La fille du vendredi : Elodie Wilmès de Love & Tralala

Mis à jour le 20 novembre 2018 par ELLE Belgique
La fille du vendredi : Elodie Wilmès de Love & Tralalacrédit photo: Michael Ferire

Tout plaquer pour vivre son rêve, c'est ce qu'Elodie Wilmès a fait sans regret. Rencontre avec la créatrice du blog Love&Tralala qui a suivi ses envies pour réaliser des mariages dignes des contes, de fées. 

Depuis 2013, année de création de son blog, sa vie a changé. Passant d'indépendante complémentaire à temps plein, la wedding planner autodidacte de bientôt 32 ans vit aujourd'hui pleinement de sa vocation et a encore un tas de projets à dévoiler. Retour sur son parcours et ses aspirations.

  • Love & Tralala, c'est qui, c'est quoi ?

"Love & Tralala c'est moi, Elodie Wilmès, "l'amoureuse des amoureux". J’ai commencé en tant que bloggeuse et aujourd'hui, je suis wedding planner, wedding designer, décoratrice florale et officiante pour des cérémonies d’engagement.

À la base, j'ai lancé le blog pour partager mon côté fleur bleue/romantique et mon attrait pour le milieu du mariage. J’étais le premier blog belge francophone sur le thème du mariage. Assez rapidement, je suis devenue indépendante complémentaire. D’abord, dans l’organisation et la décoration, ensuite j’ai ajouté la déco florale où j’ai appris à créer des bouquets et d’autres montages floraux, je suis autodidacte à 100%. Depuis deux ans, j'organise des cérémonies d’engagement pour les couples qui ne se marient pas à l’église, un peu à l’américaine, centrées sur leur histoire d’amour. J’écris la cérémonie et j’officie le jour J."

  • Tu as un master en droit des entreprises avec une spécialisation en création d’entreprises mais aussi un master en études européennes pour exercer en tant qu’avocate en droit des affaires. Aujourd'hui, ton métier est d'organiser des mariages, un univers totalement différent. Raconte-nous cette transition.

"Ça faisait un an et demi que je bossais en tant qu’avocate. Un jour, mon boss m’a appelée dans son bureau pour me dire qu’il était content de mon travail, il m’a proposé une augmentation et un master en droit fiscal (en cours du soir) pour me spécialiser. Là, en quelques minutes, je me suis vue en burn-out à 40 ans et je lui ai dit « je démissionne ».

La transition ne s’est pas faite tout de suite, j’ai d’abord travaillé en tant que barmaid plusieurs mois. Il faut savoir qu’à la fac, j’étais la nana qu’on venait trouver quand on voulait créer des surprises à son mec, faire des chasses aux trésors, etc.  Je me rappelle de ce film avec Jennifer Lopez et Matthew McConaughey « Un mariage trop parfait » dans lequel elle est wedding planner et je me suis dit « c’est trop le job de mes rêves ! », mais bon j’étais adolescente. Donc, j’ai suivi une formation classique (un master en droit), mais c’est toujours resté dans un petit coin de ma tête. Après, j’ai repris une formation en commerce international ce qui m’a permis de partir deux mois au Canada. Là-bas j’ai découvert l’univers des blogs, ça m’a permis de changer de vie, d'avoir l' idée de créer le blog de mes rêves et de lancer Love & Tralala."

  • Est-ce que tu vis entièrement de ça aujourd'hui ?

"Oui, à 100%. J’ai lancé mon blog en octobre 2013 quand j’étais coach en création d'entreprises. 6 mois après, je me suis lancée en indépendante complémentaire pour tester mon activité. Depuis le 1er janvier 2016, je suis indépendante à temps plein.

cette année, je m'entoure de trois nanas qui vont bosser en freelance pour moi. Ce sont des filles "coup de cœur" qui ont des talents innés. Je constitue cette team pour développer des nouveaux projets et avoir temps pour ma famille plus tard, c’est un moyen de concilier plus facilement vie privée et professionnelle."

  • Tu es officiante de cérémonies, wedding planner et designer, décoratrice florale et en plus de tout ça, tu rédiges pour ton blog, tu postes beaucoup sur Instagram. Comment parviens-tu à combiner tout ça ?

"Je suis une nana hyperactive à la base et vraiment passionnée. Je n’ai jamais réussi à me mettre dans une case, je suis mon instinct. On m’a déjà dit que je ne pouvais pas tout faire : organiser, officier,… mais pourquoi pas, si ça me fait rêver et que j'arrive à tout concilier ?"

  • Est-ce qu’il est juste de te considérer comme une idéaliste de l’amour ? Pourquoi te décrire comme une amoureuse des amoureux ?

"Je me décris comme une amoureuse des amoureux car même dans les périodes les plus sombres de ma vie amoureuse c’est mon boulot qui m’a aidé à aller de l’avant. Mon shoot d’endorphines, c'est de voir que je peux contribuer à la magie des amoureux. L’amour ça s’entretient par des petites attentions. Alors, idéaliste de l’amour oui, mais pas naïve, j’ai les pieds sur terre. Je suis consciente qu’un couple ce n’est pas fait que de cœurs, paillettes et Chamallows, il y a des moments difficiles, il faut surmonter les choses ensemble, se battre et faire de son mieux."

La fille du vendredi : Elodie Wilmès de Love & Tralala - 1
crédit photo: Elodie Deceuninck
  • Comment te sens-tu la veille d’un mariage que tu organises ? Qu'est-ce qui est le plus difficile selon toi dans l'organisation d'un mariage ? 

"Souvent, je me sens excitée, contente, impatiente. J’ai pas mal d’adrénaline, je vais rarement me coucher tôt la veille car je regarde si tout est bien préparé. Après, ça dépend hyper fort d’un couple à l’autre. Pour certains mariés il va y avoir des imprévus de dernière minute hyper stressants à gérer, ou alors des mariages où je suis malade et je dois me dépasser,… Mon sentiment intérieur est différent à chaque mariage. Parfois je fais la cérémonie, parfois juste les fleurs ce qui va nourrir mon aspect créatif et parfois la totale. La cérémonie c’est plus profond, ça me touche, ça me transporte encore plus, je découvre leur amour et je raconte leur histoire.

Pour apprendre à connaître le couple, j’organise plusieurs rendez-vous, ensuite je leur fais remplir un questionnaire pour en savoir davantage sur eux. Il y a beaucoup de questions personnelles, c’est pour ça qu’il est important de choisir un officiant avec qui il y a un vrai feeling. Ils doivent se sentir à l’aise. Je dois apprendre à connaître leur histoire d’amour presque aussi bien qu’eux."

  • Quels sont tes conseils pour se lancer comme wedding planner ?

"Je crois que c’est un métier qu’il faut faire par passion mais il ne faut pas trop l’idéaliser non plus. Il demande énormément de don de soi, il faut être très présente pour les couples qu’on accompagne. Je travaille le samedi, quand les potes se détendent. Il faut être capable de gérer le stress et bosser quand les autres s’amusent. Rassurer les mariés stressés. Il faut avoir une bonne capacité d’écoute, de calme, mais aussi de réflexion et en même temps avoir de la poigne et du dynamisme pour le grand jour, ça passe notamment par la prise de décision rapide. Au-delà de la formation intellectuelle, ce travail se définit par la personnalité, l’intelligence émotionnelle, mais il faut avoir des compétences pros comme le marketing, la comptabilité,… Il faut se poser les bonnes questions, être passionnée.

J’ai d’ailleurs créé un groupe Facebook privé la « tralala team » pour toutes celles qui veulent m’aider et découvrir les coulisses, le décor de cet univers, de manière bénévole."

  • Une anecdote à nous raconter ?

"Une semaine après ma sortie de l'hôpital (fracture du tibia), j’avais une cérémonie d’engagement et j’y ai été en mode warrior avec mes béquilles. Physiquement c’était dur, mais émotionnellement je le referais 100 fois. J’ai donné beaucoup ce jour là mais j’ai reçu 3 fois plus."

  • À quoi ressemblerait ton mariage idéal ?

"Je ne veux pas d’un mariage de princesse. Je l’imagine plutôt bohème, avec des Tipis pour les enfants, du macramé, des plumes et beaucoup de fleurs évidemment. Il durerait le temps d’un week-end dans le sud de la France, parce qu’une journée ça passe trop vite. Il serait assez décontracté, convivial et chaleureux avec un énorme échange d’amour, où les gens se sentent bien. Je louerais un énorme domaine où les potes peuvent dormir.

Le samedi, ce serait le jour J avec une cérémonie d’engagement en plein air, puis le dimanche un brunch avec la famille et les amis les plus proches suivi d’une aprèm piscine, détente, bronzette. Je sais à quel point il y a du boulot, je pense donc que je ferais appel à mon équipe. J’organiserais tout en amont mais le jour du mariage je veux profiter pleinement."

La fille du vendredi : Elodie Wilmès de Love & Tralala - 3

  • Quels sont tes prochains projets ? 

"Je souhaite faire grandir Love & Tralala, proposer de nouvelles cérémonies de baptêmes laïcs ou pour les enterrements. J'ai aussi envie d'écrire un livre, d'organiser des week-ends pour les amoureux. Je prépare également la 4ème édition du festival de mariage Kiss the bride qui aura lieu les 10 et 11 novembre prochains... Bref ce ne sont pas les projets qui manquent!"

  • Quel est ton mantra dans la vie ?

"J’en ai deux : « Carpe diem », donc profiter des petits bonheurs de la vie et « Don’t dream your life, live your dreams. »"

ARTICLES SUSCEPTIBLES DE VOUS INTÉRESSER:

La fille du vendredi: Nina Minnebo

Qui se cache derrière Charlotte Collard?

12 robes de mariée de stars qui nous inspirent

Lorena Ferro