de limite à la customisation de nos objets, mais ça reste Moussaillon dans l’ADN.

John: ce qu’il faut garder en tête c’est que l’on produit du mobilier haut de gamme et sur-mesure. On répond à un besoin précis pour que nos meubles s’adaptent parfaitement à l’environnement de nos clients.

Et la provenance dans tout ça?

John: on va chercher notre bois dans des scieries en Ardenne. On travaille essentiellement avec des produits belges ou européens sauf quand la qualité n’est pas à la hauteur comme pour le marbre qu’on va chercher en Italie.

Ludo: et c’est pareil pour les partenariats que nous mettons en place avec les artisans. Nous avons de réels échanges avec nos garnisseurs, nos tailleurs de pierre,etc. On choisit nos matériaux, on les travaille, on les livre. On gère tout de A à Z et on ne délègue pas vraiment, car on veut que Moussaillon se tienne à notre ligne.

En pratique, qui fait quoi ?

John: c’est compliqué, car il y a des pièces que nous avons créées de manière un peu indépendante, mais tous nos mobiliers proviennent d’une réflexion commune. Le produit évolue, certes, mais à la question “Qui a fait cette pièce Moussaillon ?” On répondra toujours nous deux.

Quelles sont vos influences ?

John: il y a des influences scandinaves, mais aussi du mobilier plus rustique et chaleureux grâce aux touches de bois. Notre influence c’est la vie de tous les jours, c’est la fonctionnalité dans le design, c’est le match entre le quotidien et le beau.

 Que prévoyez-vous pour le futur ?

Ludo: on aimerait compléter notre gamme de mobiliers avec de la décoration tout en continuant à se laisser inspirer par les matériaux que l’on rencontre. En élargissant notre collection et nos prix, on peut également plonger nos clients dans un univers complet.

Si vous étiez un meuble, ce serait quoi ?

John : moi je serais mon bureau ! (rires)

Ludo : bon bah alors si on la joue comme ça moi je serais mon étagère. Elle me ressemble, multifonction, adaptable, facilement déplaçable…

Votre maître du design ?

John: Arne Jacobsen ? Enfin je n’ai pas vraiment de maître à penser, mais plutôt des coups de coeur pour des ambiances comme l’influence scandinave.

Ludo: moi j’adore Philippe Starck et notamment ses bateaux.

Vous écoutez quoi comme musique en travaillant ?

John: j’aime la folk, les trucs un peu indie et vieux. Ludo écoute plus de musique électro, mais c’est un reste de son passé dans l’événementiel.

Bordéliques ou ordonnés?

Ludo: c’est l’histoire du cordonnier mal chaussé (rires). Il faut distinguer les belles maisons de designers et puis la vie. Il y a des jours où c’est bien, d’autres où ça l’est moins. Il y a des enfants, des dessins au crayon sur les meubles… C’est aussi pour cela que l’on tient à ce que tout soit réparable. On crée des meubles à vivres pas des pièces de musée.

Pratique ou esthétique ?

John: Pratique ! Mais avec une esthétique au service de cette pratique.

Ludo: John m’a un jour dit : “Si tu fais quelque chose qui est destiné à être utilisé, mais qui n’est pas utilisable, alors ce n’est pas du design, mais de l’art.” Nous on fait du design fonctionnel et beau.

Dans quel meuble faut-il vraiment investir ?

Ludo: si tu as de la thune à claquer alors je dirai que c’est dans une table qu’il faut la mettre. Il y a beaucoup de choses qui vieillissent très mal, mais une table c’est un meuble qu’on utilise tous les jours donc il faut qu’il soit résistant. Et puis c’est un meuble convivial et qui rassemble, c’est important de bien choisir.

Ikea vous en pensez quoi ?

John: je suis respectueux de ce que Ikea a réussi à faire. Ils ont réellement fait rentrer le design dans l’intérieur de monsieur et madame tout le monde. Après je ne suis pas toujours d’accord avec la qualité des produits finis ni même avec la manière dont c’est produit au niveau écologique et humain, mais je ne suis pas un anti-ikea.

Ludo: Il faut leur laisser qu’ils n’ont jamais essayé de se faire passer pour ce qu’ils ne sont pas, du haut de gamme. Ils sont tout à fait conscients de ce qu’ils font, comment ils le font et pourquoi ils le font. J’ai moins à redire sur des enseignes comme Ikea qui ne survendent pas un produit plutôt que d’autres marques qui se font passer pour du luxe alors que la qualité n’y est pas.

Plus d'infos sur leur site internet !

Autres articles 

Citytrip: Top 5 des destinations à découvrir avec sa meilleure amie cet été

Les 4 saveurs du thé glacé incontournable de cet été

INSTAX SQUARE SQ6 : des photos stylées et instantanées