Tout ce qu’il faut savoir pour créer ses cosmétiques soi-même

cosmétique

Vous souhaitez vous lancer dans la fabrication de cosmétiques home-made mais vous ne savez pas comment vous y prendre, ni par où commencer ? Découvrez les conseils d'une passionnée de la cosmétique naturelle. 

Victoria Nossent est une adepte de la « Slow Cosmétique », un concept devenu tendance en matière de beauté. Prenant conscience de sa consommation globale après avoir regardé le film "Demain" de Cyril Dion et Mélanie Laurent, la jeune femme de 23 ans a éprouvé le besoin, elle aussi, de revenir aux choses essentielles. Soucieuse de l’environnement, Victoria a donc décidé de consommer de manière plus raisonnable et écologique. Si le bio et le 100% naturel ont la cote dans les commerces, peu de consommatrices sont aujourd'hui prêtes à bannir les produits de beauté traditionnels de leur salle de bain. Victoria, elle, s’est lancé le défi de réaliser ses cosmétiques elle-même. Un challenge qui s'est transformé en véritable passion. Son engagement écologique a débuté dans sa salle de bain. Dans ce lieu de bien-être, l'étudiante en publicité a pris conscience du nombre de produits qu’elle utilisait sans jamais avoir pris la peine d'en lire les étiquettes. « C’est dingue ce que le marketing peut nous vendre. Les marques proposent des soins miracles et des packagings de luxe qui nous font rêver mais ces produits finissent souvent au fond de nos placards. »

Les fabricants industriels noient les éléments essentiels des cosmétiques dans un océan de pétrochimie et de formules synthétiques. Les composants qu'ils utilisent comme les colorants, le silicone ou les parabens nuisent à la santé et endommagent la planète. Une base de données en ligne reprenant les cosmétiques potentiellement dangereux et leurs composants a récemment été érigée par l'Union fédérale des consommateurs français. L'Association Slow Cosmétique préconise, quant à elle, de consommer "moins mais mieux" la beauté. Comme les inconditionnels du mouvement, on a soudain envie de s'y mettre, mais comment ?

Il existe des ateliers d’initiation à la Slow Cosmétique pendant lesquels les participants apprennent à réaliser une crème hydratante pour le visage, un soin pour le corps ou encore un lait démaquillant. Victoria en a suivi un avec sa maman et elle a immédiatement accroché au concept et a eu envie de continuer chez elle. "J'ai commencé par acheter des livres sur la Slow Cosmétique et j'ai lu des articles sur des blogs comme Easyblush." La nouvelle passionnée recommande vivement les livres de Julien Kaibeck, fondateur de l’Association Slow Cosmétique et chroniqueur beauté dans « 69 Minutes Sans chichis ». Victoria a ensuite passé une première commande sur Aroma-Zone, le géant en ligne des produits naturels. « Au début, je suivais à la lettre les recettes de Julien. Quand je n'avais pas certains ingrédients j’essayais de les remplacer, je testais différentes choses. Ainsi, petit à petit, j’ai commencé à créer mes propres recettes. » La jeune étudiante est contente des résultats : grâce aux formules adaptées à ses propres problèmes, sa peau est plus nette et ses cheveux en meilleure santé qu'avant.

Slowcosmétique

Des cosmétiques sur-mesure

La nature offre de nombreux trésors, des matières premières et des ingrédients aux vertus aussi diverses que multiples. Créer ses recettes en fonction de ses besoins et de ses goûts est l'un des nombreux atouts du home-made. Plusieurs sites dédiés au bio et aux cosmétiques naturels proposent des fiches détaillées des ingrédients (argiles, eaux florales, huiles essentielles, beurres végétaux) et indiquent comment les utiliser au mieux. Pour préparer ses produits, il existe des recettes de base mais n’hésitez pas à les personnaliser et à réveiller la créativité qui sommeille en vous. Notez qu’il n’y a pas de contre-indication à mélanger huiles, beurres et hydrolats entre eux. Vous pouvez donc jouer au marmiton sans crainte de réaction chimique potentiellement dangereuse.

Un coût raisonnable

Réaliser ses produits de beauté maison permet de s’affranchir des marges imposées par l’industrie (frais de conditionnement, packaging, campagnes de marketing,…). Le coût final est moins élevé que celui des cosmétiques classiques. Se lancer dans la fabrication de ses produits implique tout de même un certain coût de départ : il faut acheter les ustensiles, les contenants, les différents ingrédients de base,... L'investissement est néanmoins amorti sur le long terme et dépend par ailleurs des produits utilisés dans les recettes. Pour les masques capillaires, on incorpore de l’huile de jojoba ou de l’huile d’avocat. Le prix d’achat n'est pas le même : pour 100 ml d'huile de jojoba, comptez 10 euros tandis que pour l'huile d'avocat le montant est d'environ 5 euros. En créant ses produits maisons en fonction de ses besoins et en quantité nécessaire, on apporte une solution immédiate à ses problèmes mais, en plus de cela, on évite le gaspillage.

Des produits qui conservent aussi bien

Il existe des conservateurs naturels comme l’extrait de pépins de pamplemousse ou la vitamine E qui permettent de conserver les produits de 1 à 6 mois. Les soins contenant de l’eau (les hydrolats) sont les plus sensibles et nécessitent d’ajouter un conservateur. Les garder au frais peut s'avérer judicieux afin d'éviter tout risque de contamination par des bactéries. Les produits huileux ou à base de beurres tiennent quant à eux plusieurs mois sans ajout de conservateur. Pour les masques, préparez juste la quantité nécessaire et privilégiez une application immédiate.

cosmétique

Les conseils de Victoria

Il est important de désinfecter les ustensiles avant chaque préparation avec de l’alcool dénaturé ou de les stériliser dans de l’eau bouillante. « La première fois, j’ai tout désinfecté avec de l’ether, je me sentais super mal et j’étais à la limite de tomber dans les pommes. » témoigne-t-elle. On évite donc l'éther, dont l'odeur n'est pas des plus agréable et qui imprègne les préparations.

Pour se lancer, il faut se procurer certains ustensiles comme un fouet, des bols (les pots vides de confiture sont supers utiles), une casserole pour faire fondre la cire au bain marie, une spatule en bois, des cuillères doseuses (ces dernières ne sont pas obligatoires mais franchement pratiques) ainsi que des contenants pour les préparations.

cosmétique

Acheter quelques ingrédients de base est primordial. On peut en trouver à l’Herboristerie Moderne qui se situe rue du marché au charbon à deux pas de la Bourse ou chez Färm sur la place Sainte Catherine (il existe également des boutiques Färm à Etterbeek, à Hankar, à la Bascule à Uccle, sur la Chaussée d'Ixelles ou encore à Louvain-la-Neuve). Certains magasins bio comme Sequoia vendent également des produits utilisés en Slow Cosmétique. Pour avoir l'embarras du choix, on commande en ligne sur Aroma-Zone ou dans l'e-commerce officiel des fabricants du réseau Slow Cosmétique (le rapport qualité prix de ces boutiques en ligne est raisonnable).

On vous a rédigé une petite liste d'ingrédients essentiels, à compléter selon vos envies et vos besoins :

- huile de noix de coco : incontournable

- huile de jojoba : géniale pour les cheveux et pour la peau (proche du sébum naturel, elle hydrate sans graisser)

- beurre de Karité

- eau florale de rose

- huile d’amande douce

- huile de noyau d’abricot

- gel d’aloe Vera : grand classique

- argile blanche ou verte : idéale pour les masques

Les produits plus "touchy" : huile de pépins de figue de barbarie pure (réparatrice, anti-âge, assouplissante), huile d’argan (protectrice, riche en oméga 3 et vitamines pour le visage, le corps ou les cheveux), huiles essentielles (lavande, arbre de thé, romarin, gingembre,…), eau de camomille (peaux sèches et sensibles), argile rouge (peaux à problèmes), etc.

cosmétique

Victoria nous a confié sa routine miracle pour avoir une peau de rêve et redonner de l'éclat au teint après l'hiver. Chaque matin et chaque soir, elle se démaquille le visage avec un mélange 50/50 d'eau florale de rose de Damas - réputée pour ses vertus apaisantes, cet hydrolat est l'allié des peaux dévitalisées - et d'huile d'amande douce ou de jojoba. Victoria rince ensuite abondamment son visage à l'eau tiède avant d'appliquer une crème de soin hydratante qu'elle réalise elle-même.

Découvrez davantage de recettes et lancez-vous dans la création de vos cosmétiques maison.

Audrey Depuydt

Articles similaires

La cérémonie du hammam au Urban Spa Rituals de Knokke

Campagne coup de poing de BODY SHOP contre les tests sur les animaux

ELLE FANNING est la nouvelle égérie internationale de L'Oréal Paris

Comment sauver mon make-up de la chaleur ?

À découvrir sur le web