Comment faire le tri ?

Mis à jour le 21 février 2018 par Elisabeth Clauss
Comment faire le tri ?

TRI2

Le grand nettoyage de printemps, on va l’appliquer à nos petites paresses et mauvaises habitudes. Si.

AU BOULOT

On ne cause pas des classeurs jaunis et des étagères pleines de poussière – problème réglé avec un chassé de l’avant-bras et une poubelle grande ouverte. L’année naissante doit être celle de la fin des sacrifices et du burn-out refoulé par crainte du « candy-raton » (quand vos collègues rongent ce qu’il vous reste de bonbons). Une étude de l’institut Think pour le cabinet de conseil Great Place To Work révèle que 17 % de la population active affiche un burn-out, et que ça grimpe à un quart chez les managers. Les femmes étant plus touchées que les hommes. Quand on est multitâche, on est débordée sur plusieurs niveaux.

On garde / on jette

La video ELLE du jour :
VOICI COMMENT RÉAGIT VOTRE CORPS QUAND VOUS STOPPEZ L’ALCOOL

Les obligations que personne ne nous a imposées : on balance. Le travail en plus le soir et le week-end : itou, sauf si on est indépendante, donc soumise à la pire patronne au monde (soi-même). Le plaisir de se sentir à sa place et les quelques collègues qu’on considère comme des amis : on garde. Puis on relativise : dans deux mois, c’est les vacances de ski.

> Pas encore convaincue ?

Les conseils de Gilly Weinstein*, executive coach.« Pour éviter le burn-out, commencez par apprendre à dire non aux réunions après 17 h. Prenez l’habitude de ne plus être disponible après 17 h 30. Bloquez vos tranches horaires de vie privée dans le calendrier Outlook partagé, et ne répondez plus aux mails après 20 h. Vous pouvez les rédiger à l’avance, mais envoyez-les le lendemain matin. Sinon, vous donnez l’impression d’être disponible à n’importe quelle heure. Freinez les excès de zèle de début de carrière après un moment, pour vous respecter et obtenir la même chose des autres. Il est également souhaitable de rendre à chacun la responsabilité de ses propres tâches. » En somme, on redistribue les patates chaudes.

DANS LE SEXE

Il s’agit ici de trier le grain de l’ivresse. Et quand on dit « le grain », on parle bien sûr de ce type qui en a un sérieux, et qui vous obsède. Faites le bilan du bien que vous a apporté l’individu, rapporté aux heures d’insomnie qu’il vous a infligées à vous denteler la cervelle. Rationnellement, vous auriez dû vous dégourdir le cœur ailleurs depuis longtemps. Il est donc amplement temps de vous allonger. Sur le divan d’un psy ? éventuellement. Mais dans le lit de quelques autres, pour sûr.

On garde / on jette

Vous estimez qu’il faut distinguer le sexe et l’amour ? Vous avez 17 ans ou quoi ? Aimez qui vous voulez, mais faites preuve de discernement sur qui froissera vos draps. Repaissez-vous de l’amant pas collant qui vous envoie, mort saoul, un sms au milieu de la nuit. Pas de promesses, pas d’engagements, pas d’emmerdements. Puis barrez de votre vie le parasite gluant qui vous parle de sentiments alors qu’il est à peine capable de se supporter lui-même. Vous vous défroisserez l’âme et économiserez en antirides, promis.

> Pas encore convaincue ?

Selon une étude de l’américaine Review of General Psychology, du point de vue de l’évolution (ce qui exclut votre ex), notre cerveau est calibré pour surmonter les chagrins d’amour. Parce que (on vous la fait courte) pour assurer la survie de l’espèce, il faut chercher sans relâche le meilleur partenaire de reproduction. Donc, être capable de larguer – ou perdre – le précédent sans (trop de) scrupules. D’autre part, une appli a été créée pour nous aider à tourner la page : Shryne, qui efface les traces matérielles de nos souvenirs, pour éviter de retomber sur une photo ou un sexto. Ce Jiminy Cricket
virtuel archive, classe et compile toutes les données numériques liées à un contact pendant un an. Le temps de se jeter dans la gueule d’un autre loup...

1/

TRI1

DANS VOTRE DRESSING

Reprenons : un nouveau sac, même de grande marque, ce n’est pas de l’amour. L’effet sur l’âme est identique, mais c’est un leurre, même s’il est doublé de cuir et surpiqué à la main. Consommer, c’est très gai, ça fait tourner l’économie, le sang et la tête : il n’est pas question de s’arrêter, mais juste de remettre la caisse enregistreuse au milieu du rayonnage. La satisfaction d’une belle pièce qu’on s’offre est toujours proportionnelle au temps pendant lequel elle nous fera usage. Le brol à dix sous fait plaisir dix secondes. La veste en croco dorée qui coûte le prix d’une paire de reins de contrebande, elle vous fera encore frissonner dans trente ans (façon de parler, elle est doublée).On garde / on jette

Dans « consommer », on ne garde que le « sommer », voire le « sommet ». On se prémunit du début du mot. Le it-machin de la semaine que tout le monde veut, on le laisse sur l’étal. Vous voulez vraiment être nippée comme tout votre cercle social ? Non. Donc, si « tout le monde l’a », vous n’en voulez pas. Quant à l’accessoire difficile à trouver, mais easy à identifier parce qu’il brame sa qualité même à deux cents mètres dans le noir du vestiaire d’une boîte de nuit où on n’entre que sur test ADN, celui-là, on y a droit. On est ce qu’on porte, autant que ce ne soit pas de la culpabilité ou un vague regret.

> Pas encore convaincue ?

MyDressing est une appli qui permet de référencer chacun de ses vêtements, de les photographier, de les détourer, de les assembler, de se composer des panoplies et de ne pas les oublier, de créer une multitude de nouvelles tenues à partir de ce qu’on a déjà. On réalise que non seulement on n’a besoin de rien de nouveau, mais qu’en plus, on a déjà trop. Enfin, jusqu’aux prochaines soldes.

DANS VOS COMPLEXES ET CULPABILITÉS

Je vous connais. Ce qu’on a chacune de plus encombrant dans nos placards, nos surpoids de bagages, ce ne sont pas trois malheureuses paires de chaussures (septante-trois, d’accord). Ce sont les jugements que nous portons sur nous-mêmes. Les pressions qu’on se colle sans que personne ne nous ait demandé quoi que ce soit (à part notre mère, mais elle n’a pas fait exprès, elle le tenait de sa daronne à elle).

On garde / on jette

Conservez une once de responsabilité, celle qui impacte la vie des autres. Et débarrassez-vous de cette sensation de perdre votre temps si vous n’êtes pas en train de « produire » quelque chose – du travail, un jardin tondu au coupe-ongles ou un gâteau bio de huit étages – alors qu’il est 23 h un dimanche soir.

> Pas encore convaincue ?

L’avis de Charlotte Ledent, psychothérapeute**« La société de la performance dans laquelle nous vivons ne nous aide pas à baisser la pression que nous nous imposons. Soyez vigilant(e)et ne vous laissez pas imposer un rythme qui n’est pas le vôtre. La vie est plus douce quand on apprend à écouter ses limites et à accueillir ses défaillances passagères. » Le mantra de la nouvelle année ? En 2016, on balance tout ce qui nous pèse.

* www.gillyweinstein.com ** charlotte.ledent@hotmail.com La bible en matière de tri : « La Magie du rangement », de Marie Kondo (First) : 2,5 millions d’exemplaires écoulés, qui ont changé la vie de leurs aficionados.