Success story: ingénieure agroalimentaire, pour quoi faire ?

Mis à jour le 29 janvier 2020 par Marie Guérin
Success story: ingénieure agroalimentaire, pour quoi faire ? Un carrière d'ingénieure agroalimentaire

C’est à Nice que nous rencontrons Chantale Hombourger. La petite cinquantaine pétillante, coquette et souriante, elle dirige un département de 22 personnes pour le laboratoire spécialisé en phytothérapie Arkopharma. Et c'est passionnant.

En toute humilité, elle présente le résultat de ses innovations. « C’est incroyable ! Comment en êtes-vous arrivée là dans votre carrière ? » Voilà comment débute une conversation passionnante à propos de son travail, de ses ambitions et de son parcours.
Chantale Hombourger Arko Pharma
Chantale Hombourger, directrice en Recherche et Développement Galénique chez Arkopharma

Un job scientifique et passionnant

« Quand j’ai commencé chez Arko, c’était en galénique (l’art de mettre en forme un médicament pour qu’il soit le mieux absorbé possible par le patient, NDLR). À l’époque, j’avais une toute petite unité d’une seule personne et je faisais de la paillasse : j’allais au labo, je faisais mes développements, mes recettes, mes prototypes. Au fur et à mesure, j’ai pris de plus en plus de responsabilités, jusqu’à devenir directrice du développement galénique. Ça a été très progressif. »
Chantale a un diplôme d’ingénieure en agroalimentaire et un diplôme d’études approfondies en science des aliments. Quel rapport avec le milieu pharmaceutique ? « Arkopharma développe beaucoup de compléments alimentaires. C’est de la santé naturelle, ce n’est pas de la pharmacie qui utilise des actifs chimiques. Dans l’alimentaire, vous avez plus de matières naturelles, donc c’est complètement lié à mon profil. » Une véritable adéquation si on en juge par le nombre des années passées ici : 25. « Ce qui me plaît dans mon job, c’est l’opérationnel et l’organisationnel. Avoir des missions très transversales, relever des challenges, trouver des solutions avec les équipes pour respecter les engagements que nous avons pris sur des produits. Mais ce qui fait la longévité, selon moi, c’est surtout la convergence avec les valeurs de l’entreprise : notre rôle est de faire de la médecine naturelle la médecine de demain. Une médecine efficace et beaucoup plus respectueuse du corps. »

« Notre rôle est de faire de la médecine naturelle la médecine de demain »

C’est aussi une entreprise féminine… En galénique, l’équipe de 22 personnes est constituée de 21 femmes ! Dans le département recherche et développement, il y a 85 personnes avec plus de 70 femmes ; c’est suffisamment rare pour le souligner. « La galénique, c’est de la créativité. Il faut de la patience, de la minutie, il faut être rigoureux, il faut savoir faire plusieurs choses en même temps. Beaucoup de femmes sont faites pour ça. » Une créativité qui mène à de grandes innovations. C’est ainsi que Chantale et son équipe ont mis au point la galénique verte, une petite révolution dans la santé naturelle. « Il y a quelques années, on a décidé de supprimer de nos produits tous les ingrédients de synthèse. Pour formuler un produit, il y a les actifs naturels, mais également d’autres matières premières qui sont nécessaires à sa stabilité. Ces composés sont chimiques. On a décidé de les supprimer en mettant au point une méthodologie, qu’on a brevetée d’ailleurs, qui utilise des matières premières alimentaires comme la farine d’avoine pour les comprimés, le bambou pour les gélules. On a été pionniers là-dedans ! » Un métier dans lequel on progresse, une entreprise dont on partage les valeurs, des défis professionnels, seraient-ce les clés d’une vie pro épanouie ? Oui !
Success story: ingénieure agroalimentaire, pour quoi faire ? - 2
Boîte découverte Arkopharma
Participez à notre concours en tentez de remporter votre boîte découverte Arkopharma.

Cet article a été réalisé en étroite collaboration avec Arkopharma.
www.arkopharma.be