Les huiles essentielles pour les nulles

Mis à jour le 21 février 2018 par Marie Guérin
Les huiles essentielles pour les nulles

Se soigner grâce aux plantes : oui mais comment ? Voici un petit guide à usage de celles qui veulent se lancer (sans se compliquer la vie).

Parfumer, détendre, soigner, aromatiser, l’usage des huiles essentielles est multiple et varié. Cela fait des siècles que les plantes sont utilisées dans la vie de tous les jours et parmi toutes ces utilisations, il en est une qui peut changer votre mode de vie : l’aromathérapie. Mais qu’est-ce que c’est ? Explications de Cécile Adant, pharmacienne responsable des informations scientifiques chez Pranarôm.

L'aromathérapie, qu'est-ce que c'est ?

Comment ça fonctionne ?

Est-ce dangereux ?

L'aromathèque de base

Quelques bouquins pour s'y mettre

Cécile Adant
Cécile Adant

1/

(c) Pranarôm
(c) Pranarôm

L’aromathérapie, qu’est-ce que c’est ?

« C’est la médecine naturelle par excellence. Elle utilise les huiles essentielles extraites de plantes pour rétablir l’équilibre d’un organisme. Chaque huile essentielle possède différentes propriétés thérapeutiques et c’est ce qui permet de cibler et de personnaliser les traitements » explique Cécile Adant. Une discipline millénaire qui s’est modernisée, un petit peu par hasard, avec René-Maurice Gattefossé, au début du XXe siècle. Cet ingénieur chimiste, pionnier de la parfumerie s’est un jour brûlé les mains dans son laboratoire. Pour soulager sa douleur, il plonge ses mains dans un bidon d’huile essentielle de lavande. Le soulagement est instantané et la guérison presque miraculeuse. L’aromathérapie moderne, qu’il baptisera comme telle en 1935, était née.

2/

(c) Pranarôm
(c) Pranarôm

Comment ça fonctionne ? 

Les huiles essentielles sont utilisées de différentes façons, à différents dosages, en fonction des thérapies et des maux. Il est donc impératif de comprendre leur fonctionnement. « Il faut tout d’abord distinguer l’huile essentielle de l’essence. Cette dernière est produite par la plante et est extraite à froid alors que l’huile essentielle est distillée à la vapeur d’eau » précise la pharmacienne. « La qualité de cette huile est indispensable à la réussite thérapeutique et à la diminution d’effets secondaires, il faut donc bien lire les étiquettes.» Malheureusement, on peut parfois avoir la désagréable impression de devoir être doctorant en chimie pour pouvoir les déchiffrer. Voici donc quelques codes à garder en mémoire pour choisir une H.E (huile essentielle) de qualité :

etiquette

  1. Elle doit être authentique. Avec la mention 100% pure et naturelle.
  2. Elle doit être chémotypée. Avec le label HECT (huile essentielle chémotypée) qui authentifie la provenance exacte de la plante et sa race chimique. C’est ce chémotype qui détermine l’action principale de l’huile.
  3. Le nom en latin fait référence. Chaque marque peut attribuer un nom différent à son H.E, seul le mot en latin garantit l’appellation scientifique.
  4. AOP : appellation d’origine protégée
  5. BIO : issue de l’agriculture biologique
  6. La conservation : 5 ans pour une H.E et 6 mois lorsqu’elle est mélangée à une H.V (huile végétale).

En raison de la législation, il n’est jamais noté sur un flacon d’huile essentielle comment et dans quel cas l’utiliser Il faut donc être conseillé par un pharmacien formé, un aromathérapeute ou s’aider d’un bouquin. Il y en a de très bien faits (voir « Quelques bouquins pour s’y mettre »).

Une fois qu’on a son petit flacon, il existe trois façons de l’utiliser.

  1. La voie cutanée (application locale, massage, bain aromatique) : 3 à 4 gouttes 3 à 4 fois par jour pour les adultes et 1 à 2 gouttes pour les enfants dès 6 ans.
  2. La voie orale (liquide avec du miel, une huile végétale ou solide avec un sucre) : 1 à 2 gouttes 3 par jour pour les adultes et 1 gouttes pour les enfants.
  3. La voie atmosphérique (avec un diffuseur) : 10 à 15 gouttes dans un diffuseur ultrasonique, c'est-à-dire, à froid par vaporisation d’eau. À utiliser un quart d’heure par heure.

3/

(c) Pranarôm
(c) Pranarôm

Est-ce dangereux ?

Oui et non. Cécile Adant tempère: « Comme tout traitement thérapeutique, il est important de faire attention et de respecter les indications délivrées par votre pharmacien car les huiles essentielles peuvent être responsables d’effets secondaires. Pour vous aider au quotidien, des sites spécialisés comme www.pranarom.com proposent des explications détaillées pour chaque H.E afin de ne pas se tromper. » Certaines huiles essentielles sont dermocaustiques et entrainent des brûlures de la peau, d’autres sont photosensibilisantes et peuvent entrainer des tâches sur la peau, elles sont aussi parfois allergisantes ou neurotoxiques. C’est ce qui explique les différentes voies d’utilisation qu’il convient de respecter scrupuleusement. Il est déconseillé aux femmes enceintes d’y avoir recours pendant les trois premiers mois, il ne faut d’ailleurs pas laisser les flacons à portée des enfants. Ce sont des règles élémentaires comme pour n’importe quel médicament.

4/

Aromatheque-20-flacons-OuvertPlein

L’aromathèque de base

Le prix des flacons d’huile essentielle varie considérablement en fonction de leur rareté. Ainsi, on peut aller d’une huile essentielle de lavandin à 5€ pour 10 ml à de l’Immortelle à 50€ pour 10 ml ! Il faut donc faire un choix lorsqu’on désire se lancer pour ne pas exploser le budget. Pour Cécile Adant, il faut profiter de la pluralité des utilisations thérapeutiques en choisissant des huiles essentielles multifonctions : « Pour commencer, je recommande la lavande aspic (brûlures, plaies, ulcères, piqûres etc.), le ravintsara (infections virales), la menthe poivrée (nausées, vomissements, indigestion), l’origanum en capsules (infections bactériennes), la camomille noble (stress, anxiété, chic nerveux, insomnie etc.) et l’hélicryse italienne ou Immortelle (hématome, phlébite, œdème etc. » Voilà de quoi constituer sa petite aromathèque que l’on veillera à conserver à température ambiante dans des flacons en verre coloré scellés par un bouchon étanche.

5/

4566_essences_de_femmes_a_chacune_son_huile_essentielle_piece.jpg.thumb_1000x800

Quelques bouquins pour s'y mettre

Pour se lancer dans l’aromathérapie en douceur, les livres du docteur en pharmacie belge Dominique Baudoux sont une mine d’informations vulgarisées pour la vie de tous les jours. Citons L’aromathérapie. Se soigner par les huiles essentielles (éd. Amyris), Guide pratique d’Aromathérapie familiale et scientifique et Les bobos de bambins de Baudoux (éd. Amyris). Pour une chouette compilation de recettes (à usage exclusivement féminin), Essence de femmes : à chacune son huile essentielle (éd. Soliflor).