« Typique » : la série revient pour raconter la vie des jeunes trentenaires

Mis à jour le 1 octobre 2019 par Elisabeth Debourse
« Typique » : la série revient pour raconter la vie des jeunes trentenaires Vous vous souvenez de Peter ? Mais non, pas Pierre, Peter ! Il revient dans la nouvelle série "Dopamine", avec toute sa bande de potes.

Six ans après le début de "Typique", les acteurs et l'équipe reviennent dans "Dopamine", une nouvelle série comico-dramatique belge.

Il s'appelaient Max, Chloé, Peter, Eva, Ludo et Gab. Ils avaient la vingtaine et des études à mener mais un sacré sens de la fête. Ils vivaient en colocation, comme nous. S'aimaient et s'engueulaient, comme nous. Passaient leurs examens, se foiraient, recommençaient, comme nous. À tel point qu'on avait un peu l'impression de faire partie de cette bande de potes, dont on suivait le quotidien comico-dramatique derrière notre écran dans "Typique", une websérie sortie à la rentrée 2013. Parfois, on en croisait même les jeunes comédiens en soirée, pour de vrai, et on se disait que ça, c'était vraiment "typique" de la Belgique.

Et puis voilà, après trois saisons, un Erasmus et presque un baccalauréat, l'aventure qui avait débutée après le succès de la page "Typique ULB" s'est achevée. Les acteurs Camille Voglaire, Émilien Vekemans, Léone François ou encore Marouan Iddoub ont terminé leurs études et poursuivit leur route, sur les planches ou devant la caméra. On pensait leur avoir dit adieu à jamais, mais c'est sans compter une nouvelle qui a embelli cette morne fin de mois de septembre : six ans plus tard, "Typique" revient.

"Dopamine", plus mature, plus sombre

Enfin, plus ou moins. "Dopamine" débarque, plutôt, soit une toute nouvelle série avec des personnages inédits, mais les mêmes comédiens. Ils s'appellent désormais Nora, Félix, Moussa, Antoine, Sam et Ivan et sont menés par une équipe identique à celle de l'aventure estudiantine. Sauf que cette fois, les jeunes approchent de la trentaine et se débattent dans une vie qui semble perdre son sens au fur et à mesure que les années passent. Le titre de la série vient quant à lui de la molécule du même nom, celle qui dicte "notre addiction aux likes, au café, à la clope, au sexe, ou encore à Netflix" à la recherche du plaisir.

La video ELLE du jour :
10 TENDANCES MODE DES ANNÉES 90 QUE L’ON ADOPTE MAINTENANT

"Tout a commencé par l'envie de parler de ce qui nous entoure, de nos potes au bord du burnout, de ceux qui plaquent tout pour partir vivre à l'étranger, de ceux qui sont sur le point d'avoir une vie de famille mais se demandent s'ils ont fait le bon choix", peut-on lire sur la page Kickstarter de "Dopamine", qui devrait aider financièrement les créateurs à (re)lancer le projet. L'équipe recherche en effet actuellement 15 000 euros, qui doivent couvrir l'écriture du scénario et le tournage d'un épisode pilote.

D'après les créateurs, la série devrait être un poil plus sombre qu'à l'époque de "Typique", puisqu'elle s'inspire notamment de formats comme "Atlanta", "The End of the F*cking World", ou encore "Euphoria". Une comédie romantique, mais dark, donc, qu'on se réjouit pourtant bel et bien de voir débarquer sur notre petit écran.

À LIRE AUSSI

Friends : Kinepolis organise un marathon de la série dans ses cinémas

Into the night : la première série belge Netflix Original