La cosmétique végétale est-elle le nouvel idéal de la beauté ?

Mis à jour le 15 février 2018 par Marie-Noëlle Vekemans
La cosmétique végétale est-elle le nouvel idéal de la beauté ?

Tendre vers la plus grande naturalité possible dans les produits cosmétiques, c’est le challenge que s’est fixée la marque Yves Rocher. Rétrospective et perspective.

UN JOUR, EN BRETAGNE

C’est en 1959, dans le village breton de La Gacilly, qu’Yves Rocher, fondateur de la marque éponyme, se lance dans la fabrication de ses premiers produits de beauté à base de plantes. Créer son entreprise sur place et cultiver ses terres (certifiées “Agriculture Biologique”), était pour lui une occasion rêvée de faire profiter son village natal de sa réussite. Aujourd’hui, la marque est implantée aux quatre coins du globe (avec 6000 points de vente à travers 90 pays) mais ne s’est pourtant pas coupée de son passé et reste fidèle à ses convictions. Chaque année, plus de trois cents millions de produits partent de ce village français vers le monde entier.

UN ADN FORT

À la fois botaniste, récoltante, fabricante et détaillante, la marque Yves Rocher a fait le choix de maîtriser l’ensemble du cycle de vie de ses produits, depuis la plante jusqu’à la peau de la cliente. Un parti pris qui est un gage de qualité, mais qui entraîne certaines contraintes. « La consommatrice actuelle est “zappeuse”, elle passe d’un produit à l’autre et est fortement influencée par les buzzs cosmétiques venus d’Asie », constate Christine Delfaut Sara, International Communication Director chez Yves Rocher. Or ces tendances ne sont pas toujours compatibles avec les engagements de la marque. « Il est primordial de tenir les promesses faites à nos consommatrices. C’est la raison pour laquelle nous prenons parfois la décision de ne pas sortir un type de produit ou d’arriver sur le marché avec un certain délai car il est plus important pour nous de proposer un produit qualitatif, efficace et le plus naturel possible, que d’être à tout prix dans le buzz du moment », poursuit-elle. Prochainement, Yves Rocher lancera son premier rouge à lèvres mat : le Grand Rouge Mat. Une innovation pour la marque, qui a demandé plus de deux ans de recherche, afin de trouver la formule idéale qui combine naturalité, hydratation, fini velouté, couvrance parfaite et tenue longue durée. « L’efficacité doit être réelle et perçue. Nous nous refusons à faire le moindre compromis à ce niveau », souligne Christine Delfaut Sara.

La cosmétique végétale est-elle le nouvel idéal de la beauté ? - 1

LA BEAUTÉ DU FUTUR

Bien avant que la cosmétique moderne s’intéresse au végétal, Yves Rocher le désignait comme l’avenir de la beauté. C’était il y a 50 ans déjà ! « Notre objectif principal n’a pas changé : pousser au maximum la naturalité de nos produits. Nos recherches sont constantes car chaque produit possède ses propres contraintes de production. À chaque fois, c’est un nouveau challenge », précise Christine Delfaut Sara. « Nous voulons plus de nature dans nos formules mais aussi dans nos packagings. C’est un tout ! », conclut-elle. Un beau défi à suivre de près...

La Cosmétique Végétale® marque déposée par Yves Rocher.