Uber interdit, la twittosphère s’enflamme

Mis à jour le 21 février 2018 par ELLE Belgique
Uber interdit, la twittosphère s’enflamme

Uber interdit, la twittosphère s'enflamme - 1

Le tribunal de commerce de Bruxelles a ordonné à la société américaine Uber d’arrêter ses activités de covoiturage dans un jugement rendu la semaine dernière. 

Cette décision est la conséquence d’une plainte introduite par  la société Les Taxis Verts. Cette condamnation est agrémentée d'une astreinte de 10.000 euros par infraction constatée. Depuis son apparition sur le marché bruxellois, Uber, dont Google est actionnaire, s'était attiré les foudres de plusieurs sociétés de taxis de la Région bruxelloise. Récemment, trois associations de taxis avaient menacé de se délier de l'obligation de respecter la législation bruxelloises en matière de transport des personnes si Uber n'avait pas cessé ses activités pour le 15 avril.

Une chose est sûre, cette condamnation ne plaît pas à tout le monde à en voir les tweets indignés de la commissaire européenne en charge de l’agenda digital, Neelie Kroes.

Elle a d'ailleurs créé le hashtag #UberIsWelcome sur Twitter, qui permet aux internautes qui le souhaitent de protester contre l’interdiction. Les réactions n'ont pas tardées.

Vivement critiquée, Brigitte Grouwels, la ministre bruxelloise en charge de la mobilité a réagi sur les ondes de la VRT: « La dérégulation incontrôlée peut conduire à un bain de sang social et à une dégradation de la qualité du service. Nous voulons mettre en place un secteur des taxis de qualité et sécurisé. Aux États-Unis, on a connaissance d’un accident mortel avec un taxi de la société Uber. On fait état de nombreux problèmes d’assurances, la société ayant fui ses responsabilités. »

Ce vendredi 18 avril, le ELLE Belgique publie un article "Faut-il encore sortir en boîte", dans lequel nous recommandons d'utiliser Uber, car ce réseau permet de sélectionner les profils des chauffeurs. Vous en pensez quoi ?

Justine Rossius