Le test de l’été : Quelle j’m’en foutiste êtes-vous ?

Mis à jour le 15 juillet 2019 par Elisabeth Clauss
Le test de l’été : Quelle j’m’en foutiste êtes-vous ? "The Good Place", série Netfilx sur l'après j'm'en foutisme

Nous sommes toutes très attachées à notre désinvolture. Mais au prix de quelles compromissions nonchalantes ? Découvrez-le avec notre test de l'été !

1 - Pour cet été, on annonce la canicule du siècle :

♠ Vous vous en fichez : vous vivez dans un appartement climatisé, avec volets automatiques et hygrométrie gérée par domotique.

♣ Comme vous ne pouvez rien changer à la météo, vous triez dare-dare vos shorts les plus mini, et appliquez vigoureusement de la crème raffermissante en haut des cuisses, sur la trace des gueuletons des mois passés, pendant l’ère glaciaire à laquelle vous ne pouviez rien faire non-plus.

♦ Foutu pour foutu, vous vous offrez un 4X4 full options, pour tracer vers le Nord quand tout aura fondu.

 

La video lifestyle du jour :
VOICI COMMENT RÉAGIT VOTRE CORPS QUAND VOUS STOPPEZ L’ALCOOL

2. Vous êtes en couple, mais le beau blond de la machine a café vous fait de l’œil :

♦ Rien à cirer : vous avez trop à perdre, pas assez à gagner. A 30 ans, vous auriez joué. Mais après deux divorces, vous savez qu’au bout de quelques années, toutes les histoires sont les mêmes.

♠ Comme les chats, vous avez 9 vies et 99 lits. Viens par ici, joli minet.

♣ Depuis que vous avez renoncé à scorer auprès de la gente masculine, vous n’avez jamais eu autant de succès. La « machine à café » peut bien refroidir ou vous réchauffer, ça passera (petit) crème.

 

3. Vos vacances, vous les avez réservées…

♣ « A la one again », il y a une semaine. Prévoyante alternative, vous savez toujours précisément ce que vous comptez fourrer dans votre valise, mais jamais où vous allez la poser.

♦ Vous avez délégué, comme chaque année, la responsabilité de décider du décor de vos photos Instagram, à votre bande de potes. Vous vous contentez de faire un virement juste avant de les rejoindre à Ibiza ou dans le Morbihan.

♠ Il y a un an, juste en rentrant de vos précédentes pérégrinations estivales. Pour être sûre de retrouver le confort de votre transat rembourré et du buffet all-in. Parce que l’aventure, vous vous en tapez le mojito, à grands coups de paille.

4. Quand vous entendez « lâcher prise » :

♠ Vous sentez monter une pointe d’agacement. C’est l’expression de la langue française qui vous gonfle le plus. Ça, « méditation », « politiquement correct » et « veganisme ».

♦ Vous n’entendez jamais l’expression « lâcher prise ». Vous réglez toujours vos écouteurs à plein volume. Bien branchés dans la prise.

♣ Vous n’avez toujours pas saisi le concept, qui a pourtant l’air de faire vendre plein de livres. Donc, vous en écrivez un, sur ce sujet que vous ignorez. C’est votre théorie du lâcher prise empirique.

5. En matière de musique :

♣ Restée coincée au New Wave de votre adolescence, vous êtes étanche aux soubresauts de la scène musicale contemporaine, et vous en faites une posture. Mais en cachette, vous écouter NRJ dans votre voiture.

♠ La dernière fois qu’on a vous chopée le casque sur les oreilles, vous écoutiez Chopin. C’était en 1972, c’était en 1996, c’était en 2017, et ce sera demain.

♦ Vous possédez des diplômes de génie chimique, de bioingénierie, d’ingénierie et technologie spatiale, obtenus à Princeton où vous avez décroché une bourse de recherche. Vous êtes nobélisable. Pourtant, vous n’arrivez à vous concentrer qu’en écoutant Maître Gims. Vous cultivez avec jubilation les mystères de l’univers.

6. Les modes alimentaires :

♠ On pourra vous dire ce qu’on voudra, on n’a jamais rien inventé de mieux qu’un régime Slim Fast supplément Ovomaltine.

♣ Entre végétarisme, no-gluténisme, diète sans sucre, sans graisse et sans plaisir, vous avez choisi : ce sera liposuccion et compensation double parmesan.

♦ Déjà que cette société bien-pensante intrusive se mêle de ce qu’on a le droit de faire dans son lit, dans l’isoloir, ou du nombre de baffes qu’on a le droit de coller à un gamin mal élevé, la boboisation des assiettes vous fait bien rigoler. Vous écrasez votre Gitane sans filtre dans le reste de vos carbonades, et vous serez centenaire.

7. La préservation de la planète :

♦ Vous ne croyez pas au réchauffement climatique. Platiste convaincue, ce n’est pas que vous avez envie que la Terre fonde, c’est juste que vous vous attendez toujours qu’on vous prouve déjà qu’elle est ronde.

♣ Vous adorez les bains. Vous trouvez le plastique fantastique. Vous prenez l’avion 3 fois par mois pour des réunions de vingt minutes en Californie. Avec ce que vous payez en impôts, les gouvernements n’ont qu’à installer des climatiseurs géants autour des pôles.

♠ Vous jetez vos mégots partout, vous prenez votre voiture pour faire cent mètres. Mais vous votez écolo. Pour compenser.

8. Les réseaux sociaux

♦ Vous ne vous sentez pas concernée : vous avez déjà du mal à trouver le temps de voir vos amis réels.

♣ Vous n’êtes pas sortie de chez vous depuis la création de Facebook en 2004. La vie par procuration, c’est bien plus satisfaisant et économique que de devoir supporter la réalité de l’humanité.

♠ Vous possédez des dizaines de comptes, pour clamer haut et fort vos opinions, sans être obligée ensuite de les assumer. Planquée derrière votre écran, votre seule philosophie, c’est le wifi.

9. En matière d’éducation…

♦ Vous avez été élevée par Casimir, et vous êtes cheffe d’entreprise. Vous reproduisez cette pédagogie du « tout-télé » sur vos gamins passablement illettrés, mais les employeurs de demain ne seront guère plus éveillés au Bescherelle, ainsi va la sélection naturelle.

♣ Un modem ? Quel modem ? Vos enfants sont abonnés à la bibliothèque communale. Ils n’ont pas d’amis, certes. Mais ils savent distinguer un cliché d’un poncif, et apprennent à penser sans passer par un influenceur. A part vous-même, évidemment (Sarah, on peut mettre un idéogramme de « like », juste ici, stp ?)

♠ Vous êtes très stricte, à la fois sur les horaires des repas, sur le fait que chacun doit dormir dans son lit, et même sur le planning des promenades. Ultra discipliné, votre chihuahua est le meilleur reflet de votre investissement dans les générations futures. J’m’en foutisme bien ordonné commence par soi-même.

Décryptage de vos résultats, sous le regard pas j’m’en foutiste de Charlotte Ledent, sexologue et psychothérapeute :

Un max de ♠ : Vous êtes j’m’en foutiste, tant que vous contrôlez

Vous gérez vos angoisses sans laisser de place à l’inattendu. Vous êtes une control freak refoulée. Quand ça tourne à l’obsession, le contrôle est de toute façon une illusion : la vie se passe de votre approbation. Apprenez à vous laisser surprendre, ça laissera place à la créativité. Et là, on s’en fout nettement moins !

Un max de ♣ : Vous êtes une j’m’en foutiste opportuniste

Vous êtes prévoyante dans la mesure du possible, sans doute la meilleure façon d’appréhender l’inconnu. Vous êtes donc capable de réagir de vous réguler face aux événements les plus surprenants. Cultivez cette fluidité, elle recèle l’équilibre.

Un max de ♦ : Vous vous en foutez, de quelle j’m’en foutiste vous êtes

Le lâcher prise est votre religion, mais peut-être et surtout une façon de vous responsabiliser le moins possible. Si beaucoup de choses nous échappent, il y en a néanmoins sur lesquelles on peut agir. Parce que s’impliquer, ça peut rendre la vie intéressante. Et ce qu’en pense les autres ? Bah, on s’en fout.

LIRE AUSSI:

T'as joui ? Enquête sur le plaisir féminin