L’hôtel Vedette, la splendide métamorphose

Mis à jour le 29 juillet 2021 par Laurence de Looz-Corswarem
L’hôtel Vedette, la splendide métamorphose © Caroline Dethier

Entre Namur et Dinant, Nathalie et Tom ont métamorphosé une vieille bâtisse en l'hôtel Vedette, un boutique-hôtel intimiste. Un projet ultra-abouti dont le décor rend hommage à la belle région. 

L'hôtel Vedette, de brume en lumière

À gauche : La salle principale affiche un total look vert foncé avec, au mur, une photo de la région imprimée sur dibond et sur laquelle il y a eu une intervention graphique, capturée par Michel Fautsch, un ami des propriétaires. Autour de la table avec un plateau en émail et un cerclage en laiton (Ardamez), les chaises “Friday”(Fest Amsterdam). À droite : La réception de l’hôtel donne le ton avec ses murs vert foncé. Autour de la cheminée d’époque, une desserte (Bolia), une collection de vases blancs (HKliving) et au mur, une photo de la région de Michel Fautsch, imprimée sur dibond et sur laquelle il y a eu une intervention graphique. Sur le tapis (Moooi), des canapés (Ditre Italia). Suspensions “Stone” (Tom Dixon). © Caroline Dethier

Inauguré en septembre dernier, l’hôtel Vedette est le fruit de reconversions. Il y celle du bâtiment évidemment, une ancienne maison de maître unifamiliale transformée en un hôtel quatre étoiles à l’âme singulière et conviviale. Mais aussi celle de ses propriétaires, Nathalie et Tom, parents de quatre enfants, qui avaient envie de changement. Ces anciens commerçants ont tout abandonné pour vivre leur passion à fond, celle d’accueillir les clients. L’élément déclencheur a été la visite de l’ancienne bâtisse.

Impressionnant, le papier peint floral a été réalisé sur mesure à partir d’une impression de la peinture “Fleurs Exotiques” de Jean Benner-Fries (1796-1849). Pour éclairer la grande table conçue sur mesure (Ardamez), une pluie de suspensions (DCW éditions). Chaises “Friday” (Fest Amsterdam). © Caroline Dethier

Nathalie et son mari ont été directement conquis par les jolis espaces, les détails architecturaux d’origine et la situation le long de l’eau. “Nous cherchions un bâtiment pour vivre notre projet à l’étranger mais quand nous sommes tombés sur celui-ci, nous nous sommes dit que c’était l’occasion de vivre notre rêve chez nous, à Profondeville”, intervient l’heureuse propriétaire de l’hôtel Vedette. Un nom qui fait écho aux bateaux qui traversent la Meuse toute proche.

Une décoration inspirée de la région

À gauche : Dans la chambre, le papier peint “Nuvolette” (Fornasetti chez Cole & Son) monte jusque sur le plafond. En guise de table de nuit, la table “Ankara” de Constance Guisset (Matière Grise), éclairée par la suspension de la collection Austere (Trizo21). Devant le bureau, une chaise (Fest Amsterdam). Draps de lit (De Witte Lietaer). À droite : Devant un mur recouvert de carreaux roses (Cevica), une baignoire (Duravit) avec sa robinetterie noire (Paffoni). Un voile délicat (Designers Guild) éloigne les regards indiscrets. Le grand miroir (Menu) fait écho aux courbes de la baignoire. Applique “Dioscuri” (Artemide) et guéridon (Hay). © Caroline Dethier

Ce lien avec les alentours et la région se retrouve dans la palette de couleurs, les photographies sur le mur et le papier peint des chambres qui rappelle la brume de la Meuse. “Épaulé par notre architecte Serge Henrotin, huit mois de travaux de rénovation ont été nécessaires pour mettre l’hôtel aux normes de sécurité. Ensuite, nous avons fait appel au duo d’architectes d’intérieur liégeois Tijen Taskin et Romain Thiry pour l’aménagement”, poursuit Nathalie.

L'hôtel Vedette, la splendide métamorphose - 4
Dans la chambre sous les toits, on retrouve à nouveau une photo de la région de Michel Fautsch, imprimée sur dibond et sur laquelle il y a eu une intervention graphique. Tapis (Jab) et draps de lit (De Witte Lietaer). L’éclairage fait partie de la collection Austere (Trizo21). © Caroline Dethier

D’ordinaire, ils travaillent indépendamment mais pour ce projet, ils ont uni leurs talents. Ensemble, avec les propriétaires, ils ont pensé le décor des six chambres et salles de bains, de la réception et de la salle “Coquette” où se prend le petit déjeuner dans le but de faire vivre aux hôtes de passage une expérience hors du commun. Les nuances de vert et de bleu enveloppent les pièces dans un dégradé avec des teintes foncées pour le rez-de-chaussée s’éclaircissant dans les chambres.

À gauche : Retour dans la salle principale avec le canapé violet (Marelli) entouré de poufs de diverses couleurs (Bolia) et de tables basses (Bolia). L’élégant tapis (Moooi) évoque le panneau de papier peint floral. Lampadaire (DCW éditions). À droite : Avec leurs teintes délicates, les chambres invitent au calme et à la détente. Fauteuil rose (Fest Amsterdam) et guéridon (Hay). © Caroline Dethier

Habillement restaurés, les éléments d’époque tels que l’entrée majestueuse, le grand escalier, les cheminées et les moulures racontent l’histoire du bâtiment. Et le mobilier aux lignes courbes épouse parfaitement l’architecture du lieu. Une atmosphère chaleureuse où les moindres détails ont été pensés par Nathalie et Tom. Ce sont d’ailleurs eux qui nous ouvrent les portes quand on arrive et qui les referment derrière nous. Une reconversion plus que réussie !

 

Article réalisé par Aurélie Schoonjans.

 

A LIRE AUSSI

Indigo, l'hôtel instagrammable parfait pour un week-end à Anvers

 

Le C.O.Q : un hôtel signature élégant, convivial et réconfortant

 

Où mener la vie de château le temps d'une petite escapade en Wallonie ?