Cosmétiques homemade : tout ce qu’il faut savoir avant de se lancer

Mis à jour le 3 mai 2019 par Marie-Noëlle Vekemans
Cosmétiques homemade : tout ce qu’il faut savoir avant de se lancer

Envie de créer vos produits de beauté vous-même ? On fait le tour de la question avec Rachel Dipinto, esthéticienne, consultante beauté et herboriste.

Cosmétiques conventionnels, cosmétiques « homemade » : quelles différences ? 

Tout se joue au niveau des ingrédients. Dans un produit de beauté conventionnel, ils ne sont pas purs et se mêlent à des agents irritants, des conservateurs chimiques, des perturbateurs endocriniens et des huiles raffinées ou minérales (dérivées du pétrole). Des substances dont le coût est minime par rapport à celui de certaines matières premières issues du monde végétal et qui ont un impact direct sur l’efficacité du soin et la santé du consommateur.

Dans un cosmétique réalisé à la maison, les ingrédients sont non transformés. Leur temps de conservation est donc plus court : maximum six semaines contre plusieurs années pour les produits « tout faits ». Il faut aussi savoir que si le confort cutané est immédiat avec un produit naturel, son pouvoir soignant se mesure sur le long terme car il traite le problème en profondeur et ne se contente pas de le camoufler.

Quel est l’avantage principal d’un soin DIY ? 

Pouvoir choisir de A à Z ce qu’on met dans le produit. Huiles végétales, huiles essentielles, conservateurs, etc. On a le contrôle sur la formule tant au niveau de la qualité des ingrédients, de leur pureté que de la concentration des principes actifs garants de l’efficacité du produit.

Quelles sont les précautions d’usage ?

Il y a une part de chimie dans la cosmétique naturelle. Il faut savoir comment les molécules des plantes interagissent entre elles. Bien utilisées, elles ont d’incroyables pouvoirs, mais il faut connaître son sujet. L’aromathérapie et l’utilisation d’huiles essentielles n’est pas sans danger.

Il existe beaucoup de livres sur le sujet et il est possible de glaner des infos sur internet, mais prudence car tout le monde peut dire ce qu’il veut sur un blog, une chaîne Youtube ou un compte Instagram et il existe des contre-indications à connaître et des dosages à respecter. Par exemple : par prudence, on recommande de ne pas mettre plus d’1 % d’huile essentielle dans un produit à usage quotidien. Idem pour les conservateurs.

La video beauté du jour :
POURQUOI VOUS DEVRIEZ BANNIR LES ÉLASTIQUES ET LES BARRETTES DE VOS CHEVEUX

Pour des raisons d’hygiène, les ustensiles en inox et les contenants en verre sont a privilégier car ils se lavent facilement et n’altèrent pas la conservation des produits. L’ensemble du matériel ainsi que le plan de travail doivent être soigneusement nettoyés et désinfectés avec de l’alcool à 70° avant de commencer toute préparation. Il est primordial de se laver les mains avec minutie.

Les différents ingrédients s’achètent en herboristerie.

Comment conserver des cosmétiques faits maison ?

S’il s’agit d’une émulsion (donc avec une phase aqueuse), l’idéal est de stocker le produit au frigo pour éviter la formation de bactéries.

Si ce sont des élixirs ou des sérums réalisés grâce à un mélange d’huiles ou encore un beurre, il suffit de les garder à l’abri de la chaleur, de la lumière, de l’humidité et bien fermer les contenants après usage. 

Rachel Dipinto vous reçoit dans son cabinet privé pour des soins et des workshops. Contact : rachel.essentielle@gmail.com, 0472.61.71.30, www.rachelessentielle.be.

Photo portrait de Rachel Essentielle.